Tag

Android

Browsing

Aujourd’hui, nouvelle année scolaire donc nouvelle version Android pour le OnePlus One : on passe d’Android 9 à Android 10, toujours grâce à l’excellent LineageOS.

Si votre téléphone possède déjà LineageOS 16, vous pouvez vous rendre directement à l’étape 5.

Étape 1: activer le mode développeur

Sur le téléphone, on commence par activer le mode développeur:

  1. Ouvrez Paramètres > A propos du téléphone.
  2. Tapez 7 fois sur le numéro de build.
  3. Vous venez d’activer le mode développeur!

Grâce au mode développeur, vous avez maintenant accès à des options qui n’étaient pas visibles auparavant et qui vont nous être nécessaires.

Étape 2 : activer le mode déboggage USB

Pour activer le débogage USB:

  1. Ouvrez Paramètres > Système > Options pour les développeurs
  2. Activez l’option Débogage Android

Étape 3 : installation d’ADB

Android Debug Bridge (adb) est un outil de développement qui facilite la communication entre un appareil Android et un ordinateur. Cette communication s’effectue soit par câble USB, soit en WiFi.

Branchez votre OnePlus One en USB.

Téléchargez les derniers pilotes ADB issus du SDK Android puis décompressez l’archive.

Ouvrez le terminal, rendez-vous dans le répertoire platform-tools et listez ensuite votre téléphone avec cette commande:

./adb devices

Résultat:
List of devices attached
b4be4c53	device

Notre OnePlus One est bien détecté. On reboot en mode fastboot:

./adb reboot bootloader

On liste les appareils détectés par fastboot:

./fastboot devices

Résultat:
b4be4c53    fastboot

Attention, la commande suivante va effacer vos données donc pensez à sauvegarder les données importantes de votre téléphone avant!

On déverrouille le bootloader avec:

./fastboot oem unlock
                                                    OKAY [  0.168s]
 Finished. Total time: 0.168s

La partition est effacée, le téléphone va rebooter deux fois puis vous présenter le choix de la langue… comme au premier jour.

Comme c’est un reset de l’appareil, il faut de nouveau activer le débogage USB (étape 2).

Je me suis récemment acheté un super clavier sans-fil, un Logitech K400 Plus, qui va me permettre de saisir mes textes un peu plus vite qu’en tapotant sur les lettres de l’écran tactile de mon téléphone ou de ma tablette.

Android : configurer un clavier sans-fil en AZERTY photo

J’ai choisi ce clavier parce qu’il possède également un touchpad. Cela pourra m’être utile si je veux naviguer sur la télévision ou piloter un Raspberry Pi, directement depuis mon canapé – ou dans le train ou la voiture.

Android ne reconnaît que le QWERTY

Sous Android, lorsque l’on branche un clavier sans-fil Bluetooth ou WiFi, la disposition du clavier par défaut est QWERTY et il n’est pas possible de la modifier sans installer une application tierce.

Par conséquent, il faut donc installer une application gratuite : Clavier physique AZERTY.

Pensez à activer les sources inconnues dans les paramètres Android pour pouvoir installer le fichier APK sans souci.

Branchement du dongle USB

Android : configurer un clavier sans-fil en AZERTY photo 1Les claviers sans-fil fonctionnent avec un mini-dongle USB à brancher sur votre appareil. Il se pose toutefois souvent un problème de connectique physique. Les ports USB des tablettes sont en effet souvent de type microUSB. Il faut donc un cordon adaptateur microUSB OTG mâle/femelle, qui convertit le connecteur microUSB femelle en connecteur USB femelle pour y brancher le dongle.

Cet adaptateur microUSB – USB ne coûte que quelques euros et vous permettra aussi de brancher une clé USB sur votre appareil, pratique pour les sauvegardes.

Configuration du clavier AZERTY

Une fois que vous avez installé l’application et branché votre clavier sans-fil sur votre téléphone ou tablette Android avec le dongle USB, il faut se rendre dans Paramètres > Langues et Saisie :

  1. dans Clavier et mode de saisie > Clavier actuel, sélectionnez Clavier physique AZERTY,
  2. dans Clavier et mode de saisie > Clavier physique et vérifiez les options de votre clavier.

Vous pouvez maintenant taper du texte avec votre clavier AZERTY, avec la disposition AZERTY.

Aujourd’hui, nous installons tous les outils nécessaires pour devélopper des applications Android sous Linux.

Ce tutoriel s’adresse aux utilisateurs Linux mais est très facilement transférable d’un système à l’autre.

Ma machine principale tourne sous Ubuntu mais le tuto fonctionne aussi pour Linux Mint ou Debian.

Linux : installer Android Studio pour développer des applications Android photo 1

Pour mener à bien l’installation, il nous faut donc : une version récente de Java et Android Studio pour coder nos applications pour mobiles, tablettes, télévision, Android wear… vous allez vraiment pouvoir vous amuser !

Installation de Java

On installe la version Oracle de Java pour maximiser les chances que tout tourne bien ensuite, avec un PPA :

sudo add-apt-repository ppa:webupd8team/java
sudo apt-get update 
sudo apt-get install oracle-java8-installer
sudo apt-get install oracle-java8-set-default

On vérifie notre version de Java:

java -version

ce qui nous retourne :

java version "1.8.0_66"
Java(TM) SE Runtime Environment (build 1.8.0_66-b17)
Java HotSpot(TM) 64-Bit Server VM (build 25.66-b17, mixed mode)

Java 8 est donc bien installé.

Installation d’Android Studio

On installe Android Studio avec un PPA également:

sudo add-apt-repository ppa:paolorotolo/android-studio
sudo apt-get update
sudo apt-get install android-studio

et on lance l’assistant de configuration qui va récupérer les packages et les mises à jour :

/opt/android-studio/bin/studio.sh

L’installation prend pas mal de temps, il y a environ 600 Mo à télécharger et à compiler ensuite.

J’aime bien changer ma sonnerie de smartphone de temps à autre, histoire d’éviter la lassitude et les réflexes pavloviens.

Petit à petit, ma collection de sonneries a grandi jusqu’à atteindre plus de 300 sonneries au format m4a et je me suis dit que cela pourrait vous intéresser.

Android et iPhone : pack de 300 sonneries folk, rock, hard-rock et metal pour votre smartphone photo

Au menu, vous trouverez donc des sonneries des styles musicaux que j’affectionne : cela va du folk au rock et hard-rock en passant par le metal. Il devrait y en avoir pour tous les goûts, du moment que vous êtes plutôt rock (voire classic-rock).

Télécharger le pack de sonneries

Le pack contient pour l’instant 304 sonneries, qui font 30 secondes maximum donc taillées pour les appels vocaux.

Vous pouvez télécharger gratuitement le pack en cliquant sur le bouton suivant:

virgin-mobile-logo

Je suis chez Virgin Mobile depuis quelques années déjà et à chaque fois que je me rends dans un autre pays, c’est la même chose : mon smartphone “perd” toutes ses données APN.

La conséquence est simple : sans les noms de points d’accès, plus moyen de se connecter au réseau de données (3G) et impossible d’envoyer et recevoir des MMS.

Solution : ajouter les APN manuellement

Voici donc les APN de Virgin Mobile, mon FAI mobile.

1. Rendez-vous dans Paramètres > Réseau mobile > Noms des points d’accès.

2. créez un nouvel APN pour la data avec ces informations :

Nom : VM data
APN : virgin-mobile.fr
Proxy :
Port :
Username :
Password :
Serveur :
MMSC : 
Proxy MMS :
Port MMS : 
MCC : 208
MNC : 23
Type d'authentification :
Type d'APN : default

3. créez ensuite un second APN pour les MMS avec :

Nom : VM MMS
APN : virgin-mobile.fr
Proxy :
Port :
Username :
Password :
Serveur :
MMSC : http://mmc.omeatelecom.fr/servlets/mms
Proxy MMS :10.6.10.1
Port MMS : 8080
MCC : 208
MNC : 23
Type d'authentification :
Type d'APN : mms

4. validez, et sélectionnez l’APN data avec le bouton radio par défaut.

Redémarrez votre téléphone, vous devriez maintenant être capable de vous connecter au réseau Virgin et d’envoyer et recevoir des MMS.

Real Humans est une série suédoise qui a été diffusée il y a quelques semaines sur ARTE.

De son vrai nom Äkta Människor (“les véritables humains”), elle se situe dans une Suède contemporaine alternative où l’usage des androïdes devient de plus en plus prépondérant. Ces robots humanoïdes (appelés hubots pour “human robots”) ont investi nos ménages pour nous aider dans les tâches domestiques et industrielles.

real-humans

Les hubots ont un port USB sur leur corps, de sorte qu’ils peuvent être programmés. Ils sont utilisés comme domestiques, ouvriers, compagnons et même comme partenaires sexuels. Mais des logiciels de plus en plus sophistiqués leur ont aussi permis d’avoir des sentiments.

Tandis que certaines personnes adoptent cette nouvelle technologie, d’autres ont peur et redoutent ce qu’il peut arriver quand les humains sont remplacés comme travailleurs, comme compagnons, parents et même amants.

Le mouvement Äkta Människor (les « Vrais Humains ») travaille pour une société sans hubot. Leur logo, une main ensanglantée, est visible sur les voitures et sur les portes des maisons. Les « anti-hubots » utilisent souvent des épithètes comme “poupée”, “pacman” et “cerveau Windows” pour parler des hubots.

De leur côté, les hubots manifestent de plus en plus une volonté d’indépendance. Leur rébellion a déjà commencé : Leo et Niska ont pris la tête d’un groupe d’affranchis, appelé «les enfants de David». Quand Mimi, l’une d’entre eux, est enlevée par des trafiquants, Leo, amoureux d’elle, part à sa recherche.

L’acquisition d’un premier hubot bouleverse la vie de la famille Engman, tandis que le grand-père doit renoncer au sien, défaillant, pour un nouveau modèle dédié à la gériatrie.

Voisin des Engman, Roger, un contremaître, assiste impuissant au remplacement des ouvriers de son atelier par des légions d’humanoïdes, et bientôt, sa femme le quitte pour leur hubot.

Et voilà, depuis le temps que j’en voulais une… j’ai attendu patiemment que Google sorte la Nexus 7 qui, grâce à la magie de Noël (et de mes parents!) est enfin mienne.

La tablette en elle-même est plutôt belle d’aspect : bords arrondis argentés et coque arrière en plastique agréable au toucher (style grip et non un plastique brillant qui glisse entre les doigts – bon point!). L’écran est sublime, extrêmement précis et réactif.

Niveau performance, rien à voir avec la tablette chinoise que j’avais achetée à mon père il y a quelques mois:

  • écran 7” 1280×800 (216ppi)
  • 32Go de disque
  • 1 Go de RAM
  • NVIDIA Tegra3 quad-core processor
  • camera 1.2MP

Le tout tournant évidemment sous Android. Au premier démarrage, j’ai entré la clé WiFi de la maison puis mes identifiants Google : la tablette a alors récupéré toute la liste des applications installées sur mon téléphone et les a installées automatiquement sur la tablette.

Au début, je me suis demandé si c’était bien. Au final, j’ai trouvé cela génial : mêmes applis sur les deux périphériques, au moins on ne cherche pas ses applications!

La tablette a ensuite été chercher ses mises à jours pour Android : d’abord la 4.1.2 (23 Mo) puis, un reboot plus tard, la 4.2.1 (85 Mo). Et hop, la tablette est entièrement mise à jour, avec toutes mes applications en quelques minutes.

Si vous possédez un téléphone sous Android et que vous vous lassez des sonneries des notifications par défaut, voici comment les channger et leur attribuer vos propres sonneries ou sons.

J’avais écrit un article similaire il y a quelques temps pour l’iPod/iPhone intitulé Ajouter des sonneries à un iPhone ou iPod Touch.

Celui-ci est donc le pendant pour les smartphones tournant sous Android.

Etape 1: Création des répertoires

Sur votre carte mémoire, depuis un navigateur de fichiers :

  1. à la racine de la carte mémoire, créez le répertoire /media/audio,
  2. créez /media/audio/notifications pour les sonneries de notifications,
  3. créez /media/audio/ringtonespour les sonneries d’appel,
  4. et enfin créez /media/audio/alarms pour les sonneries d’alarmes.

Voilà, vous pouvez désormais uploader vos sonneries personnelles dans ces répertoires.

Aujourd’hui, j’installe CyanogenMod sur mon Galaxy S. Parce qu’il le vaut bien.

CyanogenMod

Contrairement à l’expérience précédente, le CyanogenMod est écrit depuis le code source d’Android et ne se sert pas de la version de Samsung.

Le code est écrit par des développeurs de génie qui essaient de créer un firmware unifié, utilisable sur différents modèles et marques de smartphones.

C’est aussi _le_ mod pour tout ce qui est customisation, thèmes etc donc je me suis dit que j’allais tenter l’expérience. De toute manière, il fallait bien que je reflashe mon SGS suite à la corruption du bootloader.

Dans ce petit tutoriel, je vous montre comment j’ai procédé. Cela prend à peu près une demi-heure.

Après avoir planté mon Galaxy S avec Kies puis réussi à rebooter grâce au mode recovery, je me suis dit qu’il était temps que je m’amuse un peu avec les firmwares.

Quand le téléphone ne contient pas beaucoup de données, autant en profiter. Je me suis donc mis en tête d’installer Android Gingerbread (2.3.x). J’ai mis mon Galaxy – qui ne bootait plus – en mode download et j’ai flashé Gingerbread par dessus avec Odin.

Bug 2 : perte de la 3G

Pour une raison étrange, l’APN (Access Point Name) a été renommé lors de la mise à jour et je n’avais plus accès à la 3G. Etant chez Virgin Mobile, j’ai dû modifier les APN.

Pour internet en 3G, il faut mettre :

APN : ofnew.fr
Username : orange
Password : orange
MCC : 208
MNC : 01
APN Type : default

Voici la suite de mes mésaventures avec KIES. Lorsque l’on flashe le firmware de son téléphone et que celui-ci ne répond plus, on peut utiliser deux modes distincts : le mode Recovery (R) et le mode Download (D).

Un SGS briqué

Juste pour vous donner une petite idée, voici ce qu’affiche le Galaxy S lorsqu’il est “briqué” :

C’est le Black Screen Of Death ou phone-!-pc. Lorsque vous voyez cette image, l’appareil est inutilisable : il ne démarre plus et n’affiche plus l’image de chargement lorsque vous le branchez sur secteur.

Le seul moyen d’en sortir, c’est d’enlever la batterie pendant une minute puis de passer en mode Download pour reflasher l’appareil.

Hier soir, je me suis dit que je devrais peut-être mettre à jour mon Galaxy S vers Android 2.2.1, histoire d’être au top. Je l’avais déjà mis à jour de la version 2.1 à la version 2.2 (Froyo) sans soucis donc je pensais en avoir pour 10 minutes.

Pour la première fois depuis des années, je boote sur Windows. Kies demande à se mettre à jour, j’accepte. Au passage, on peut noter qu’ils ont sérieusement pompé sur iTunes, c’est vraiment flagrant.

Il me propose de sauvegarder mes fichiers, j’accepte. Kies plante la sauvegarde, me dit qu’il faut continuer. J’accepte quand même. Kies lance la mise à jour, pas de soucis.