Tag

encodage

Browsing

Des espaces après chaque caractère accentué

Pour le site du Kriya Yoga France, on me transmet régulièrement des fichiers PDF que je dois transformer en articles. Je fais donc la plupart du temps un copié-collé et ensuite je m’attèle à la mise en page dans l’éditeur WordPress.

MacOS : résoudre le problème d'encodage Unicode des accents photo

Le hic, c’est que depuis l’année dernière, je travaille sous MacOS pour tout ce qui est développement web. J’ouvre donc chaque PDF avec Preview – la visionneuse PDF installée par défaut – mais lorsque l’on colle le contenu du PDF dans un autre document, tous les caractères accentués sont suivis d’une espace (oui, on dit bien une espace en typographie) et des sauts de ligne apparaissent de nulle part. Clairement improductif.

Un conflit Unicode

Le problème réside entre un conflit lors de l’encodage Unicode entre caractères précomposés et caractères décomposés.

Un caractère précomposé ou caractère composite ou caractère décomposable est une entité Unicode qui peut aussi être définie comme une combinaison de plus de deux caractères.

Un caractère précomposé peut typiquement représenter une lettre surplombée d’un accent, comme é (lettre e avec accent aigu).

Techniquement, é (U+00E9) est un caractère qui peut être décomposé en son équivalent unicode à base de la lettre e (U+0065) et du caractère combinant accent aigu (U+0301).

La solution : UnicodeChecker

Heureusement, il existe un petit utilitaire, UnicodeChecker, qui permet de régler le problème très simplement. Voici la marche à suivre.

1. Lancez UnicodeChecker > File > New Utilities Window.

2. Copiez le texte de votre fichier PDF en mémoire (sélectionnez le texte puis Cmd+C ou Ctrl+C au clavier).

3. Dans UnicodeChecker, choississez l’option Normalize (6ème icône) et collez votre texte dans le champ Input puis appuyez sur Entrée. Cela donne :

MacOS : résoudre le problème d'encodage Unicode des accents sous Preview photo

Quatre champs sont proposés avec le résultat de la normalisation. Les deux champs qui nous importent sont NFC et NFKC, qui utilisent tout deux de l’Unicode précomposé, dans lequel l’accent fait partie intégrante du caractère accentué et non une entité à part.

4. Sélectionnez et copiez le texte contenu dans le champ NFC:

MacOS : résoudre le problème d'encodage Unicode des accents sous Preview photo 1

5. Collez maintenant le texte précédemment copié dans votre document ou l’éditeur de texte de votre CMS. A l’œil nu, rien ne change mais dans le rendu, votre texte est désormais correctement accentué, sans espaces inopportunes.

Quatre ans après le passage du codec XviD au codec x264, voici que la “scene” change de nouveau les règles du jeu : les fichiers SD et HD seront maintenant en .MKV (Matroska) et non plus en .MP4 pour les séries TV.

Depuis le 10 avril 2016, les nouvelles règles sont entrées en vigueur : si le codec x264 est bien gardé, le conteneur va lui changer – finis les fichiers portant l’extension MP4, ce seront maintenant des fichiers MKV (Matroska) que l’on pourra trouver sur la toile.

Séries TV: la scène délaisse le conteneur MP4 et passe au MKV photo
Daenerys est passée au MKV

Les raisons du changement de conteneur

Concrètement, la scène justifie ce changement de conteneur avec les évolutions des standards et de la qualité des encodages. Dans l’introduction des règles, on peut lire que “depuis la dernière révision du document qui date de 2012, TV-X264-SD a évolué et est devenu une section majeure à laquelle beaucoup de gens contribuent et dont beaucoup dépendent. Cette nouvelle révision vise à mettre à jour les standards pour 2016 et après.”

Ces règles sont à l’intention des groupes de la scène uniquement (qui s’échangent les fichiers entre eux via des topsites) mais la plupart des fichiers finiront entre les mains du grand public, partagés sur des sites publics. Cela signifie donc que ces changements vont impacter des centaines de millions de personnes à travers le monde, indirectement, par simple effet domino.

Les règles sont très exhaustives et abordent tous les aspects techniques de l’encodage des fichiers : normes audio, vidéo, formats, sous-titres… jusqu’au nom des tags des fichiers mais ce qui importe avec la mouture 2016 est la partie concernant le conteneur.

BashPour les besoins du Centre de Kriya Yoga France, j’ai été amené à devoir convertir toute une floppée de fichiers MP3 au format Ogg Vorbis afin qu’il soient lus nativement en HTML5 dans les navigateurs compatibles avec la balise audio.

J’ai utilisé la commande avconv dans un terminal.

Convertir des MP3 en Ogg Vorbis

Voici le script que j’ai écrit pour me simplifier la vie et convertir ma liste de MP3 au format Ogg Vorbis:

for i in *.mp3; do avconv -i $i -codec:a libvorbis -aq 4 ${i/%mp3/ogg}; done

Cela recherche tous les fichiers MP3 du répertoire dans lequel on se trouve, utilise le codec libvorbis, encode dans une qualité supérieure ou égale à 128Kbps et nomme le fichier avec la bonne extension (.ogg pour l’Ogg Vorbis).

Convertir des Ogg Vorbis en MP3

Si vous souhaitez convertir des fichiers Ogg Vorbis au format MP3 :

for i in *.ogg; do avconv -i $i -codec:a libmp3lame -aq 2 ${i/%ogg/mp3}; done

Cela recherche tous les fichiers OGG du répertoire dans lequel on se trouve, utilise le codec libmp3lame, encode dans une qualité supérieure ou égale à 192Kbps et nomme le fichier avec la bonne extension (.mp3).

Jusqu’à très récemment, il m’était tout à fait possible d’avoir des caractères accentués dans des blocs de texte sous WordPress en utilisant le plugin Crayon Syntax Highlighter pour coloriser le code.

crayon-syntax-highlighter

Or depuis quelques temps tous les blocs en lang="text" ne permettent plus d’afficher les accents : je me retrouve avec des mots tronqués comme si le texte n’était pas encodé en UTF-8.

Problème : des caractères non-Unicode

Voici ce que donne la phrase “j’ai mangé une tarte à la crème à Noël” avec une colorisation par défaut avec Crayon Syntax Highlighter :

J'ai mangé une tarte à la crème à Noël.

Gloups! C’est totalement illisible, les accents deviennent un caractère mal encodé et certaines lettres adjacentes sont littéralement supprimées. Pas glop.

Solution : créer un alias

La solution que je propose est plus une rustine d’appoint qu’une véritable solution.

Je pense que le problème réside dans l’expression régulière des langages du plugin : certains langages (shell par exemple) n’acceptent pas les accents alors que d’autres (HTML par exemple) oui.

Je me suis rendu compte en changeant la langue du bloc que le langage batch affichait correctement les accents.

Comme je n’allais pas éditer tous mes articles pour changer le langage des blocs texte que j’ai utilisé jusqu’à maintenant, j’ai opté pour la création d’un alias.

webm-logoAujourd’hui, si veut publier une vidéo sur Internet qui soit lisible sur quasiment toutes les plateformes nativement, il peut être très intéressant d’utiliser le format WebM (proposé pour HTML5).

WebM est un format multimédia ouvert basé sur un conteneur dérivé de Matroska, qui regroupe des flux vidéos encodés en VP8 et des flux audios encodés en Vorbis1. Ce format fait partie des formats vidéos proposés pour la balise video de HTML5.

Après avoir encodé nos vidéos H.264 (MP4) avec qt-faststart pour la lecture progressive, nous allons désormais proposer deux formats de vidéo lorsque nous intégrerons nos propres vidéos : le MP4 (format propriétaire) et le WebM (format libéré) pour un accès universel sur toutes les plateformes.

Encoder une seule vidéo MP4 en WebM

Il suffit d’utiliser avconv comme ceci :

avconv -i example.mp4 example.webm

ce qui nous donne comme résultat :

avconv version 0.8.6-4:0.8.6-0ubuntu0.12.04.1, Copyright (c) 2000-2013 the Libav developers
  built on Apr  2 2013 17:02:36 with gcc 4.6.3
Input #0, mov,mp4,m4a,3gp,3g2,mj2, from 'example.mp4':
  Metadata:
    major_brand     : mp42
    minor_version   : 1
    compatible_brands: mp42avc1
    creation_time   : 2013-09-24 10:52:45
  Duration: 00:43:27.39, start: 0.000000, bitrate: 294 kb/s
    Stream #0.0(eng): Video: h264 (Main), yuv420p, 320x240, 217 kb/s, 14.97 fps, 14.97 tbr, 2500 tbn, 5k tbc
    Metadata:
      creation_time   : 2013-09-24 11:23:01
    Stream #0.1(eng): Audio: aac, 32000 Hz, stereo, s16, 73 kb/s
    Metadata:
      creation_time   : 2013-09-24 11:23:01
[buffer @ 0x183ec80] w:320 h:240 pixfmt:yuv420p
[libvpx @ 0x183a4c0] v1.0.0
Output #0, webm, to 'example.webm':
  Metadata:
    major_brand     : mp42
    minor_version   : 1
    compatible_brands: mp42avc1
    creation_time   : 2013-09-24 10:52:45
    encoder         : Lavf53.21.1
    Stream #0.0(eng): Video: libvpx, yuv420p, 320x240, q=-1--1, 200 kb/s, 1k tbn, 14.97 tbc
    Metadata:
      creation_time   : 2013-09-24 11:23:01
    Stream #0.1(eng): Audio: libvorbis, 32000 Hz, stereo, s16
    Metadata:
      creation_time   : 2013-09-24 11:23:01
Stream mapping:
  Stream #0:0 -> #0:0 (h264 -> libvpx)
  Stream #0:1 -> #0:1 (aac -> libvorbis)
Press ctrl-c to stop encoding
frame=39032 fps= 39 q=0.0 Lsize=   86385kB time=2607.34 bitrate= 271.4kbits/s    
video:63500kB audio:21841kB global headers:4kB muxing overhead 1.217530%

Cela prend un peu de temps suivant la taille du fichier mais c’est assez simple.

Encoder toutes les vidéos d’un dossier en Webm

Allez, plus efficace : voyons maintenant comment nous pouvons traiter tout un lot de fichiers. Nous allons encoder tous les fichiers MP4 d’un dossier pour faire des fichiers WebM.

Tout d’abord, on exporte la liste des fichiers à traiter dans un fichier nommé list :

ls -1 *.mp4 | sed -e 's:\.[^./]*$::' > list

La commande sed nous permet ici de récupérer la liste des fichiers tout en omettant l’extension des fichiers.

Ensuite, on lance une boucle qui convertit chaque fichier au format WebM :

for i in `cat list`; do avconv -i "$i".mp4 "$i".webm ; done

Et voilà! Simple et efficace.

Dernièrement, j’ai eu l’occasion de jouer avec l’intégration d’un lecteur vidéo en HTML5 pour jouer des vidéos encodées en H.264 (format .MP4) pour un client. Il se trouve qu’aucune vidéo ne se lançait directement : le lecteur chargeait le fichier entièrement (plus de 60 Mo) avant de daigner jouer la vidéo.

h264-logoLa solution est toute simple : de la même manière que l’on peut créer un fichier JPG progressif (qui se charge de haut en bas, sans attendre le chargement total du fichier), il est possible de commencer à lire une vidéo sans que cette dernière soit totalement chargée, grâce à qt-faststart.

qt-faststart

qt-faststart est un outil inclus avec FFmpeg qui ré-arrange un fichier H.264 de manière à ce que le “moov atom” soit devant les données, ce qui facilite la lecture sans attendre le chargement complet.

Si votre fichier MP4 est déjà créé, lancez la commande ainsi :

qt-faststart source_file.mp4 destination_file.mp4

Si vous souhaitez créez un fichier avec l’option faststart nativement, lancez l’encodage FFmpeg avec l’option :

-movflags +faststart 

Et voilà! Les vidéos streament proprement.

Ah, ce moment magique durant lequel tu constates que ta note PageSpeed monte à 99%, via GTmetrix :

pagespeed-99-201301

C’est beau, sachant qu’au niveau CSS, c’est la barre WordPress du haut qui génère l’overhead.

Prochaine étape : mettre les fichiers statiques sur un sous-domaine cookieless.

Il y a quelques semaines, la “scene” s’est réunie pour discuter des standards des releases et a décidé d’abandonner le format XviD (.avi) au profit du format x264 (.mp4) pour les releases en SD (Simple Definition). Analyse de la situation.

Pourquoi ce changement ?

La raison invoquée dans le document intitulé The SD x264 TV Releasing Standards 2012 est que “le x264 est devenu le codec vidéo le plus avancé de ces dernières années, capable de fournir une meilleure qualité et une meilleure compression que le XviD à de plus grandes résolutions SD. Il permet aussi un meilleur contrôle et une grande transparence des réglages d’encodage”.

Les nouvelles règles sont donc édictées et les groupes qui ne s’y conformeront pas prennent le risque de voir leurs releases “nuked”.

Ce document est signé par les groupes ASAP, BAJSKORV, C4TV, D2V, DiVERGE, FTP, KYR, LMAO, LOL, MOMENTUM, SYS, TLA et YesTV. Autant dire qu’à partir de maintenant, ce sera x264 pour tout le monde.

Qu’est-ce que cela change pour nous ?

