Essayez un peu de deviner ce qui m'est arrivé hier... Un de nos formateurs IUFM nous a demandé d'écrire un rapport sur la journée de formation qui venait de s'écouler et de le diffuser par email à tous les membres du groupe. Vu que mon accès à Internet est quasi-inexistant, je profite donc d'être à l'IUFM pour utiliser l'un des micros de la salle informatique. Je m'installe donc et me demande ce que je vais bien pouvoir mettre dans mon rapport, tout en prenant connaissance du courrier qui s'entasse dans toutes mes boîtes aux lettres. Un de ces quatre, il faudra que je pense à tout rediriger vers Gmail, histoire de gagner un peu de temps. Bref, je continue à surfer et peste contre IE et l'impossibilité d'ouvrir des onglets. Bref, une recherche Google plus tard, je tombe sur Portable FireFox et Portable OpenOffice, destinés à être lancés depuis des supports amovibles genre CD ou clé USB. Je dégaine donc ma clé USB, la branche et là rien : W98 me demande un CD de drivers avec lequel je ne me balade évidemment jamais. Je fais donc un détour vers le bureau de l'informaticien, qui m'a tenu le crachoir pendant 15 bonnes minutes avant de me donner mes identifiants de connexion ainsi que les drivers, qu'il a placé dans mon répertoire utilisateur. Apparemment ils veulent passer sous XP mais le gars ne sait pas comment faire... je lui ai donc proposé de faire un CD de déploiement XP SP2 en utilisant NLite, de faire une installation standard et de la déployer avec un Ghost par exemple sur l'ensemble du parc. Vous pensez qu'il m'aurait écouté ? et bien non, il préfère installer XP et ensuite passer le SP2 sur tous les postes, un par un. Rappelez-moi de demander à être informaticien dans l'Education Nationale, c'est un truc qui me plaira ça !

A lire :  Mémoire publié et envoyé !

Bref, revenons à nos moutons : je glisse donc sur la toile comme à mon habitude, avec ma petite douzaine d'onglets lorsque je m'aperçois que la dernière jeune fille se trouvant dans la salle prend ses affaires et s'en va. Petit coup d'oeil à ma montre : 18h37. Bon, ça doit fermer vers 19h me dis-je. Je commence donc à sauvegarder mon travail et à fermer mes fenêtres. 18h45, je referme la porte de la salle, descend les escaliers et trouve une première porte fermée. Bon, ça commence. Je fais le tour : re-porte fermée. Je commençais à revoir le spectre de mon expérience en Angleterre où j'avais dû sauter du 1er étage pour pouvoir sortir. Je demande donc à voix haute s'il y a quelqu'un, me préparant à ouvrir une fenêtre et à sauter dans les parterres. Et là, ô surprise, voilà que débarque la concierge, qui me demande ce que je veux. "Ben accessoirement, sortir du bâtiment si c'est possible" lui réponds-je. Pendant qu'elle sort les clés de sa poche en soupirant, je lui demande à quelle heure ferme l'IUFM :
(Dame) - "Normalement à 19h, en octobre ce sera 19h30".
(Matt) - "Ah bon ? Mais alors pourquoi le bâtiment est-il bouclé à 18h45 ?!"
(D.) - C'est parce qu'aujourd'hui j'ai pris de l'avance.
(M.) - (..........) (insérer ici le poids du zèle et d'une logique implacable) Je vois. A la prochaine !

Leçon à retenir : quitter les salles en même temps que les autres god dammit ! ^_^

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

Locked in... une fois de plus !

par Matt Lecture: 3 min
0

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: