Tag

Le Ferrailleur

Browsing

Samedi 14 février 2014, Cécile et moi avons assisté au concert de Terry Ilous, Jorge Salán, et Jeff Scott Soto au Ferrailleur de Nantes, avec le groupe LA Chords en première partie.

concert-20150214-terry-ilous-jorge-salan-jeff-scott-soto

LA Chords

La première a été assurée par les LA Chords : Sébastien Ianotto au chant, Sébastien Naud à la guitare et chant et Yann Le Gars à la guitare.

Bon groupe avec des reprises acoustiques rock et hard-rock sympas : AC/DC, The Rolling Stones, The Guns’N’Roses… pas mal de classiques rock en fait. Ils ont joué une demi-heure à peu près.

Terry Ilous et Jorge Salán

Ensuite, sont apparus Terry Ilous et Jorge Salán. Pour la petite histoire, Terry Ilous est français – né à la Courneuve – et il est à l’origine du groupe XYZ mais aussi le chanteur de Great White… rien que ça !

Il est très bon communiquant avec le public et n’hésite pas à nous raconter quelques anecdotes, c’était vraiment sympa. Il a visiblement apprécié de pouvoir dialoguer en français, chose impossible aux Etats-Unis, où il rassemble des foules de plus de 45 000 personnes. Nous devions être à peu près 200 dans la salle, c’était plutôt intimiste pour lui :)

Au niveau de la voix, je n’ai pas été déçu : j’ai bien reconnu son timbre particulier et il a vraiment assuré. Aucun stress : on voit qu’il a l’habitude de tourner. Bon jeu de guitare également, tout acoustique.

La guitare de la soirée est sans aucun doute décernée à Jorge Salán, un formidable guitariste espagnol humble et discret, qui a joué avec Mägo de Oz et Jeff Scotto Soto (entres autres) et qui a assuré la partie avec Terry puis Jeff.

Jorge a un jeu vraiment génial et retranscrit tous les solos, bends et autres riffs sur ses guitares acoustiques. Un guitariste hors-pair.

Jeff Scott Soto et Jorge Salán

Après la partie de Terry, Jeff Scott Soto est entré en scène. Jeff Scott Soto, américain d’origine porto-ricaine, a chanté pour Journey, Talisman, Yngwie Malmsteen, Axel Rudi Pell et Trans-Siberian Orchestra… sacré palmarès aussi!

“Eyes of Love” de Jeff Scotto Soto :

J’ai tellement de retard dans mes chroniques de concerts qu’il faut que j’y mette un terme : voici donc un petit round-up des concerts auxquels j’ai assisté dernièrement et dont je n’avais pas eu le temps de faire le compte-rendu.

Handful of Dust + What The Hell au Ferrailleur (vendredi 31 mai 2013)

What The Hell a assuré la première partie : il s’agit d’un tribute band d’AC/DC. Le chanteur était plutôt délirant et s’était visiblement inspiré de Bon Scott. Bon concert.

Handful of Dust est un groupe composé de certains membres de TRUST : Farid Medjane et Yves Brusco, à qui se sont ajoutés Lou Ben (chanteur et auteur) et le guitariste Sylvain Laforge.

C’est bien rock’n’roll, c’était pas mal à part Vivi qu’on n’entendait pas bien, réglé trop faible.

Je me rends compte que j’aime de moins en moins l’ambiance de ce type de concerts : trop de gens qui viennent pour se piquer la ruche et beugler comme des boeufs… cela donne vraiment une image de beauf au hard-rock et c’est bien dommage.

Riverside + Maqama au Ferrailleur (mardi 24 septembre 2013)

Ah, une petite soirée de métal progressif polonais avec Maqama en première partie. J’ai découvert ce groupe ce soir-là et je dois dire qu’ils m’ont vraiment emballé : ils ont extrêmement bien joué et le guitariste était vraiment exceptionnel.

Riverside, que j’avais déjà vus au Hellfest 2013, ont été excellents. Le guitariste joue un peu à la manière de Steve Rothery de Marillion, très humble et précis, sans voler la vedette. J’ai adoré la complicité et l’humour des membres du groupe entre eux, c’était vraiment sympa.

Et là pour le coup, ambiance géniale dans le public mais c’était beaucoup “métal”, plus respectueux, plus convivial quoi.

Kollektif AK47 au Ferrailleur (jeudi 28 novembre 2013)

Le Kollektif AK47, c’est Trust reformé sans Nono. Bon son, pas mal de classiques de Trust et quelques nouvelles chansons. Deux ou trois types bourrés qui ont passé le concert à apostropher Bernie qui n’a pu s’empêcher de leur répondre avec sa verve habituelle… à chaque fois ! On aurait dit un prof débutant qui se faisait chahuter par des élèves retors, c’était assez décevant à ce niveau-là.

Au niveau musique, j’ai regretté le rappel que j’ai trouvé trop court, il y aurait pu y avoir 2 ou 3 chansons de plus. Ah et une chanson a été jouée deux fois : j’ai eu beau regarder autour de moi, on aurait dit que j’avais été le seul à l’avoir remarqué! *_*

Voilà, je crois que j’ai fait le tour !

Jeudi dernier, j’ai emmené ma mère au Ferrailleur pour assister au concert de Sugaray, avec Juke et Karl Davis en première partie.

JUKE Feat. KARL W. DAVIS

Juke est un groupe nantais avec une section de cuivres énergiques et un son brut. Ce soir-là, ils étaient accompagnés par Karl W. Davis, un chanteur soul du sud des Etats-Unis.

Un bon concert pour une première partie, beaucoup de cuivres et de la bonne soul.

SUGARAY

Sugaray a une voix à la Otis Redding, des pas à la James Brown, un show puissant et groovy porté par une grosse section cuivre.

concerts_20131127_sugaray_nantes

Sur scène, ses prestations furieuses suscitent l’embrasement immédiat du public. Les guitares s’échauffent, les cuivres résonnent, les frissons se propagent. C’est assez étonnant de voir un tel gaillard, taillé comme un camion, bouger sur scène comme il le fait.

Une fois n’est pas coutume, j’ai filmé un petit bout du concert :

Jeudi soir, je suis allé voir Soror Dolorosa, Les Discrets et Alcest au Ferrailleur de Nantes, situé dans le Hangar à Bananes (sur le quai des Antilles de l’Île de Nantes), accompagné de Jack.

Arrivés un peu en avance, on a fait le tour du Hangar à Bananes, qui est en fait un complexe de restaurants, pubs, crêperies, boites de nuit… C’est bien situé si on veut faire du bruit vu que c’est loin de tout mais c’est un beau complexe, bien éclairé.

Soror Dolorosa

Premier groupe de la soirée, Soror Dolorosa nous délivre du gothic/cold wave froid mais bon. Le chanteur porte une sorte de costume moulant que n’aurait pas renié un luchador mexicain des années 80 mais j’ai bien aimé. Le maquillage rappelait vaguement Alice Cooper mais la voix au mixage était trop faible.

Les Discrets

Alors, les Discrets. Plutôt métal.

Heu, comment dire ? Le chanteur a chanté _vraiment_ faux dès les premières notes alors j’ai un peu de mal à rester objectif mais allez jeter une oreille sur leur MySpace.

Alcest

J’ai découvert Alcest sur Internet et j’ai failli en parler sur le blog l’été dernier et puis une chose en amenant une autre… j’ai oublié !

Alcest est donc un groupe français monté par Neige (chant, guitare, basse, claviers) et Winterhalter (batterie). Le genre musical du groupe a évolué au fil des albums, devenant un mélange de shoegaze et de post-rock, avec quelques éléments de black metal.

Souvenirs d’un autre monde :