J’aimerais aujourd’hui aborder le thème de la relation malsaine qu’entretiennent les média (publicitaires surtout) avec les enfants. Cela fait déjà quelques années que la publicité parasite nos cinq sens afin de nous influencer à acheter tel produit ou à utiliser tel service.

La publicité s’est immiscée dans chaque interstice de notre vie et nous suit à la trace : vous vous réveillez sans doute avec la radio, subventionnée quasi-totalement par les recettes publicitaires. Le concept même de radio en fait une plateforme de diffusion publicitaire continue : les chansons que l’on peut entendre ne sont qu’une accroche pour vous inciter à découvrir l’album.

Avez-vous remarqué comme le matraquage de certaines radios vous poussent littéralement à aimer, avec le temps, une chanson que vous ne supportiez pas la première fois que vous l’avez écoutée ? Bienvenue dans le monde moderne, l’ère digitale qui prendra tellement soin de vous qu’elle décidera désormais à votre place !

Les enfants et la société de consommationSortez de chez vous : panneaux publicitaires dans la rue, sur les façades des maisons, sur les bus, à l’intérieur des bus. Publicité à images fixes, défilantes. Publicités sonores. Allumez votre ordinateur. La publicité inonde alors votre écran : bannières publicitaires, animations flash intempestives… si vous ne faîtes rien, c’est un tiers de votre écran qui se laisse envahir par ce fléau. Je ne mentionnerai même pas la télévision, support publicitaire par excellence, imposant ses images et slogans dans tous les foyers.

Nos parents et nous, on devrait s’en sortir. C’est un peu comme le langage SMS, on n’a pas été contaminés au départ. Les générations post-90 risquent par contre d’en baver.

A lire :  Supprimer la publicité des recherches Google

“A force d’appeler ça ma vie je vais finir par y croire. C’est le principe de la publicité.” – Samuel Beckett

Est considérée comme publicité, toute communication ayant comme but direct ou indirect de promouvoir la vente de produits ou de services, y compris les biens immeubles, les droits et les obligations, quel que soit le lieu ou les moyens de communication mis en œuvre.

La publicité est une forme de communication, dont le but est de fixer l’attention du consommateur sur un objet, et de l’inciter à adopter un comportement déterminé vis-à-vis de ce dernier. Pour atteindre ce but, elle a généralement très peu de temps et de moyens. Il lui faut donc presque simultanément capter l’attention, la retenir, et faire passer son message.

En ce sens, la publicité pourrait être classée dans la catégorie des techniques de manipulation de la conscience, n’était son caractère parfaitement explicite. La déontologie publicitaire, et la règlementation, exigent donc que la publicité se présente comme telle, et non comme un spectacle ou comme une source d’information indépendante et fiable.

Des associations comme l’Anti Advertising Agency poussent même l’hacktivisme jusqu’à voiler les écrans publicitaires avec des messages qui appellent au bon sens des citoyens.

Je trouve que c’est une très bonne idée. A force de nous servir de la soupe constamment, il devient aujourd’hui difficile de faire la différence entre une publicité et un article de presse. Je pense notamment à ces publicités que l’on trouve dans les magazines qui imitent la forme et la présentation de certains articles, cherchant à s’imposer de manière détournée comme une source d’information.

A lire :  Cracker - Low

Quelle place est alors laissée à notre libre-arbitre, notre liberté de choisir en toute indépendance ?

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

Publicité, société de consommation et libre-arbitre

par Matt Lecture: 3 min

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: