Tag

alienation

Browsing

FOUR, court-métrage réalisé par Joseph Baron, est une vision de la brutalité de la conformité imposée de l’ère numérique.

Les habitants sans visages de cette réalité façonnée par la technologie gâchent leur vie à entrer une série de 0 et de 1 sans fin. Lorsque le chiffre 4 infiltre l’un des ordinateurs, le système vacille. Le désir d’individualité et d’expression personnelle mène à la confusion et au traumatisme, poussant le protagoniste dans une expérience créative libératrice mais pleine de souffrance.

Cette version a été éditée avec la chanson Creep (de Radiohead) interprétée par Scala and Kolacny Brothers a capella:

Scandisk Windows XP startupCe week-end, j’ai fait un petit ménage de printemps sur ma machine principale. Tests anti-spyware, antivirus (plus de 13h de test juste pour l’antivirus !), defrag et scandisk.

Sous Windows XP, il n’est plus possible de faire un scandisk sous Windows : il faut rebooter et cela s’exécute sous DOS au démarrage. Le petit problème, c’est que mon PC commence à dater et qu’il est assez capricieux au démarrage et complétement lunatique au redémarrage.

Mark Osborne nous propose un court-métrage d’animation de toute beauté, MORE, racontant l’histoire d’un inventeur solitaire dont l’existence sans goût ni couleur ne s’éveille que par les rêves et réminiscences de sa jeunesse insouciante. Le jour, il se tue au travail dans un monde sans joie, gouverné par le rendement et la productivité. La nuit, il travaille secrètement sur une invention visionnaire, cherchant à transformer son inspiration en quelque chose de plus concret.

Son invention révolutionne la manière dont les gens perçoivent le monde mais cela à un prix : le monde absorbe son invention comme un nouveau produit de consommation qui aliène des centaines de personnes sur les chaînes de production. Cela le transforme également, mais de l’intérieur.

https://vimeo.com/15866494

Cela fait quelques temps que j’ai envie d’écrire sur… mon ordinateur. Tiens, en tapant cette phrase je viens de me rendre compte que cela fait une drôle de mise-en-abîme : écrire (un article) sur son ordinateur en écrivant sur un ordinateur. La boucle est bouclée, nous venons de toucher l’absurdité puisque le moyen de vient objectif, signe avant-coureur d’une aliénation certaine.

Boîtier PC Plexiglass & néon bleuMon micro-ordinateur est différent de tous les autres et tout d’abord parce que c’est le mien. Ce n’est évidemment pas sa seule caractéristique, cela serait bien trop facile, réducteur et finalement égocentrique. Il se compose de différentes pièces achetées aux quatre coins de l’Europe. Oui, il y a du vécu dans cette petite tour en aluminium brossé et il faut avouer qu’il a profité allégrement et très régulièrement des bénéfices des accords de Shengen ces dernières années. Cette machine a évolué en fonction de mes besoins – bien évidemment – mais également en fonction de ma position géographique : de la carte-mère et mémoire importée d’Angleterre jusqu’au boîtier aluminium/plexiglas allemand, en passant par le ventilateur au néon bleuté (méfiez-vous des sites web qui n’affichent pas de photo – le néon bleu vous empêche de fermer l’oeil la nuit !) acheté en France… oui, on peut dire qu’il est unique.

RantanplanMais au-delà de l’aspect purement esthétique, artificiel, issu du paraître et non de l’être – souvenez-vous des cours embrumés de votre prof. de philo – il existe un autre aspect que je nommerai l’esprit de la boîte. Ma machine possède la capacité d’anticiper ce que je pense afin de tenter de s’y opposer. C’est un peu mon Rantanplan finalement. Prenons un exemple tout simple : vous installez un logiciel qui nécessite un reboot : ce micro va vous faire croire qu’il reboote mais restera dans les nimbes de l’écran sombre, sans aucune action possible, jusqu’à temps que vous l’éteignez. Et lorsque vous rappuierez sur le bouton pour le redémarrer, il ne se rallumera pas. Ni cette fois, ni les suivantes. En fait, lui et moi nous connaissons tellement bien que l’on finit par anticiper le prochain coup de l’autre.

Théorie du chaosDébranchement de la prise électrique, reboot de l’alimentation… aujourd’hui il n’a démarré que lorsque j’ai retiré le câble réseau. Cela l’a vexé que je réussisse si rapidement. Du coup il m’a supprimé le clavier en arrivant sur le bureau Windows. C’est de bonne guerre. Lorsque je songe à tous ces utilisateurs de matériels en parfait état de marche, sans surprises, qui fonctionnent exactement comme prévu, je ne peux m’empêcher de réprimer un sourire amusé… Un bon PC devrait toujours être taquin, générant plus d’entropie dans notre modeste quotidien qu’il nous est possible d’imaginer. C’est notre capacité à y faire front qui nous différencie alors de la machine. La néguentropie peut donc prendre le dessus et nous sauver de l’aliénation totale.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :