Derniers jours en Vendée…

Be cool

Le chapitre Vendée 2005-2006 touche à sa fin : environ 15 élèves en 4ème – qui ne sont présents que pour rendre leurs livres – et 6 élèves en 5ème… cela sera séance DVD pour tout ce petit monde. Au programme : Be Cool.

C’est assez drôle d’observer le changement d’attitude des élèves : au début il ne veulent pas regarder (“faut le mettre en français Msieur !”, “pourquoi c’est pas marqué en français ?!?”) mais une fois qu’ils voient deux ou trois gangsters qui écoutent du rap et une chanteuse R’n’B, c’est parti : tous scotché devant l’écran !

Les 5èmes ont d’ailleurs été plus attentifs que les 4èmes, remarquant d’emblée les stéréotypes et les manières de s’exprimer. Très intéressant !

C’est dommage : ils ne pourront peut-être pas voir la suite demain à cause du tournoi de foot. Comme les profs sont responsables de leurs classes, si nos élèves sont sur le terrain le professeur doit forcément y être aussi… il va y avoir du match profs-élèves je le sens !

J’ai fêté mon départ avec les collègues dans la salle des profs et ils ont profité de l’occasion pour m’offrir le livre qui va pour l’occasion : Entre les murs de François Bégaudeau.

Apparemment, cela est adapté à ma situation. A voir si je dois écrire la suite !

Apéro-dîner chez Isa. Super sympa – rentré à 4 pattes.

Des collégiens à la recherche de changement

Je ne sais pas ce qu’on mes élèves en ce moment mais ils sont vraiment insupportables.

Le point rassurant (mais l’est-il vraiment ?), c’est que tous les autres profs connaissent la même situation, le point inquiétant c’est qu’il reste encore un bon mois avant la sortie.

Et avec Roland Garros et la coupe du monde de football qui s’annonce, je pense que cela va être rock’n’roll de les maintenir en classe.

Et il faut bien avouer que la direction du collège ne fait rien pour arrondir les angles : l’arrêt des notes a été fixé au 1er juin, ce qui fait que le troisième trimestre aura duré en tout et pour tout environ un mois et demi. Et comment évalue-t-on ce qu’on va apprendre au mois de juin, hmmm ?

Devançant un peu cette situation peu favorable, j’ai officiellement lancé mon projet d’étude sur l’Australie, baptisé The Oz Project pour l’occasion.

Au menu : webquest sur l’Australie, recoupement des informations, édition d’un document OpenOffice, réalisation d’un panneau pour afficher en classe et présentation orale devant la classe.

J’ai de bons espoirs de les accrocher sur le projet : ils m’ont demandé s’ils pouvaient chercher chez eux et imprimer en couleur. Bon signe !

Finalement, je crois qu’ils ont besoin de changer, de casser la routine et de faire autre chose. J’en ai pour au moins 5 ou 6 séances en salle multimédia, cela devrait leur donner un bon bol d’air.

Excitation incontrolée d’élèves pré-pubères

Raaaahhhh !!! Mais qu’est-ce qu’ils ont mes gosses en ce moment ?! Franchement, je n’y comprends rien : la semaine dernière j’ai eu un cours impeccable pendant lequel j’aurais quasiment pu entendre les mouches voler. Vendredi, les 5èmes étaient intenables et aujourd’hui c’était au tour des 4èmes de faire leur cirque. Marre de devoir recadrer sans cesse, je suis désormais obligé de faire le boulot de leurs parents ! Je sens que je vais ressortir mes petites punitions de 200 lignes, cela ne va pas faire un pli. Ce n’est pas trop le moment de venir me chercher vu la somme de travail que je dois fournir pendant les deux prochaines semaines – et plus encore lorsque j’aurais véritablement commencé le stage pratique. Pas vraiment le moment de me chercher donc…

J’ai remarqué qu’il devient quasiment impossible de travailler dans de bonnes conditions le lundi après-midi. En fait, il faut les avoir tôt le matin, juste après qu’ils aient émergé. C’est à ce moment-là qu’ils sont le plus productifs. Et les plus attentifs surtout.

Petit bonus au collège ce soir : réunion avec les parents des élèves qui partent in Irlande en mars. J’ai parcouru la salle des yeux et regardé certaines réactions pendant le speech ‘sécurité’ de ma collègue : il va y avoir du sport je le sens d’ici. J’ai intérêt à bien dormir avant… Finalement je n’ai pas des masses d’élèves qui partent mais je me demande si ce n’est pas un mal. Les autres m’ont l’air bien moins rebelles. But you can’t judge a book by its cover, right ?

Gestion de classe : recadrage d’élèves

Watta!!!

J’ai “recadré” aujourd’hui mes deux classes : je les ai d’abord accueillis avec un masque de fer glacial dans le couloir où je les ai fait se ranger contre les mur deux par deux et en silence.

Puis, je leur ai demandé de se tenir debout au fond de la classe pendant que je leur exposai toutes les nouvelles règles de classe : j’ai introduit un système de croix (travail oublié, affaires manquantes : une croix ; un travail supplémentaire au bout de 2 croix ; la colle au bout de 5 croix ; le rendez-vous avec les parents ensuite) ainsi qu’un nouveau sytème pour le carnet de liaison.

Désormais, je prends le carnet comme un carton jaune si je constate une infraction et je le pose sur mon bureau.

Si l’élève se tient à carreaux pendant l’heure, je lui rends son carnet. Sinon, carton rouge : mot dans le carnet plus punition si nécessaire.

Cela m’aurait semblé complètement fou de faire cela en 4ème il y a encore un mois. Maintenant je trouve cela plus que normal, voire impératif : c’est fou comme notre conception des choses peut changer rapidement.

Suite à ce recadrage plus que vital pour ma sanité d’esprit, j’ai noté un subtil changement d’attitude : dès que je remarque quelqu’un qui bavarde ou qui ne travaille pas, je retourne vers le bureau et annote une croix près de son nom.

Tous les élèves ont alors leur regard braqué sur le mien. C’est à croire qu’ils sont masochistes : ils savent qu’ils vont être punis mais continuent et se prennent la punition, qu’ils font par ailleurs !

Enfin, maintenant que j’ai repris le contrôle des opérations, on va enfin pouvoir faire de l’anglais. Pourvu que ça dure…

Résumé d’une première semaine de cours

“Alors que se passe-t-il ? Où es-tu ?!” vous entends-je me demander et c’est bien compréhensible… Et bien comme déjà mentionné, je travaille à St Gilles Croix de Vie et j’habite aux Sables d’Olonne.

Mais ce n’est pas tout : privé d’ADSL pour un temps encore indéfini, je suis obligé d’attendre le week-end pour donner quelques nouvelles et me mettre un peu au goût du jour.

Cette semaine ayant marqué mon arrivée au sein de l’Education Nationale, j’ai décidé de créer une nouvelle catégorie – intitulée tout bonnement Mister B. – qui vous permettra de suivre mes tribulations et tâtonnements

Tout d’abord, le lieu : je me retrouve dans un collège de Vendée qui accueille environ 600 élèves. Je suis chargé d’enseigner à des classes de 5e et 4e.

Lundi : le premier contact fut assez bon et les cours se déroulent pour l’instant relativement bien.

Évidemment, j’ai déjà dû séparer les quelques associations qui empêchaient le déroulement normal du cours mais dans l’ensemble, ils se tiennent à carreaux. En même temps, je ne leur laisse pas trop le choix…

Mardi : repos puisque notre formateur IUFM avait une obscure réunion. Mercredi : passage à La Roche sur Yon pour retrouver mes camarades du Capes à l’IUFM.

Notre formateur passe la première heure à nous expliquer l’historique du bâtiment IUFM de La Roche ainsi que celui de la petite école primaire adjacente.

Nous réprimons une immense envie d’exploser de rire – les petites réflexions fusent, toutes plus délirantes les unes que les autres. Cela m’a fait repenser à la terminale ;-).

Jeudi/Vendredi : mon tuteur vient m’inspecter en première heure. Les élèves acceptent sa présence sans broncher, j’entends presque les mouches voler.

Le cours se déroule sans problème mis à part que le baffle du lecteur K7 était tourné vers le mur et non vers la classe. Erreur de jeunesse…

De nombreux tâtonnements donc dans cette première semaine mais j’apprends beaucoup, non seulement de mes élèves mais aussi sur moi-même.