BouteillesJe reviens de l’IUFM où nous avons eu le plaisir de retrouver le formateur qui nous parle avec un drôle d’accent, qui nous avait déjà fait cours au début de l’année. Il s’était alors entêté à parler anglais tout du long. On pensait que ce serait mieux en français cette fois mais finalement non, la langue change mais l’accent reste. Bref, au moment de repartir à la maison, je reçois un coup de fil d’Arthur qui me dit que notre formateur TICE me cherche pour me donner ma récompense : j’ai eu droit à deux bouteilles (un vin doux pour l’apéritif-entrée, et un petit vin blanc) que je rapporterai à Nantes pour le réveillon. Comme quoi cela peut être intéressant d’être un peu nerd.

No car...J’emmène donc les bouteilles avec moi, souhaite de joyeuses fêtes de fin d’année à tout le monde, démarre la 205 et file direction les Sables d’Olonne en compagnie d’Aline, que je raccompagne depuis quelques semaines déjà, cela met un peu d’animation pendant le trajet ! Je la dépose donc chez elle, fais marche arrière dans sa cour, passe la première pour redémarrer et… plus rien ! Le moteur se coupe d’un coup, plus aucune diode de contrôle sur le tableau de bord. Nada. La série continue… me dis-je en actionnant une fois de plus la manette ouvrant le capot. Décidément, je commence à bien la connaître cette manette. Un peu trop à mon gôut d’ailleurs. Rapide coup d’oeil, vérification des cosses de la batterie. L’une d’entre elles semble un peu lâche et évidemment ce n’est pas celle qui se régle à la main. Non, évidemment,, cela serait beaucoup trop facile : c’est celle qui nécessite une clé de 8 que je trouve par miracle dans la boîte à gants. Ouf. Deux coups de clé plus tard, toujours rien. Grande claque dans la batterie : une étincelle. Tiens ! Je fais sauter le cable rouge de la cosse puis le remet en place : le tableau de bord revient à la vie ! YEAH BABY ! Je tourne la clé, fais un grand signe à Aline et démarre vite fait bien fait, histoire de ne pas rester en rade trop loin de l’appart. Que des histoires de voitures en ce moment – je vais finir par m’acheter quatre reines, cela ne va pas traîner…

A lire :  Vieilles Charrues 2004 : le jeudi

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

Et une voiture de plus au compteur

par Matt Lecture: 2 min
4

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: