Tag

cyberlockers

Browsing

Il y a quelques semaines, la “scene” s’est réunie pour discuter des standards des releases et a décidé d’abandonner le format XviD (.avi) au profit du format x264 (.mp4) pour les releases en SD (Simple Definition). Analyse de la situation.

Pourquoi ce changement ?

La raison invoquée dans le document intitulé The SD x264 TV Releasing Standards 2012 est que “le x264 est devenu le codec vidéo le plus avancé de ces dernières années, capable de fournir une meilleure qualité et une meilleure compression que le XviD à de plus grandes résolutions SD. Il permet aussi un meilleur contrôle et une grande transparence des réglages d’encodage”.

Les nouvelles règles sont donc édictées et les groupes qui ne s’y conformeront pas prennent le risque de voir leurs releases “nuked”.

Ce document est signé par les groupes ASAP, BAJSKORV, C4TV, D2V, DiVERGE, FTP, KYR, LMAO, LOL, MOMENTUM, SYS, TLA et YesTV. Autant dire qu’à partir de maintenant, ce sera x264 pour tout le monde.

Qu’est-ce que cela change pour nous ?

Alors c’est simple, tout dépend de votre lecteur. Si vous lisez vos séries sur un iPod/iPhone/iPad, le MP4 ne posera aucun problème. Si votre platine DivX lit le MP4, aucun problème. Si vous avez une Freebox HD… vous l’avez dans le bab, il faudra convertir le fichier MP4 au format MKV (et je vous en parlerai très prochainement).

En gros, la scene a choisi un nouveau format bien moins répandu/lisible/universel que l’ancien. La raison évoquée (qualité d’image) me semble un peu éculée, étant donné que l’on reste en SD. Toujours est-il que toutes les releases sont maintenant en x264, ce qui signe l’arrêt de la diffusion des séries en XviD à moyen et long terme.

Allez, une dernière fois… Megaupload aura pris au fil du temps tellement de place dans nos vies qu’on peut lui dédier cette parodie de Bref par Côme et Antoine :

Je pense que pas mal de monde se reconnaîtra dans cette vidéo ! Personnellement, j’aurais pu en écrire le scénario de bout en bout… j’ai eu le même cri de désespoir en apprenant le nouvelle de sa fermeture.

Bon et bien voilà, j’ai assisté hier soir à l’assassinat de Megaupload par le Department of Justice américain et le FBI ainsi qu’aux représailles quasi-immédiates des Anonymous avec le blocage des sites institutionnels considérés comme responsables (DoJ, RIAA, MPAA et Universal).

Megaupload’s shutdown

Megaupload, entreprise basée à Hong Kong, possédait une partie de son infrastructure dans l’état de Virginie, donc soumises aux lois américaines sur le droit d’auteur. Le FBI a coupé tous les 18 noms de domaines appartenant à l’univers Mega dont les plus connus sont megaupload.com ou megavideo.com qui permettait le streaming, a confisqué les serveurs et a saisi plus de 50 millions de dollars d’actifs.

Trois personnes du groupe ont été arrêtées en Nouvelle-Zélande : Kim “Dotcom” (aka Kim Schmitz ou Kim Tim Jim Vestor, le PDG de Megaupload), Finn Batato (directeur marketing) et Bram van der Kolk (aka Bramos, gérant de l’infrastructure réseau).

Conséquences

Megaupload était l’un des 15 plus gros sites du monde : il représentait 4% du trafic mondial. Colossal.

C’était également l’un des seuls services de partage de fichier qui permettait d’uploader et de télécharger un fichier de 700 Mo sans avoir besoin de payer ou de s’enregistrer. Et les serveurs étaient rapides, tout le temps. C’est pour cela que je l’utilisais exclusivement. A côté, les concurrents font plutôt pâle figure.

Réflexions

Je m’interroge sur le fait que le FBI puisse faire arrêter des ressortissants étrangers par la police néo-zélandaise. La dernière fois que j’ai regardé la carte, la Nouvelle-Zélande n’était pas un état des USA. Et le FBI n’a le droit d’exercer ses fonctions qu’à l’intérieur du territoire américain. Tout ce qui est extérieur relève de la CIA.

Et c’est plutôt inquiétant de voir qu’un seul pays puisse dicter sa loi en termes de noms de domaines (gérés par l’ICANN), d’accès aux sites via les autres pays (ils auraient pu couper l’accès aux USA seulement et laisser les autres pays gérer l’accès au site) et de neutralité du net.

Enfin, on l’oubliera sûrement vu le battage médiatique mais MU n’hébergeait pas que des données illégales : ce que je publiais ici était sur megaupload, comme tout ce que je publiais pour le collège. Il était facile de donner un lien et de partager plusieurs documents plutôt que par mail. On aura tout perdu sans possibilité de sauvegarder ce qui aurait pu l’être.

RIP MU. Bon, et où va les mettre où nos fichiers maintenant?