Alors c’est simple, tout dépend de votre lecteur. Si vous lisez vos séries sur un iPod/iPhone/iPad, le MP4 ne posera aucun problème. Si votre platine DivX lit le MP4, aucun problème. Si vous avez une Freebox HD… vous l’avez dans le bab, il faudra convertir le fichier MP4 au format MKV (et je vous en parlerai très prochainement).

En gros, la scene a choisi un nouveau format bien moins répandu/lisible/universel que l’ancien. La raison évoquée (qualité d’image) me semble un peu éculée, étant donné que l’on reste en SD. Toujours est-il que toutes les releases sont maintenant en x264, ce qui signe l’arrêt de la diffusion des séries en XviD à moyen et long terme.

Notre site est opérationnel sur le serveur en local, il ne nous reste plus qu’à faire pointer notre nom de domaine vers l’IP de notre serveur. Pour cela, nous devons changer l’adresse des serveurs DNS du domaine.

Cela prend à peu près 30 minutes à tout configurer. La propagation DNS peut prendre plusieurs heures toutefois.

Changer les serveurs DNS du nom de domaine

Cette opération s’effectue chez le registrar chez qui nous avons réservé le nom de domaine. Dans mon cas, il s’agit de GANDI.

Après s’être identifié sur le site, il suffit de cocher le domaine à modifier et de sélectionner l’option “changer/modifier les DNS” :

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. J’ai planté le serveur… ou comment récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : ajout de mod_spdy pour accélérer la connexion TLS-SSL sous Apache
  43. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  44. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  45. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  46. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  47. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  48. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  49. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  50. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  51. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  52. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  53. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  54. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  55. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  56. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  57. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  58. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  59. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  60. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  61. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Dans le tutoriel précédent, nous avons importé notre base de données et uploadé nos fichiers sur le serveur.

Il nous faut maitenant indiquer au serveur Apache où se trouvent nos fichiers pour qu’il puisse les servir.

L’ajout d’un virtual host (hôte virtuel) ne prend que quelques minutes.

Création du VirtualHost

Nous créons un fichier sous /etc/apache2/sites-available/ qui porte le nom de domaine de notre site, cela permet de s’y retrouver :

nano /etc/apache2/sites-available/www.skyminds.net

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. J’ai planté le serveur… ou comment récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : ajout de mod_spdy pour accélérer la connexion TLS-SSL sous Apache
  43. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  44. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  45. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  46. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  47. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  48. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  49. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  50. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  51. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  52. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  53. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  54. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  55. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  56. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  57. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  58. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  59. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  60. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  61. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Dans ce tutoriel, nous allons voir comment créer la base de données MySQL et importer notre base WordPress existante.

Ce tutoriel prend environ 15 minutes à réaliser. Tout se fait dans le terminal via une session SSH.

Création d’une base de données

On se connecte au serveur MySQL :

mysql -p -h localhost 

Entrez votre mot de passe du compte root pour MySQL. Vous obtenez un prompt.

On crée une base de données UTF-8, avec une collation utf8_unicode_ci :

CREATE DATABASE skyminds_wp CHARACTER SET utf8 COLLATE utf8_unicode_ci;

Je vous recommande très fortement d’utiliser l’UTF-8 dès le départ. Cela évite bien des soucis qui pourraient survenir ultérieurement avec les caractères accentués.

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. J’ai planté le serveur… ou comment récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : ajout de mod_spdy pour accélérer la connexion TLS-SSL sous Apache
  43. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  44. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  45. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  46. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  47. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  48. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  49. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  50. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  51. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  52. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  53. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  54. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  55. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  56. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  57. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  58. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  59. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  60. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  61. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Je me suis posé la question de savoir si ma webradio pouvait être écoutée sur un iPhone ou iPod Touch. Et bien sachez que ce n’est pas possible nativement : le lecteur Quicktime intégré à l’iPhone/iPod Touch attend un protocole de flux (RTSP, MMS…) et non le protocole HTTP.

Il est toutefois possible de lire un flux Icecast avec une application, FStream.

Installation de l’application FStream

Rendez-vous dans l’AppStore et installez l’application FStream, qui a le gros avantage d’être gratuite ce qui est idéal pour les tests (je vous encourage à donner un tip aux développeurs des applications que vous utilisez).

FStream est capable de lire les formats audio OGG Vorbis (via HTTP), AAC/AAC+ (via HTTP), MP3 (via HTTP), WMA (via MMS/MMSH – ASF). Il reconnaît les playlists M3U – PLS – ASX et peut encoder des flux aux formatx MP3, AAC, AIFF, WAV.

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: