Tag

film

Browsing

Vesuvius est un groupe fictionnel, créé pour le film The Rocker (2008).

Dans le film, le groupe Vesuvius se fait remarquer lors de l’un de leur concert par un producteur qui leur propose un contrat mais à condition de remplacer leur batteur du nom de Fish (Rainn Wilson) par un autre batteur, fils à papa. Le groupe accepte et Fish se retrouve délaissé, alors que son ancien groupe devient l’un des groupe de Rock les plus connus.

20 ans plus tard, alors qu’il est renvoyé de son travail et de l’appartement de sa petite amie, il va chercher refuge chez sa sœur. Son neveu lui demande s’il veut jouer avec son groupe, ADD, lors du bal de fin d’année de son lycée car leur batteur a été renvoyé du même lycée. De là, ils vécurent de nombreuses aventures hilarantes et se retrouvent au sommet allant même jusqu’à dépasser Vesusius.

Voici Pompeii Nights, une chanson glam/hard-rock pêchue :

Les chansons attribuées à Vesuvius ont été écrites et jouées par le groupe Lazlo Bane, avec Keith England au chant.

Organized Crime in America (1929 – 1951)

1929: Wall Street crash, which forced gangsters to find a new wy of making money in a time of recession. 1951: middle of the Cold War.

Kefauver hearings started the huge mystification of the Mafia, discovering that organized crime was still on in the U.S. First TV debates on organized crime. In history, gangsters and Organized Crime did exist. Between history and culture, there are matters of ideology: in what way does that interact with what was seen on screen ?

Presence of censorship and self-regulation for films. Sometimes people wanted to ban or censor gangster films: interactions between politics, culture and crime. Movies influenced the war against crime. The history of Hollywood is that of people for and against those movies. Creation of compromises: "production code" (not censorship) to see what people disliked and to escape post-censorship.

But how censorship is possible in the US ? (c.f. the first Americans and the liberty of expression). It was considered as a commercial venture. A way of skirting the censorship was to show 2 shots to see a person killed instead of one (the latter was prohibited).

The Asphalt Jungle

[8 minutes after the beginning]
Career of a famous gangster, Rocky Sullivan. Idea of compressing several years in 7 minutes. The text and the images are superposed. Importance of the music. Repetition of sequences:

  • first evocation of a juvenile gangster.
  • then evocation of a famous gangster (wives, champagne, club). Glamorous life of the gangster

Relentlessness of the law: he stole fountain pens and was sentenced for 30 years. Then, when he became a big gangster, he was always acquitted. Criticism of the American judicial law, which was tough on petty criminals and lenient on gangsters (due to corruption). Such a movie was commenting the history of the time but was also critical on the America of the 1930’s.

Scarface

[middle]

2 identical shots of the scene (medium shots). Gangsters are not colorful people. This movie cannot try to counteract the image of the media. A certain amount of violence was accepted only if there were more "normal" scenes (like the dialogues at the police station, at the newspapers office…). 2 endings: 2 audiences.

Different modes of communication

The film breaks down the image that each institution had constructed by revealing it. Films might hold contradictory messages. They are ambivalent and we might not know what to think: there is no single message. We do not have the same vision of violence as the people of the time: violence is different and also depends on social levels, countries…

Writing belongs to a digital mode of communication. It is digital because it has no objective connection between the meaning and the word. There is an arbitrary relation between the signifier and the signified (e.g. "cat" and the real cat). But the connection between the image of a cat and the word cat is analogical. You de-code a novel. With a film, you see first and think later. Movies are a mechanical reproduction of image, sound and movement.

The digital mode of communication is more complex and requires more capacity for abstraction. One word can mean a whole conception.

The analogical mode of communication is on the side of establishing relationship between foreground and background, between what comes before and after.

The act of reading is different to that of seeing a film. The reader controls the reading (can stop, skip..) whereas in he 1930’s you could not do the same with the films. You could not control the time of viewing. When you see a movie you imagine more or less but you see more. The whole world of the movie is unreal. The perceptions are real but what is showed is unreal (fiction). A movie puts the viewer in a semi-hypnotic state. With the manipulation of time, scale (close-ups, long shots..), it creates a distortion of perception. The spectator is supposed to be passive: yet, people would never go to the movie if they did not think it was made for them. Dialogues have to be very understandable. Completely artificial and yet it looks natural.

Definition of the Organized Crime

It is non ideological. According to Abadinsky; it is a hierarchy with a limited or exclusive membership. It perpetuates itself and is characterized by the willingness to use illegal violence and bribery. It is specialized in the division of labor, is monopolistic and governed by explicit rules and regulations :

  • non-ideological : based on power and money.
  • hierarchy : head of a Mafia family.
  • membership : does not concern all types of crimes.
  • perpetuates : c.f. the Asphalt Jungle: people getting together for a big hold up and trying to part together afterwards.
  • illegal violence and bribery : important for organized crime, essential part of gangster movies. It showed that America was corrupted.
  • division of labor : organized crime is an economic unit. Each gang wants to have complete monopoly in its area, hence gang fights in Chicago: you cannot share the place. Also characteristic of american capitalism.
  • rules and regulations : connected with hierarchy. Loyalty is very important.

NOTE: all movies dealing with crime do not deal with organized crime.

It is easy to say that foreigners were responsible for crime and that America would be better if cleared out. America is – was a big mythology: the land of freedom and opportunity for all. The first immigrants lived in ghettos, unemployed and were submitted to other harsh treatment by the american population. They organized along ethnic lines because America failed to integrate the first generation of immigrants.

Sommaire de la série Organized Crime in America during the Prohibition (1929-1951)

  1. Evolution of Organized Crime
  2. Organized Crime : Expression and Repression
  3. Organized Crime and the Prohibition
  4. Organized Crime in America
  5. Repression and Censorship

J’ai regardé hier soir un film intitulé Triple Threat. Je crois que c’est la première fois que je prends la télécommande pour faire une avance rapide dans un film. C’est assez dérangeant comme sentiment, c’est comme si l’on l’on escamotait les pages d’un livre pour arriver plus rapidement à la fin sauf que là c’est vraiment justifié : l’action est inexistante (c’est pourtant marqué film d’action sur le boîtier, on ne doit pas utiliser le même référentiel) et les dialogues dignes d’une série B américaine (et je suis gentil). Mais ce qui remporte le pompon, c’est la performance des acteurs : à croire qu’ils ont fait le casting dans la rue un soir de braderie… de vrais amateurs.

J’avais une place libre dans mon top 5 des plus mauvais films, elle est désormais prise…

Mon pote Arthur m’a invité jeudi soir aux Utopiales qui se déroulaient à la Cité des Congrès de Nantes, dont le thème cette année tournait autour de l’imaginaire vernien, en hommage à Jules Verne. Etant passionné de science-fiction, heroic fantasy & fantastique, je ne pouvais pas louper ça. Arthur m’appelle à 18h sur mon portable : le premier film commence à 18h45. J’attrape mon blouson et je saute dans la voiture à 18h05. Arrivée dans le parking de la Cité des Congrès à 18h50, je n’avais jamais vu un tel bin’s sur le périphérique, complètement bouché des deux côtés. Humeur pressée puisque le film a déjà commencé. Arthur m’appelle une nouvelle fois alors que je passe les portes d’entrée de la Cité des Congrès. Je décroche, me dirige d’un pas pressant vers les escaliers, avant de voir les gestes effrénés d’Arthur pour capter mon attention dans le noir.

1er film : Mighty Peking Man (King Wong)

Evelyn Kraft - Mighty Peking Man (1977)Mighty Peking Man - 1977Un remake de King Wong avec une blonde sculpturale qui vit dans la jungle. Le film est vraiment de série Z avec ses décors en carton pâte, ses dialogues à deux balles et les plans très seventies sur fond de musique sirupeuse. Certaines scènes sont à mourir de rire : par exemple lorsque la sauvageonne grimpe à l’arbre ou qu’elle s’amuse à porter un léopard sur son dos comme s’il s’agissait d’un chiot ! Et lorsque la sauvageonne quitte sa jungle pour la civilisation, cela n’étonne personne qu’elle se balade entre les buildings avec sa petite tenue de Jane. Incroyable ! =) Et pourtant, on s’est super bien amusé en regardant ce film : sur les 600 personnes qui devaient se trouver dans la salle, la plupart ont applaudi ou éclaté de rire sur certaines scènes, ce que je n’avais jamais vu auparavant dans un cinéma. Très très bonne ambiance.
Allez, juste pour le fun : la bande annonce de Mighty Peking Man (King Wong).

Entracte : « mais ils ont tous des têtes de geeks ici ! On se croirait à une convention Star Wars ! »

2ème film : Suicide Club

Film assez gore, interdit aux moins de 16 ans : dans les premières minutes du film on assiste au suicide de 54 adolescentes qui se jettent sous une rame de métro avec du sang qui gicle partout. Très gore, assez peu d’intérêt. Tentatives confuses de soulever des questions pseudo-philosophiques. Je passe.

3ème film : Kentucky Fried Chicken

Film très drôle de John Landis, le réalisateur de Blues Brothers et Un fauteuil pour deux avec John Landis himself présentant son film comme un navet fini ! Il venait des Etats-Unis à Nantes juste pour présenter son film avant de se rendre à un festival de cinéma en Italie. Super sympa, mais son traducteur était vraiment à la ramasse. On s’est d’ailleurs un peu lâchés Arthur et moi lorsque Landis a demandé si la traduction était bonne… ;-) Pour le film, il s’agit de parodies genre Les Nuls donc si vous êtes fans, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Au final, une super soirée. Comme quoi on peut voir des films de série Z pendant lesquels on s’ennuie moins que devant les navets proposés à la télé. Merci Arthur !

Brice de NiceHier soir, on arrive devant l’UGC pour aller voir Hitch. Deux semaines de préparation pour réunir la bande au même moment au même endroit, cela demande pas mal d’efforts. On avait même vérifié les horaires sur le site d’UGC. Tout, vraiment tout avait été prévu. On arrive à la caisse du cinéma : « désolé mais Hitch passe tous les jours sauf le mardi et le jeudi ». Aaargh ! You talkin’ to me ?! J’ai failli y aller Jack Bauer-style. Notre plan tombé à l’eau, nous voilà donc à cogiter sur une éventuelle solution de secours : prise en main du programme, élimination des films nuls/chiants/dramatiques. Au final, il ne devait en rester qu’un : Brice de Nice.

On pensait aller voir un navet, préalablement descendu en flèche par la critique, et on a eu tort : c’est un bon film à voir avec une bande de potes. On est d’accord, cela ne fera pas partie du panthéon du cinéma français mais par contre la salle était pliée du début à la fin et il n’y avait pas que des djeuns. Le scénario reprend le sketch original qui est atomisé sur la durée du film, saupoudré de scènes franchement hilarantes. Le bretzel. La scène du bretzel. ROFL. Je ne vous dis que ça : cela fait partie des scènes inoubliables qui vont faire de ce film un film culte. Sérieusement.

Chose très rare, je suis allé au cinéma ce week-end. Ce qui est encore plu rare, c’est d’y avoir été un dimanche et pour voir une bouse infecte dénommée Constantine et dans laquelle jouent Keanu Reeves et Rachel Weisz. Le scénario est à dormir debout : Constantine (Keanu Reeves) possède le don de voir les hybrides anges et démons qui se baladent sur terre sous une apparence humaine. Seulement il refuse ce don et tente de se suicider, ce qui fait de lui un réprouvé aux yeux de l’Eglise. Pas de paradis pour lui donc, ce qui le pousse à exterminer tous les démons qu’il peut trouver dans l’espoir de se racheter. Bon, là on nage déjà sérieusement dans un potage mi-SF mi-religion, rien de nouveau : on identifie facilement les gentils (les anges ont des ailes) et les méchants (les démons sont pas beaux). En fait l’attrait majeur du film c’est Rachel Weisz, la détective qui cherche à élucider la mort mystérieuse de sa soeur. Je crois qu’il n’y a qu’elle et Lucifer avec son humour cynique qui rachètent un peu le film. Au final, deux heures de perdues. Constantine est un film qu’on verra une fois dans sa vie (allez deux si on compte la rediffusion sur TF1 parce qu’on ne se souviendra plus de l’histoire). C’est encore un de ces films où Keanu Reeves est on ne peut plus décevant (souvenez vous de The Watcher) : il est dans le film mais sans y être vraiment présent. Bref, si vous avez aimez The Matrix regardez-le encore une fois : cela vous évitera la déception.

Par contre, le scénario de Final Cut me semble plutôt pas mal. A voir si les potes sont d’attaque la semaine prochaine.

Petit week-end cinéma avec Resident Evil Apocalypse, PayCheck, La mémoire dans la peau et La mort dans la peau. C’est inhabituel que j’en regarde autant mais bon… on a tous des périodes comme ça. Je viens de me rendre compte que mon site n’a pas beaucoup évolué depuis presque un mois : je suis occupé à lire mes bouquins. J’ai fini Shakespeare, ai commencé un bouquin de droit public ainsi qu’un recueil de nouvelles pour la fac. Si cela continue je n’aurais jamais le temps de commencer le dernier Robert Jordan qui m’attend fiévreusement à côté du lit… Et j’ai un Pierre Bordage en réserve que j’ai pris à la médiathèque !

Voici l’achat de la semaine, destiné à remplacer l’écran 15″ illisible de mon père. A noter le tuner TV, j’ai hâte de voir cela.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :