Category

Music/Séries

Category

Tous les articles sur la musique, le cinéma et les séries TV en version originale.

[Chorus]
Someday we gonna rise up on that wind you know
Someday we gonna dance with those lions
Someday we gonna break free from these chains and keep on flyin’

[Verse 1]
They tellin’ me it’s all good just wait
You know you’re gonna be there someday
Sippin’ on Jim Beam ok
Gotta get these things one day
Till then do another line you know
Searching for that other high
Stop or I gotta steal then steal
Kill or I’m gonna be killed
I got a sack in my pocket
Conscious yellin’ drop it
You know we’re gonna lose it someday
And we tryin’ to hold it all together but the devil is too clever so
I’m gonna die you gonna die we gonna die Someday one day I said

[Chorus]
Someday we gonna rise up on the wind you know
Someday we gonna dance with those lions
Someday we gonna break free from these chains and keep on flyin’

[Verse 2]
Try to lie but it ain’t me Ain’t me
Try to look but I can’t see
Can’t stop right now cause I’m too far and I can’t keep goin’ cause it’s too hard
In the day in the night it’s the same thing
On the field on the block it’s the same game
On the real if you stop then it’s no pain but if you can’t feel pain then it’s no gain
Rearrange and you change and it’s all bad and you try to maintain but you fall back
And you crawl and you slip and you slide down
Wanna make it to the top better start now
So I hold my soul and I die hard
All alone in the night in the graveyard
Someday one day I’m gonna be free and they won’t try to kill me for being me
Hey someday

[Chorus]
Someday we gonna rise up on that wind you know
Someday we gonna dance with those lions
Someday we gonna break free from these chains and keep on flyin’

If you know how this is
Gonna see it’s not that easy
Don’t stop get it till it’s done
From where you are or have begun
I said keep on try a little harder to see everything you need to be
Believe in your dreams
That you see when you’re asleep

[Chorus]
Someday we gonna rise up on that wind you know
Someday we gonna dance with those lions
Someday we gonna break free from these chains and keep on flyin’

Praxis est le nom d’un projet de rock expérimental dirigé par le producteur et bassiste Bill Laswell et mettant en vedette le guitariste Buckethead et le batteur Bryan “Brain” Mantia dans presque toutes les incarnations du groupe.

Le groupe a travaillé avec de nombreux autres artistes tels que Serj Tankian de System of a Down, Iggy Pop, DXT et DJ Disk.

Praxis combine des éléments de différents genres musicaux tels que le funk, le jazz, le hip-hop et le heavy metal dans une musique hautement improvisée.

Le premier album du groupe, Transmutation (Mutatis Mutandis), sorti en 1992, a été bien accueilli par les critiques. Praxis était composé de Buckethead, du clavier Bernie Worrell, du batteur Brain, du bassiste Bootsy Collins et d’Afrika Baby Bam dans le rôle “AF Next Man Flip” sur les platines. Bill Laswell a dirigé le projet et a servi de producteur et de co-auteur d’une grande partie du matériel de l’album.

Voici The Interworld And The New Innocence, interprété par Buckethead:

Extrait du concert de Giant Robot du 29 mai 2004 à l’Independent de San Francisco, California.

in the day my darlin
i was here before
i was stealin starlins
i was sleepin on the shore
on the shore

in the day you’re turning
we were hidden for
we made picture books and
we made fixtures on the floor
on the floor
on the floor
on the floor
but you were gone

A retrouver sur l’album The Crow Mother, paru le 25 septembre 2012.

On An On est formé par d’ex-membres du groupe Scattered : Nate Eiesland, Alissa Ricci et Ryne Estwing ont décidé d’essayer des choses qu’ils n’avaient pas l’habitude de faire avec leur ancien groupe et leur son déjà établi.

C’est avec le producteur de Broken Social Scene, Dave Newfeld, qu’ils enregistrent leur premier album, autour du morceau Ghosts :

There are spirits coming to find me
They’re not stopping until it’s done
I can feel them taking me over

I can see them from fifty-six miles away
But I can’t hear what they’re saying
They gotta believe me that I’ll never forget you

Every day the ghosts are going to fly
Every way I know I’m going to try
To keep you alive, to keep you alive

Take me out into the night
It was all you didn’t say, you had no fight
I was on the verge to scream
When you wouldn’t scream about anything
I don’t want to be your stupid fling or your magazine
That you look and turn the pages
Of someone else that you’ll never love

And I was on the verge to scream
When you wouldn’t scream about anything

Cela s’écoute très bien et cela va de l’avant. L’album Give In est sorti le 29 janvier 2013 chez Roll Call Records.

“Rise & Fall” est une chanson écrite par Michael Molloy et Alex Evans.

La chanson a été enregistrée par Michael Molloy avant son décès, en septembre 2012, à la suite d’un accident de car survenu alors qu’il rentrait de Bestival.

Le single a reçu le soutien de Brian May, James Morrison, Wayne Rooney et Joey Barton. La chanson a été publiée par les organisateurs de Bestival, Sunday Best, sur leur label Sunday Best Recordings.

Joe Molloy, le frère de Michael, a déclaré:

«L’ambition de Michael était de faire reconnaître sa musique par le monde entier. Il n’a jamais rempli cette ambition et nous, sa famille, l’accomplissons pour lui. Michael ne pourra jamais revenir et nous ne cesserons jamais de le pleurer. Nous pensons à lui chaque heure de chaque jour. Mais la passion de Michael pour la musique et son talent étaient l’une des qualités qui le caractérisaient et nous souhaitons que le reste du monde, par le biais de sa musique, comprenne et apprécie, de façon modeste, ce qu’il était en tant qu’être humain spécial. La sortie du single est à la fois mémorable et festive et nous souhaitons remercier Sunday Best et toutes les personnes qui ont soutenu Michael pendant de nombreuses années. Ils savent qui ils sont. “

Les chansons de Zelienople, basé à Chicago, hantent et s’écoulent librement, leurs paysages sonores cinématiques étant très développés grâce à l’utilisation d’enregistrements de terrain, de percussions de forme libre et de rebondissements structurels non conventionnels.

Leur approche a été qualifiée de «pop doom», avec son interprétation hantée et spacieuse d’Americana. Le trio composé de Mike Weis (percussions), Matt Christensen (chant, guitare) et Brian Harding (basse, saxophone) ont déjà amassé un auditoire dédié qui devrait grandir avec la sortie de leur album, The World Is A House On Fire.

La voix de Christensen résonne comme celle d’un moine dans un sanctuaire, avec des éclats monophoniques occasionnels renforcés par sa voix résonnante.

The World Is A House On Fire est un bon album planant et mélancolique.

Passion Pit se forme à la fin de l’année 2007. En 2008, après avoir joué seulement dans quelques concerts, ils sont élus meilleur début selon un sondage du journal The Boston Phoenix1. Le groupe signe alors avec les labels Frenchkiss Records de New York et Columbia au Royaume-Uni.

Leur succès rapide est dû en partie à une anecdote, un cadeau de Michael Angelakos à sa petite amie pour la Saint Valentin. Il avait en effet décidé de lui faire différentes chansons. Sa petite amie, complètement éprise de sa musique, en a parlé à tous les gens de son entourage, et de fil en aiguille, le groupe parvint à trouver un label. Ayad Al Adhamy compare le groupe à MGMT.

Paroles

Dear friend as you know
Your flowers are withering
Your mother’s gone missing
Your leaves have drifted away

But the clouds are clearing up
And I’ve come reveling
Burning incandescently
Like a bastard on the burning sea

You’re just like your father
Buried deep under the water
Your resting on your laurels
Is stepping on my toes
Whose side are you on?
What side is this anyway?
Put down your sword and crown
Come lay with me on the ground

You come beating like moth’s wings
Spastic and violently
Whipping me into a storm
Shaking me down to the core
But you run away from me
And you left me shimmering
Like diamond wedding rings
Spinning dizzily down on the floor

You’re drifting like a fire
Buried deep under the water
You’re pressing on your laurel
Is stepping on my toes
Whose side are you on?
What side is this anyway?
Put down your sword and crown
Come lay with me on the ground.
Come lay with me on the ground.

Songwriters: Michael Angelakos

Hurt est une chanson écrite par Trent Reznor qui constitue le premier single extrait de l’album The Downward Spiral. Elle a reçu une nomination pour le Grammy Awards de la meilleure chanson rock en 1996.

En 2002, la reprise de Hurt par Johnny Cash est acclamée par la critique. Il s’agit de l’une des dernières chansons interprétées par l’artiste avant sa mort.

Paroles

I hurt myself today
To see if I still feel
I focus on the pain
The only thing that’s real

The needle tears a hole
The old familiar sting
Try to kill it all away
But I remember everything

What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end

And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt

I wear this crown of thorns
Upon my liars chair
Full of broken thoughts
I cannot repair

Beneath the stains of time
The feelings disappear
You are someone else
I am still right here

What have I become
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end

And you could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt

If I could start again
A million miles away
I will keep myself
I would find a way

Enregistrée à l’origine par Nine Inch Nails, Hurt comporte clairement des références à l’automutilation et à la dépendance à l’héroïne, bien que le sens global de la chanson soit contesté.

Certains affirment que la chanson agit comme une lettre de suicide écrite par le protagoniste de l’album en raison de sa dépression, tandis que d’autres prétendent qu’il décrit le processus difficile de trouver une raison de vivre en dépit de la dépression et de la douleur.

Le clip vidéo a été tourné par Mark Romanek, gratuitement, dans la maison et musée de Johnny Cash, The House of Cash, alors que la santé de Johnny Cash est sur le déclin, à 71 ans.

Le panneau «fermé au public» sur le musée. Les disques de platine fissurés. Le banquet caviar et homard sans invités. Les clips de plus tôt dans la carrière de Johnny. Sa femme June regarde. Le couvercle du piano fermé.  

June meurt trois mois après le tournage, son mari Johnny, sept mois, en 2003.

La maison de Cash, dans laquelle il a vécu pendant près de 30 ans et qui est le décor du clip, brûle en 2007.

Honeywagon est un groupe de bluegrass qui vient des collines d’Hollywood.

Le groupe est né en 2010 grâce à l’impulsion de Bryan Clark (aka “BC”), et Ben Levine (aka “Mo Levone”, “Benwell”) qui voulaient créer du bluegrass à la fois joyeux et subversif.

Voici une reprise de Mickael Jackson par Honeywagon, Billie Jean :

Pour la petite histoire, le mot honeywagon en américain est un mot argotique qui fait référence au camion d’épandage (qui projette le contenu des fosses septiques dans les champs comme engrais).

Au Royaume-Uni, cela désigne la petite caravane qui contient toilettes et vestiaires sur les sets de tournage des films et séries.