Tag

prog-rock

Browsing

Filmed and recorded live at the Nassau Coliseum, Long Island in August 1988 during the ‘Momentary Lapse Of Reason’ World Tour.

In December 2019 Pink Floyd released The Later Years box set. It features newly re-edited version of the ‘Delicate Sound Of Thunder’ video with newly remixed audio as one of the main features. But unfortunately it wasn’t expanded to the full setlist concert. Several originally omitted tracks presented there on the bonus Blu-Ray/DVD disc. Also two instrumental compositions remained in shortened form. Unfortunately, footage of another two tracks from the setlist weren’t included at all for unknown reasons. I present the expanded edition of this beautiful concert video with all available footage in the right place.

This edition expands official 2019 version by 17 minutes.

  1. Shine On You Crazy Diamond [00:00:00]
  2. Signs of Life [00:12:16]
  3. Learning to Fly [00:16:34]
  4. Yet Another Movie [00:21:48]
  5. Round And Around [00:28:08]
  6. A New Machine (part 1) [00:28:42]
  7. Terminal Frost [00:30:17]
  8. A New Machine (part 2) [00:36:33]
  9. Sorrow [00:37:11]
  10. The Dogs Of War *
  11. On The Turning Away [00:47:36]
  12. One Of These Days [00:56:40]
  13. Time [01:02:57]
  14. On The Run [01:08:18]
  15. The Great Gig In The Sky [01:11:49]
  16. Wish You Were Here [01:16:34]
  17. Us And Them [01:21:25]
  18. Money [01:29:01]
  19. Comfortably Numb *
  20. One Slip [01:37:28]
  21. Run Like Hell [01:43:34]
  22. Terminal Frost (credits) [01:52:42]

Expanded by CMI in January 2020.

Total running time: 2 hours 12 minutes 20 seconds
Unfortunately ‘The Dogs Of War’ and ‘Comfortably Numb’ were excluded by YouTube policy.

Details:
The source for this project is Blu-Ray 1080p with 24/96 audio.

  1. ‘Signs Of Life’ expanded to its original length using footage from Screen Film.
  2. ‘Yet Another Movie’ / ‘Round And Around’ / ‘A New Machine’ (part 1) / Terminal Frost / A New Machine (part 2) segment placed in the original order of the set.
  3. Small re-edit in ‘The Dogs Of War’ before 1st verse using footage from Screen Film.
  4. ‘On The Run’ expanded to its original length using footage from Screen Film.
  5. Syncronisation is corrected for 3 final drum hits in ‘Money’.

45 ans après le “Live At Pompeii” de Pink Floyd dans le légendaire amphithéâtre romain, Davig Gilmour est revenu pour deux spectacles spectaculaires en juillet 2016, dans le cadre de sa tournée pour l’album Rattle That Lock.

Les performances étaient les tout premiers concerts de rock pour un public dans l’amphithéâtre romain en pierre, et, pendant deux nuits seulement, la foule de 2600 personnes se tenait exactement là où les gladiateurs auraient combattu au premier siècle de notre ère.

Pendant cette période de confinement, Pink Floyd offre gratuitement des concerts complets pour les fans. pendant le confinement.

Jusqu’à récemment, le groupe diffusait des extraits de chansons individuelles sur YouTube, mais avec le Royaume-Uni confronté à trois semaines supplémentaires de confinement pendant la pandémie de Covid-19, et la plupart des autres pays du monde connaissant des restrictions à des degrés divers, le groupe a décidé de passer à des concerts complets.

Voici la version restaurée et rééditée des masters originaux en 2019 de Pulse, filmé live le 20 Octobre 1994 à l’Earls Court de Londres:

L’édition de Pulse d’hier soir est tirée du coffret Later Years, qui est sorti l’année dernière et qui a été réédité.

Enjoy!

The Raven That Refused to Sing (And Other Stories) est le troisième album solo du musicien britannique Steven Wilson, sorti le 25 février 2013 sur le label Kscope Music Record.

Bien qu’il ne puisse pas être considéré comme un album-concept, toutes les chansons ont pour thème des histoires surnaturelles, à l’instar de la chanson éponyme, The Raven That Refused To Sing:

La chanson The Raven That Refused to Sing raconte l’histoire d’un vieil homme qui attend la mort avec impatience. Il repense à une époque de son enfance durant laquelle il était incroyablement proche de sa sœur aînée, qui est morte alors qu’ils étaient tous deux très jeunes.

L’homme est convaincu qu’un corbeau qui visite son jardin est en vérité une manifestation de sa sœur. Le fait est que celle-ci avait l’habitude de chanter pour lui à l’époque de leur enfance, dès qu’il avait peur ou ne se sentait pas en sécurité, et cela avait une influence apaisante sur lui. Ignorant qu’il ne s’agit que d’un simple corbeau, il finit par penser que si le corbeau chante pour lui, ce sera la preuve que sa sœur est revenue pour l’emmener avec lui dans l’au-delà.

Jouent sur cet album Steven Wilson (chant), Guthrie Govan (guitares), Nick Beggs (basse), Marco Minnemann (drums), Adam Holzman (keyboards), et Theo Travis (saxophone / flute). L’album a été produit et mixé par le légendaire Alan Parsons, qui a produit l’album The Dark Side of the Moon de Pink Floyd.

Praxis est le nom d’un projet de rock expérimental dirigé par le producteur et bassiste Bill Laswell et mettant en vedette le guitariste Buckethead et le batteur Bryan “Brain” Mantia dans presque toutes les incarnations du groupe.

Le groupe a travaillé avec de nombreux autres artistes tels que Serj Tankian de System of a Down, Iggy Pop, DXT et DJ Disk.

Praxis combine des éléments de différents genres musicaux tels que le funk, le jazz, le hip-hop et le heavy metal dans une musique hautement improvisée.

Le premier album du groupe, Transmutation (Mutatis Mutandis), sorti en 1992, a été bien accueilli par les critiques. Praxis était composé de Buckethead, du clavier Bernie Worrell, du batteur Brain, du bassiste Bootsy Collins et d’Afrika Baby Bam dans le rôle “AF Next Man Flip” sur les platines. Bill Laswell a dirigé le projet et a servi de producteur et de co-auteur d’une grande partie du matériel de l’album.

Voici The Interworld And The New Innocence, interprété par Buckethead:

Extrait du concert de Giant Robot du 29 mai 2004 à l’Independent de San Francisco, California.

Voici une reprise de Space Oddity par Steven Wilson en duo avec Ninet Tayeb à l’Hammersmith Apollo lors du concert du 27 janvier 2016 :

Steven Wilson et Ninet Tayeb sont accompagnés du groupe de prog-rock de Steven Wilson, ce qui rend vraiment bien l’atmosphère de l’univers de Major Tom.

Le tout a été filmé avec des caméras GoPro disposées le long de la scène.

Un très bel hommage à David Bowie.

Veteran of the Psychic Wars

“Veteran of the Psychic Wars” est une chanson du groupe de hard-rock américain Blue Öyster Cult, écrite par Eric Bloom et l’auteur britannique Michael Moorcock, qui se trouve aussi être le créateur d’Elric de Melniboné.

La chanson est sur l’album Fire of Unknown Origin, une version longue apparaît sur l’album Extraterrestrial Live et également dans la bande originale du film d’animation Heavy Metal de 1981.

L’expression “…veteran of a Thousand Psychic Wars” vient de la chanson “Standing at the Edge” du groupe Hawkwind, qui se trouve sur l’album Warrior on the Edge of Time (1975), et qui traitait également du mythe du Champion éternel.

Elric de Melniboné

Elric de Melniboné est un personnage de fiction, inventé par l’écrivain anglais Michael Moorcock et héros du Cycle d’Elric, écrit entre 1961 et 1972.

Inspiré par Zenith l’Albinos, le méchant de la série Sexton Blake, Elric est un albinos à la santé défaillante, ce qui l’oblige à consommer de nombreux remèdes jusqu’à ce qu’il trouve Stormbringer, une épée qui, en buvant les âmes de ses adversaires, est capable de lui redonner de la vigueur.

Dernier empereur de l’île de Melniboné en pleine décadence, il tente vainement d’y introduire des réformes, mais se voit finalement contraint d’amener sa chute à la suite de la félonie de son cousin Yyrkoon. Tourmenté par le meurtre qu’il a lui-même commis de sa cousine et amante Cymoril, il parcourt par la suite son monde, ainsi que quelques autres mondes du Multivers, aux côtés de son fidèle ami Tristelune d’Elwher.

Le mythe du Champion éternel

Sur chacun des plans des millions de sphères du multivers, il existe une incarnation du Champion éternel qui, délibérément ou pas, est le gardien de la balance cosmique. Chaque incarnation du Champion éternel est déchirée par le doute, la crainte, et souvent la culpabilité. Parfois, il recherche un être plus élevé qui commande les dieux lunatiques de la Loi et du Chaos.

Les différentes incarnations du Champion sont liées par divers points communs, par exemple leurs noms : celui de Jherek Carnelian rappelle Jerry Cornelius, et le nom complet de Corum, Corum Jhaelen Irsei, est une anagramme de Jeremiah Cornelius.

Michael Moorcock emprunte parfois à la mythologie ou à l’histoire pour nommer les champions éternels. Ainsi dans le multivers, Ulysse est une incarnation du champion éternel :

« Ryan, Hawkmoon. Powys. Cornell. Brian. Umpata. Soian. Klan. Clovis Marca. Pournachas. Oshbek-Uy. Ulysse. Ilanth.

Ma propre voix s’éleva soudain.

– NON ! JE SUIS SEULEMENT EREKOSË !

-Champion Eternel. Soldat du Destin ».

extrait de Les guerriers d’argent (The silver Warriors),1970.

Heavy Metal

Heavy Metal est un film d’animation pour adulte, anthologie de diverses histoires de science fiction et de fantasy, adaptées du magazine Heavy Metal et d’histoires originales dans le même esprit. Sorti en 1981, il est mis en scène par Gerald Potterton et produit par Ivan Reitman et Leonard Mogel, qui était également l’éditeur du magazine Heavy Metal, qui est la base du film.

Voici un bon petit mashup de Wax Audio qui combine Hotel California des Eagles avec A Saucerful of Secrets (Live at Pompeii) de Pink Floyd :

Wax Audio est un producteur australien de mashup, qui se concentre surtout sur les légendes du rock. Et tous ses albums de mashups sont téléchargeables gratuitement depuis son site !

C’est aussi l’occasion de revoir le théâtre de Pompéi, que nous avions adoré lors de notre voyage à Rome.

Le résultat de cette combinaison est surprenant mais je le trouve très bien.

Voici un deuxième extrait de l’album “The 5th Sun” du groupe de stoner suisse Monkey3 :

Toujours aussi lourd, martial, épique mais à la fois empreint de délicatesse et d’un côté presque aérien dans les breaks. C’est un vrai régal de se plonger dans leur univers.

Je n’ai pas encore pu les voir cette année… l’année prochaine peut-être?!

Leb I Sol (“Pain et Sel” en français) est un groupe de fusion ex-Yougoslave qui s’est formé le 1er janvier 1976 à Skopje, qui se trouve maintenant dans la République de Macédoine.

Voici leur version de “Uci me majko, karaj me”, avec Dado Topic (ex-chanteur du groupe de prog Time):

Au début de leur carrière, Leb I Sol essaie de marrier une approche jazz-rock instrumentale avec les sons traditionnels des Balkans. Les deux premiers albums sont des reprises instrumentales de chansons traditionnelles de la Macédoine.

Le troisième album, “Rucni rad”, explore l’improvisation laissée par le jazz alors que le quatrième album, alors que le groupe devient un trio, repart sur l’esprit de la fusion.

Stefanovski a toujours été considéré comme l’un des meilleurs guitaristes de l’ex-Yougoslavie, même si sa technique se rapproche beaucoup de celles d’Allan Holdsworth ou de John McLaughlin.

Leb I Sol est un des groupes les plus important de la République de Macédoine. Ils ont joué pour la dernière fois à Thessalonica, en Grèce, en décembre 1995, avant que le groupe ne se sépare.

Très bon mélange de fusion et de rock progressif.