Tag

hard-rock

Browsing

Guns N’ Roses turned the old cowboy tune written by Bob Dylan into a massive arena rock ballad and it’s one of their most amazing pieces to date!

Their Use Your Illusion tour featured this particular stop in Tokyo in 1992, and quite honestly – this jarring rendition of the old cowboy classic stole the show that night!Guns N’ Roses mastered the art of showmanship.

From the Alice Cooper cover (Only Women Bleed) woven into the intro, to Axl’s cowboy getup and Slash’s blistering guitar solos, their live performance of ‘Knockin’ On Heaven’s Door’ is a testament to the machine that was Guns N’ Roses.

The boys even threw in a few brief ska, reggae, and gospel interludes! Any band fearless enough to improvise a cover – live – is truly a force to be reckoned with.

Voici un petit mashup rock de DJ Schmolli qui s’appelle Rock Of Ages et qui fleure bon le rock et hard-rock de notre jeunesse :

Pas mal de chansons des années 60, 70 et 80.

Allez, petit blind test musical : quels artistes êtes-vous capables de reconnaitre, à l’oreille comme à l’écran ?

Donnez vos réponses en commentaires (avec timer si vous le souhaitez).

Planet of Zeus est un groupe de heavy rock et southern metal qui vient d’Athènes, Grèce.

Formé en 2000, le groupe a joué en Grèce dans des salles allant du bouge local à des stades. Leur renommée a dépassé les frontières du pays et leur a permis de partager la scène de Monster Magnet,Karma to Burn, Eyehategod, ou encore Church of Misery.

Voici leur chanson intitulée “Leftovers” :

Planet of Zeus a sorti deux albums : Eleven the hard way (2008) et Macho Libre (2011). Les deux albums sont épuisés et en attente de réédition.

Le succès de l’album “Macho Libre” est dû au fait que ses chansons s’inspirent de la crise économique et sociale grecque et expriment la frustration, la colère et une certaine soif de revanche.

Cette année, le groupe a joué à Athènes avec Paradise Lost, Machine Head et Black Sabbath et sont actuellement en train d’écrire les chansons du troisième album.

Veteran of the Psychic Wars

“Veteran of the Psychic Wars” est une chanson du groupe de hard-rock américain Blue Öyster Cult, écrite par Eric Bloom et l’auteur britannique Michael Moorcock, qui se trouve aussi être le créateur d’Elric de Melniboné.

La chanson est sur l’album Fire of Unknown Origin, une version longue apparaît sur l’album Extraterrestrial Live et également dans la bande originale du film d’animation Heavy Metal de 1981.

L’expression “…veteran of a Thousand Psychic Wars” vient de la chanson “Standing at the Edge” du groupe Hawkwind, qui se trouve sur l’album Warrior on the Edge of Time (1975), et qui traitait également du mythe du Champion éternel.

Elric de Melniboné

Elric de Melniboné est un personnage de fiction, inventé par l’écrivain anglais Michael Moorcock et héros du Cycle d’Elric, écrit entre 1961 et 1972.

Inspiré par Zenith l’Albinos, le méchant de la série Sexton Blake, Elric est un albinos à la santé défaillante, ce qui l’oblige à consommer de nombreux remèdes jusqu’à ce qu’il trouve Stormbringer, une épée qui, en buvant les âmes de ses adversaires, est capable de lui redonner de la vigueur.

Dernier empereur de l’île de Melniboné en pleine décadence, il tente vainement d’y introduire des réformes, mais se voit finalement contraint d’amener sa chute à la suite de la félonie de son cousin Yyrkoon. Tourmenté par le meurtre qu’il a lui-même commis de sa cousine et amante Cymoril, il parcourt par la suite son monde, ainsi que quelques autres mondes du Multivers, aux côtés de son fidèle ami Tristelune d’Elwher.

Le mythe du Champion éternel

Sur chacun des plans des millions de sphères du multivers, il existe une incarnation du Champion éternel qui, délibérément ou pas, est le gardien de la balance cosmique. Chaque incarnation du Champion éternel est déchirée par le doute, la crainte, et souvent la culpabilité. Parfois, il recherche un être plus élevé qui commande les dieux lunatiques de la Loi et du Chaos.

Les différentes incarnations du Champion sont liées par divers points communs, par exemple leurs noms : celui de Jherek Carnelian rappelle Jerry Cornelius, et le nom complet de Corum, Corum Jhaelen Irsei, est une anagramme de Jeremiah Cornelius.

Michael Moorcock emprunte parfois à la mythologie ou à l’histoire pour nommer les champions éternels. Ainsi dans le multivers, Ulysse est une incarnation du champion éternel :

« Ryan, Hawkmoon. Powys. Cornell. Brian. Umpata. Soian. Klan. Clovis Marca. Pournachas. Oshbek-Uy. Ulysse. Ilanth.

Ma propre voix s’éleva soudain.

– NON ! JE SUIS SEULEMENT EREKOSË !

-Champion Eternel. Soldat du Destin ».

extrait de Les guerriers d’argent (The silver Warriors),1970.

Heavy Metal

Heavy Metal est un film d’animation pour adulte, anthologie de diverses histoires de science fiction et de fantasy, adaptées du magazine Heavy Metal et d’histoires originales dans le même esprit. Sorti en 1981, il est mis en scène par Gerald Potterton et produit par Ivan Reitman et Leonard Mogel, qui était également l’éditeur du magazine Heavy Metal, qui est la base du film.

Vous traînez sur Youtube et tout à coup, boom, vous tombez sur une petite perle. Je vous présente Luna Lee qui reprend Back in Black d’AC/DC au gayageum :

Le gayageum (parfois également transcrit kayagum, kayakeum, kayago) est un instrument de musique traditionnel de Corée de la famille des cithares, comportant douze cordes de soie et une structure et caisse de résonance en bois de paulownia.

Les plus anciennes traces remontent au VIe siècle, époque où les moines chinois chan ont apporté le bouddhisme, l’écriture et une partie de la culture chinoise en Corée.

Le gayageum est probablement le plus connu des instruments de musique coréens. Son usage a été développé par Ureuk, musicien à la cour de Gaya (hanja, d’où il tire son nom). C’est un proche cousin du guzheng chinois, du koto japonais ou encore du zhetygen kazakh.

Il se joue assis par terre, un des côté de l’instrument posé sur les jambes du joueur et l’autre au sol. Une main pince les cordes avec les doigts pour faire vibrer la corde, tandis que les doigts de l’autre main appuient sur les cordes afin d’obtenir la hauteur de son désirée.

Il est également possible de déplacer les chevalets mobiles pour modifier la hauteur de la note de chaque corde. Cet instrument peut se jouer en solo ou en orchestre de chambre de quelques personnes et est utilisé dans différents styles de musique.

Je vous conseille la page Soundcloud de Luna, elle reprend des dizaines de classiques rock et hard-rock, c’est vraiment un plaisir de réentendre ces chansons jouées avec un instrument quasi-médieval.

Superbe reprise non ?

J’aime bien changer ma sonnerie de smartphone de temps à autre, histoire d’éviter la lassitude et les réflexes pavloviens.

Petit à petit, ma collection de sonneries a grandi jusqu’à atteindre plus de 300 sonneries au format m4a et je me suis dit que cela pourrait vous intéresser.

Android et iPhone : pack de 300 sonneries folk, rock, hard-rock et metal pour votre smartphone photo

Au menu, vous trouverez donc des sonneries des styles musicaux que j’affectionne : cela va du folk au rock et hard-rock en passant par le metal. Il devrait y en avoir pour tous les goûts, du moment que vous êtes plutôt rock (voire classic-rock).

Télécharger le pack de sonneries

Le pack contient pour l’instant 304 sonneries, qui font 30 secondes maximum donc taillées pour les appels vocaux.

Vous pouvez télécharger gratuitement le pack en cliquant sur le bouton suivant:

Voici une reprise exceptionnelle All Stars du titre “Highway To Hell” d’AC/DC, enregistrée lors du Hellfest 2015 :

Ce All Stars se compose de Brian “HEAD” Welch – Korn, Joel o’Keeffe – Airbourne, Ryan Roxie – Alice Cooper, Jason Hook – Five Finger Death Punch, Björn Gelotte – In Flames, The Answer, Max Cavalera – Soulfy & Cavalera Conspiracy, Didier Wampas – Les Wampas, Ladies Ballbreaker, Butcher Babies, Jansen Press – Carousel Vertigo, Charlie Parra Del Riego et Steven André.

A noter que Joel o’Keeffe aurait totalement pu chanter également. Super solo acoustique de Ryan Roxie et solo shred de Charlie Parra Del Riego. Génial.

Cela dépote comme version non ?

Mon incontournable événement du mois de juin est le Hellfest.

C’est ma bouffée d’air frais, qui me permet d’anticiper la fin de l’année avec délectation. Et cette année marque les 10 ans de ce festival de metal génial.

hellfest-2015-cathedrale

Vendredi

Cette année, accompagné de Cécile et Julia, on décide de partir en camping-car – fini la tente et le matelas à gonfler ! Je pars avec Julia chercher le camping-car chez les parents de Cécile puis nous nous dépotons vers 11h pour rejoindre le festival. Une demi-heure de marche plus tard, nous entrons dans Clisson Rock City.

Au programme ce vendredi, nous avons écouté Vulcain, The Quire Boys, We Are Harlot, Skyforger, Orchid, Billy Idol, Sodom, Motorhead, Lamb of God, Alice Cooper.

J’ai bien aimé réentendre The Quire Boys, qui assuraient la première partie d’Alice Cooper lors des Monsters of Rock de 2003 lors de la tournée anglaise. Nous avons découvert We Are Harlot, qui n’était pas mal.

J’ai été un peu déçu de constater que Skyforger étaient venus sans leur flûte, je trouvais ça cool. Orchid, génial, a oscillé entre Black Sabbath et Ronnie James Dio, cela a été pour moi un des meilleurs concerts de la journée :

Billy Idol n’avait pas un son terrible et je l’ai trouvé fatigué sur plusieurs chansons. Motorhead – Lemmy égal à lui-même.

Alice Cooper, toujours au top, nous a encore offert un superbe spectacle, en véritable showman. A chaque fois que je le vois, je me dis que vraiment chaque détail est réglé au millimètre et que c’est vraiment lui qui mène la danse. Il a joué tous ses grands classiques mais n’a pas eu le temps d’éclater les ballons, qui se sont vite retrouvés dans la foule.

Samedi

Au programme du jour : Ace Frehley, Backyard Babies, Airbourne, Slash, Killing Joke, ZZ Top, Faith No More, Scorpions, Marilyn Manson.

Airbourne est vraiment dans la veine AC/DC. Ils n’ont pas eu de bol car il y a eu une panne de son dès le départ du concert. Visiblement, seule la fosse pouvait les entendre. Nous avons donc tous croisé nos bras en l’air pour leur signifier que quelque chose clochait. Et lorsque le son est revenu, je pense qu’ils ont entendu notre contentement : cela ressemblait à un tsunami sonore !

Slash a bien joué comme à son habitude, plutôt précis même. Il a visiblement arrêté la drogue et a grossi en conséquence. Le chanteur Myles Kennedy est vraiment bien je trouve :

https://www.youtube.com/watch?v=skd4sASUpag

Samedi 14 février 2014, Cécile et moi avons assisté au concert de Terry Ilous, Jorge Salán, et Jeff Scott Soto au Ferrailleur de Nantes, avec le groupe LA Chords en première partie.

concert-20150214-terry-ilous-jorge-salan-jeff-scott-soto

LA Chords

La première a été assurée par les LA Chords : Sébastien Ianotto au chant, Sébastien Naud à la guitare et chant et Yann Le Gars à la guitare.

Bon groupe avec des reprises acoustiques rock et hard-rock sympas : AC/DC, The Rolling Stones, The Guns’N’Roses… pas mal de classiques rock en fait. Ils ont joué une demi-heure à peu près.

Terry Ilous et Jorge Salán

Ensuite, sont apparus Terry Ilous et Jorge Salán. Pour la petite histoire, Terry Ilous est français – né à la Courneuve – et il est à l’origine du groupe XYZ mais aussi le chanteur de Great White… rien que ça !

Il est très bon communiquant avec le public et n’hésite pas à nous raconter quelques anecdotes, c’était vraiment sympa. Il a visiblement apprécié de pouvoir dialoguer en français, chose impossible aux Etats-Unis, où il rassemble des foules de plus de 45 000 personnes. Nous devions être à peu près 200 dans la salle, c’était plutôt intimiste pour lui :)

Au niveau de la voix, je n’ai pas été déçu : j’ai bien reconnu son timbre particulier et il a vraiment assuré. Aucun stress : on voit qu’il a l’habitude de tourner. Bon jeu de guitare également, tout acoustique.

La guitare de la soirée est sans aucun doute décernée à Jorge Salán, un formidable guitariste espagnol humble et discret, qui a joué avec Mägo de Oz et Jeff Scotto Soto (entres autres) et qui a assuré la partie avec Terry puis Jeff.

Jorge a un jeu vraiment génial et retranscrit tous les solos, bends et autres riffs sur ses guitares acoustiques. Un guitariste hors-pair.

Jeff Scott Soto et Jorge Salán

Après la partie de Terry, Jeff Scott Soto est entré en scène. Jeff Scott Soto, américain d’origine porto-ricaine, a chanté pour Journey, Talisman, Yngwie Malmsteen, Axel Rudi Pell et Trans-Siberian Orchestra… sacré palmarès aussi!

“Eyes of Love” de Jeff Scotto Soto :

Andre Antunes, guitariste portugais, vient de reprendre la chanson “Get Lucky” de Daft Punk en s’inspirant du style de jeu de dix guitaristes très célèbres.

Nous avons droit aux styles de jeu caractéristiques de Carlos Santana, Steve Vai, Kurt Cobain (Nirvana), Angus Young (AC/DC), Slash (Guns’n’Roses), Brian May (Queen), Mark Knopfler (Dire Straits), Tom Morello (Rage Against The Machine), Joe Satriani et Eddie Van Halen.

Andre Antunes réussit un joli tour de force : celui d’intégrer les riffs originaux de certains de leurs titres phares, le tout sur fond de “Get Lucky” de Daft Punk.

J’aime particulièrement la version inspirée par Brian May, que je trouve géniale.

Et vous, quelle est votre version préférée ?

Antisocial est une chanson du groupe de hard-rock français TRUST, parue sur l’album Répression en 1980.

Écrit par Bernie Bonvoisin et Norbert Krief, ce titre est le plus connu du groupe et est représentatif du ton engagé et révolté de l’époque, alors que la France était encore sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing.

Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du métro,
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
Impossible d’avancer sans ton gilet pare-balle.
Tu voudrais donner des yeux a la justice
Impossible de violer cette femme pleine de vices.

Antisocial, tu perds ton sang froid.
Repense à toutes ces années de service.
Antisocial, bientôt les années de sévices,
Enfin le temps perdu qu’on ne rattrape plus.

Écraser les gens est devenu ton passe-temps.
En les éclaboussant, tu deviens gênant.
Dans ton désespoir, il reste un peu d’espoir
Celui de voir les gens sans fard et moins bâtards.
Mais cesse de faire le point, serre plutôt les poings,
Bouge de ta retraite, ta conduite est trop parfaite
Relève la gueule, je suis la, t’es pas seul
Ceux qui t’enviaient, aujourd’hui te jugeraient.

Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du métro,
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
Impossible d’avancer sans ton gilet pare-balle.
Tu voudrais donner des yeux à la justice
Impossible de violer cette femme pleine de vices.

Antisocial! antisocial! antisocial! antisocial!

Black Sabbath a sorti, avec pas mal de difficultés, l’album Technical Ecstasy en 1976, sur lequel on peut entendre la chanson “It’s Alright”.

Je vous conseille la lecture de la page Wikipedia dédié à l’enregistrement de l’album, c’est très intéressant. On y apprend notamment que The Eagles ont dû, à plusieurs reprises, arrêter leurs enregistrement de l’album Hotel California parce que le son de Sabbath était trop fort et passait à travers les murs du studio.

La chanson “It’s Alright” a ceci de particulier qu’elle a été écrite et chantée par le batteur Bill Ward. Plutôt réticent à la chanter par peur d’offenser Ozzy Osbourne, Bill a été encouragé par tout le reste du groupe à le faire.

Dans son autobiographie, Ozzy Osbourne salue sa performance : “He’s got a great voice, Bill, and I was more than happy for him to do the honours.”

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: