Category

Music/Séries

Category

Tous les articles sur la musique, le cinéma et les séries TV en version originale.

Mon pote Arthur m’a invité jeudi soir aux Utopiales qui se déroulaient à la Cité des Congrès de Nantes, dont le thème cette année tournait autour de l’imaginaire vernien, en hommage à Jules Verne. Etant passionné de science-fiction, heroic fantasy & fantastique, je ne pouvais pas louper ça. Arthur m’appelle à 18h sur mon portable : le premier film commence à 18h45. J’attrape mon blouson et je saute dans la voiture à 18h05. Arrivée dans le parking de la Cité des Congrès à 18h50, je n’avais jamais vu un tel bin’s sur le périphérique, complètement bouché des deux côtés. Humeur pressée puisque le film a déjà commencé. Arthur m’appelle une nouvelle fois alors que je passe les portes d’entrée de la Cité des Congrès. Je décroche, me dirige d’un pas pressant vers les escaliers, avant de voir les gestes effrénés d’Arthur pour capter mon attention dans le noir.

1er film : Mighty Peking Man (King Wong)

Evelyn Kraft - Mighty Peking Man (1977)Mighty Peking Man - 1977Un remake de King Wong avec une blonde sculpturale qui vit dans la jungle. Le film est vraiment de série Z avec ses décors en carton pâte, ses dialogues à deux balles et les plans très seventies sur fond de musique sirupeuse. Certaines scènes sont à mourir de rire : par exemple lorsque la sauvageonne grimpe à l’arbre ou qu’elle s’amuse à porter un léopard sur son dos comme s’il s’agissait d’un chiot ! Et lorsque la sauvageonne quitte sa jungle pour la civilisation, cela n’étonne personne qu’elle se balade entre les buildings avec sa petite tenue de Jane. Incroyable ! =) Et pourtant, on s’est super bien amusé en regardant ce film : sur les 600 personnes qui devaient se trouver dans la salle, la plupart ont applaudi ou éclaté de rire sur certaines scènes, ce que je n’avais jamais vu auparavant dans un cinéma. Très très bonne ambiance.
Allez, juste pour le fun : la bande annonce de Mighty Peking Man (King Wong).

Entracte : « mais ils ont tous des têtes de geeks ici ! On se croirait à une convention Star Wars ! »

2ème film : Suicide Club

Film assez gore, interdit aux moins de 16 ans : dans les premières minutes du film on assiste au suicide de 54 adolescentes qui se jettent sous une rame de métro avec du sang qui gicle partout. Très gore, assez peu d’intérêt. Tentatives confuses de soulever des questions pseudo-philosophiques. Je passe.

3ème film : Kentucky Fried Chicken

Film très drôle de John Landis, le réalisateur de Blues Brothers et Un fauteuil pour deux avec John Landis himself présentant son film comme un navet fini ! Il venait des Etats-Unis à Nantes juste pour présenter son film avant de se rendre à un festival de cinéma en Italie. Super sympa, mais son traducteur était vraiment à la ramasse. On s’est d’ailleurs un peu lâchés Arthur et moi lorsque Landis a demandé si la traduction était bonne… ;-) Pour le film, il s’agit de parodies genre Les Nuls donc si vous êtes fans, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Au final, une super soirée. Comme quoi on peut voir des films de série Z pendant lesquels on s’ennuie moins que devant les navets proposés à la télé. Merci Arthur !

Desperate Housewives season 3Non !!! Ne me dîtes pas que mes amis américains ont oublié de me prévenir ! La saison 2 de Desperate Housewives a déjà commencé!

Heureusement qu’ils ont pensé à enregistrer les 4 premiers épisodes qui sont déjà sortis, maintenant il faudrait qu’ils pensent à me les poster (tu la vois bien l’allusion là non ?! ;-)).

Je vais vous dire, cela m’a fait un choc de voir que j’étais à la bourre : j’étais tranquillement en train de vérifier mes favoris pour les mettre à jour lorsque j’ai découvert le lancement de cette fameuse saison 2 que nous autres anglicistes attendions avec la plus grande impatience. Après le choc vint l’excitation de pouvoir enfin voir la suite de la série que nous avions délaissé en mai/juin si je me souviens bien. On a dû finir cela juste avant le CAPES.

Mercury RevConcert de Mercury Rev hier soir à Nantes : mythique ! Et je pèse mes mots. Je classe ce concert dans mon Top 5 des meilleurs, à côté de celui de Page et Plant. Il est rare de voir un groupe aussi bien jouer ensemble : c’était plus que de l’harmonie, cela frisait la symbiose fusionnelle. Au niveau musical, j’ai été surpris de voir que toutes les nuances présentes sur les albums ont été respectées tout en ajoutant le petit quelque chose de plus qui fait que l’on ne se retrouve pas avec un concert similaire à l’album mais à une véritable représentation. Les musiciens ont joué comme des prodiges – je salue ici la performance du bassiste et du batteur dont les performances m’ont littéralement scotché à mon siège : le bassiste (Dave Fridmann), avec son look entre disco et heavy-métal, nous a ravi de licks énormes tout au long du concert et le batteur (Jeff Mercel), d’une pêche incroyable, s’est même mis debout pour taper plus fort au milieu du concert. Tout simplement phénoménal.

Mercury Rev (Jonathan)Au niveau scénique, une bande vidéo a défilé tout le long du concert, projetant des images et des citations de grands auteurs (Sartre, Gide, Krishnamurti, William Blake, Edith Warton, Yoda, Lao Tseu, Jonathan Levingstone the Seagull…), ce qui a ajouté quelque chose de plus au concert : le mélange audio et vidéo a en quelque sorte donné plus de sens à la musique et nous a offert quelques jolies pistes de réflexion sur la vie et le contact avec l’autre. Le chanteur, Jonathan Donahue, habillé en dandy dans la plus pure tradition britannique, a mené son groupe de main de maître, lâchant à plusieurs reprises sa guitare pour diriger son groupe à la manière d’un chef d’orchestre, dos au public, s’adressant au clavier et au guitariste, connu sous le nom de Grasshopper et qui ressemble un peu à Elvis dans sa manière de saluer le public avec ses deux doigts pointés en avant, tel un pistolero. Mercury RevMercury Rev nous a joué pas mal de morceaux de l’album Deserter’s Songs et du petit dernier The Secret Migration et nous a offert deux magnifiques rappels pour conclure sur Goddess on a Highway, l’un de leurs titres les plus rocks. Le public ne s’y est pas d’ailleurs trompé puisqu’il y a eu trois standing ovations et plusieurs minutes d’applaudissements.

J’ai découvert Mercury Rev en Autralie en 1999 et je suis vraiment heureux d’avoir pu assister à ce concert hier soir. Si jamais vous avez l’occasion de les voir en concert, n’hésitez pas et foncez. Vous ne le regretterez pas ! ^_^

Spoon - Gimme FictionLe dernier album de Spoon, Gimme Fiction (2005), vient de sortir. Comme je ne connaissais pas, j’ai écouté et j’ai vraiment adoré. Si vous êtes en période creuse en ce moment et que vous avez envie d’écouter un bon petit groupe rock, choisissez celui-là parce qu’il vaut vraiment le coup. On retrouve plusieurs influences dans cet album qui possède tantôt des accents Who (« Sister Jack »), tantôt un groove et une voix haut perchée que Prince lui-même n’aurait pas reniés (« I Turn My Camera On »). La chanson qui ressort le plus de Gimme Fiction reste pour moi « The Beast and the Dragon Adored » : mélange subtil de piano et de guitares dissonantes. Très bonne alchimie pour cet album fait partie de ceux que l’on redécouvre à chaque écoute. Il tourne depuis quelques jours sur ma radio et franchement, on ne s’en lasse pas !

Marty Friedman - ScenesScenes (1992), est un album solo écrit et composé par Marty Friedman, le guitariste de Megadeth. Là aussi, on redécouvre un Marty Friedman bien différent du guitariste solo de Megadeth : l’album a quelques tonalités acoustiques (« Night »), orientales (« Tibet » – « Valley of Eternity » serait parfaite pour une musique de film) suivies d’épopées épiques (« Realm of the Senses ») et toujours des solos à vous couper le souffle (« Angel ») ou et des riff groovy qui vous font dodeliner de la tête en tapant du pied (« Trance »). Nous sommes donc bien loin de l’univers shred de Megadeth et franchement, cela change tout en gardant un esprit avant tout mélodique et technique à la fois. Scenes est un donc un bon album que je vous recommande, à placer à côté de Patrick Rondat sur votre étagère.

Freaks and GeeksJe vais parler un peu « séries » aujourd’hui. Je regarde très peu les séries télévisées parce ce qu’elles finissent, pour la plupart, par se répéter ou se finir en queue de poisson, avec une fin compètement téléphonée. Bon d’accord, j’ai quand même quelques séries dont j’ai du mal à me passer : 24, Desperate Housewives, Starsky et Hutch… Non, oubliez le dernier, celui-là c’était quand j’étais gosse ;-).

J’aime donc les « bonnes » séries, celles qui me procurent des émotions : rire (le propre de l’homme), compassion, , . Et je viens d’en trouver une nouvelle, Freaks and Geeks, qui raconte les histoires d’une bande de lycéens dans un lycée américain tout ce qu’il y a de plus banal, au début des années 1980. La série est bien jouée mais le top ce sont les dialogues : j’ai vu la saison complète en anglais et le scénario est vraiment génial.

Cela tourne autour des copains, de la musique (concert des Who, décès de John Bonham, la période punk…), des relations parents-enfants, des relations entre les élèves qui sont classés en deux catégories principales : les freaks (les rebelles qui ne bossent pas, fument, sèchent les cours… les gens populaires) et les geeks (genre matheux du premier rang, sans aucune vie sociale, mal intégrés à la vie du collège/lycée).

Le ton est donc plutôt réaliste mais drôle : il y a même des scènes que tout le monde a vécu dans sa vie et c’est assez amusant de revoir cela sous un autre angle. La série compte seulement 18 épisodes et a été abandonnée par la chaîne NBC alors que plus de 25 millions de personnes la plébiscitaient chaque semaine… quel dommage !

[asa]B0001EQHXO[/asa]

Paradise LostEn classant un peu mes CDs, j’ai remarqué que cela faisait un bout de temps que je n’avais rien écrit sur ce que j’écoute et comme je suis en train de faire quelques playlists pour ma radio, j’en profite aujourd’hui. J’ai eu l’occasion d’écouter le nouveau Paradise Lost et c’est vraiment un petit bijou. On y retrouve le son et l’atmosphère des précédents albums mais avec le petit plus qui fait qu’il risque de tourner encore un bon moment dans la platine. Il y a même des chansons où je suis obligé de bondir de mon siège pour lire le nom de la chanson. Franchement, cet album éponyme est très bon.

CinderellaDans un autre style, j’ai également découvert Cinderella, groupe de rock/hard-rock/blues au look Guns N’Roses. On m’a prêté le best-of qui vient de sortir et il n’y a vraiment rien à jeter. En fait cela me rappelle beaucoup ce que je joue, notamment dans la manière de donner l’inflexion rythmique. Le chanteur a une voix assez agréable, joue de la guitare et du saxophone sur scène. Le groupe a toujours le look hard-rock des années 80 (souvenez-vous des joyeux hair bands) mais l’un des guitaristes joue d’une Gibson Double-neck. Là je fais une pause : combien de guitaristes peuvent vraiment la ramener avec une telle guitare ? Pas tant que cela si l’on regarde bien : au pied levé je dirais Jimmy Page (Led Zep), Alex Lifeson (Rush), Pete Townsend (The Who) et Slash (Guns n’Roses). Je dois sûrement en oublier un ou deux mais je pense que ceux-là sont vraiment ceux qui ont marqué l’histoire de cette guitare. Et bien je crois que je vais pouvoir ajouter Cinderella à cette liste :-)

TrigunVu que la fin de l’année approche, j’en profite pour terminer toutes les séries d’animes que j’ai commencé, histoire de faire un peu de place sur mon disque dur et mes étagères. Trigun relate l’histoire de Vash The Stampede – notre héros – un desperado farfelu surnommé le « Typhon Humanoïde » bien malgré lui et dont la tête est mise à prix pour 60 millions de double-dollars car il est accusé d’avoir détruit des villes entières et d’être un meurtrier sanguinaire.

Afin d’éviter les dégâts qu’il pourrait causer, une companie d’assurance envoie Meryl et Millie, deux charmantes jeunes femmes, à ses trousses. L’action se situe sur une planète possédant deux soleils, cinq lunes et un environnement aride et désertique. Les villages de cette planète sont habités par des colons d’un autre âge venus d’un monde lointain par vaisseau spatial (la mission Seeds) pour recréer un monde meilleur.

Véritable far-west futuriste basé sur l’action et l’humour, cette série est vraiment un must. De plus la bande son est tout simplement géniale : le générique de début se situe entre hard-rock et métal, l’entracte est quant à elle orientée shred. Le reste de la musique est plutôt rock, avec de beaux morceaux acoustiques par moment, c’est un vrai plaisir. Donc si vous aimez les séries mélant action, humour et rock’n roll… vous savez ce qu’il vous reste à faire ^_^

[asa]B002C3JVIA[/asa]

MadlaxJe viens de finir Madlax, un animé sorti par les studios Bee Train cette année. L’histoire a lieu dans le pays de Gazth-Sonika, ravagé par la guerre civile et dans lequel oeuvre Madlax, une mercenaire aux talents quasi-surnaturels.

La seconde protagoniste s’appelle Margaret Burton, fille d’une famille d’aristocrates européens qui vit à Nafrece, un pays non touché par la guerre. Les deux personnages sont liés par le mystère et par un livre sacré activement recherché par une organisation, Anfan, qui a la main mise sur le réseau d’information mondial.

Madlax gunMes lecteurs assidus auront remarqué que j’avais déjà émis un rapide avis sur Madlax. Et bien il a bien changé au long des épisodes.

Les thèmes de Madlax concernent la recherche de l’identité, l’essence de la nature humaine et la distinction entre illusion et réalité. Bon d’accord, dit comme cela, on dirait Matrix… mais l’anime est vraiment bien. Certains décors font parfois penser à Far Cry, notamment toute la partie guerre civile dans la jungle. Et la musique de Yuki Kajiura est envoûtante, plus soft que celle de Bakuretsu Tenshi mais aussi bon finalement. Bref, si vous les aimez les jolies filles aux longues jambes qui jouent avec des pistolets, cette série est pour vous.

[asa]B0012RD3WM[/asa]

Bakuretsu Tenshi ! J’ai fini il y a quelques jours de visionner l’anime Bakuretsu Tenshi et il est tout simplement magnifique.

Si vous êtes fan d’anime, d’action et de bonne musique n’hésitez plus et jetez-vous dessus car c’est vraiment l’une des meilleurs séries 2004.

L’histoire se passe dans un Tokyo futuriste où reigne la violence et où la RAPT, une section spéciale armée par les autorités, est chargée de faire régner la loi. Et nous avons 4 jeunes femmes adeptes de gunfights, explosions et combats de cybots pour mettre fin aux gangs.

L’univers du western-punk est magnifiquement rendu, les personnages sont sublimes et l’histoire tient (vraiment) debout, mêlant à la fois humour et action. La série s’adresse à un public adulte, vu la taille des habits vous comprendrez aisément. ^_^

J’en viens à la bande son qui est absolument énorme. Honnêtement après quelques épisodes, vous ne pourrez plus vous en passer : elle est déjà en playlist permanente chez moi. Définivement une série à classer aux côtés de Hokuto No Ken et Hellsing.

[asa]B003YCM0VI[/asa]

Je suis allé voir Popa Chubby et Big Ed Sullivan en concert hier soir à l’Olympic de Nantes: Popa Chubby a assuré toute la première partie d’Ed Sullivan derrière la batterie, accompagné de son bassiste et de son pianiste.

J’ai trouvé Ed Sullivan moyen, l’ayant surpris à deux reprises en retard sur le rythme… sensation étrange à ce niveau là ! De plus, il a utilisé le même « truc » dans plusieurs chansons – une harmonique suivie d’un bend près des mécaniques – ce qui faisait un peu, hum, just.

Popa Chubby a quant à lui dépassé mes espérances. Egal à lui-même, il a salué son public d’un tonitruant « ça va motherfuckers ? » qui a immédiatement galvanisé la foule. S’ensuivit un déluge de notes et d’harmoniques à vous couper le souffle avec quelques moments de grâce où, les yeux rivés à sa guitare, le public écoutait dans un silence religieux. C’était absolument magnifique. Merci Popa !

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :