La Croatie : arrivée à Split

Un départ épique

Il est 3h30 du matin lorsque notre réveil sonne. L’œil hagard, nous partons à 4h15 avec notre voiture pour rejoindre l'aéroport. Arrivés sur le périphérique, nous nous rendons compte que le pont de Cheviré est fermé et que nous devons donc faire demi-tour pour prendre le périphérique dans l'autre sens. Un coup de stress, mais tout va bien, nous avons encore du temps jusqu'à l'embarquement pour notre vol de 6 heures.

Matt a réservé quelques jours plus tôt une place de parking chez NGPark, que le GPS a bien du mal à trouver. Il est 5 heures 10, et nous errons en pleine campagne, sur un chemin gravillonné sans savoir où aller.

Le stress commence à monter car l'heure tourne. Nous appelons le parking qui nous indique la route. En quelques minutes, nous y sommes, garons notre voiture et embarquons dans la petite navette qui nous conduit à l'aéroport.

Il est 5h30 quand nous y arrivons. Nous passons les contrôles, mais surprise, un nouveau contrôle d'identité aux frontières nous attend et la file d'attente est démente. À 5h50, une employée appelle les derniers retardataires et nous enjoint de doubler la queue pour embarquer. Nous arrivons à nos places dans l'avion et il décolle aussitôt.

Arrivée à Split

Deux heures plus tard, nous arrivons à Split. Il est 8h15 du matin et il fait 28 degrés. On retire des kunas (la monnaie croate) et on prend notre premier bus, direction Split. En arrivant au port, nous sommes assoiffés et affamés car à 3h30, nous n'avions pas déjeuné. Nous nous enfilons un croissant et de l'eau et sommes prêts à démarrer la journée.

Douze jours en Croatie : arrivée à Split photo 1

Le palais de Dioclétien

Nous nous engageons à hasard dans les ruelles de Split et découvrons avec stupeur les ruines du palais de Dioclétien, qui fondent le cœur historique de la ville. Dioclétien est un empereur romain du IIIème siècle de notre ère. Séduit par la beauté du site, il avait fait de l'Illyrie sa résidence de vacances.

Douze jours en Croatie : arrivée à Split photo 2
Le palais de Dioclétien

Nous sommes émerveillés par le site, mais harnachés comme des baudets, si bien que notre dos nous impose de nous poser. Il est déjà treize heures et nous déjeunons d'un repas léger: tomates, mozzarella et roquette, accompagnés d'une pinte et de frites. Il est temps de prendre nos quartiers dans la chambre que nous avons louée pour la nuit.

Douze jours en Croatie : arrivée à Split photo 3
Le lion de Cléopâtre Cécile

Lire la suite! »

Salvaged - A Surf Film

Salvaged is a black and white longboarding picture shot on location on the islands of Indonesia in clean, shoulder high surf, with a few large exceptions.

It features local Indonesian Surfers Deni Firdaus and Husni Ridhwan, along with Matt Cuddihy, Thomas Bexon and Zye Norris.

Enjoy !

Visite du théâtre d'Épidaure et du sanctuaire d'Asclépios

Aujourd'hui, c'est notre dernier jour avant le grand départ. Nous projetons de l'occuper par la visite du site d'Épidaure, situé à environ 150 kilomètres d'Athènes. Un bus permet de rallier la capitale à Epidaure, en faisant un changement à Nauplie.

La veille, nous sommes couchés vers 3 heures du matin du fait de notre retour épique du Pirée et nous nous levons, un peu difficilement il faut l'avouer, à 8 heures, le temps de prendre un bus urbain qui nous mènera à l'une des deux gares routières d'Athènes.

Une fois arrivés, nous prenons nos billets de bus et demandons à la vendeuse où s'arrêter exactement et à quelle heure est le bus du retour. Elle est bien en peine de nous répondre: il faudra demander au chauffeur. Lui-même ne sait pas trop, et nous conseille de demander à la gare routière de Nauplie, là où nous ferons un changement de bus pour nous rendre à Epidaure. Nous partons et profitons de ces quelques heures de route pour nous reposer.

Nous arrivons à Nauplie, très différente d'Athènes : la ville est très moderne, très européenne, nous avons l'impression de nous trouver dans une ville du sud de la France ou de l'Espagne. Nous demandons les horaires de bus retour à partir d'Épidaure à la dame de la gare routière qui nous donne un prospectus offrant les horaires. Nous sommes rassurés car un bus part du site d'Épidaure dans quelques heures, ce sera le dernier de la journée : ce laps de temps nous permettra de mener notre visite à bien, tranquillement. Nous déjeunons dans un petit bouge en attendant notre prochain bus qui nous conduira sur le site.

Dès qu'il arrive, nous demandons au chauffeur si le bus retour part bien du site à l'heure indiquée sur le prospectus, ce qu'il nous confirme. Notre visite peut donc commencer sereinement.

Le théâtre d'Épidaure

Nous commençons notre visite par le théâtre, qui se dresse face à nous à flanc de colline. Son état de conservation est extraordinaire car il a été excavé au XXème siècle seulement, ce qui 'a préservé des séismes et de l'érosion.

Visite du théâtre d'Épidaure et du temple d'Asclépios photo 1

Nous gravissons les gradins afin de bénéficier d'une vue qui surplombe le théâtre et ses alentours: c'est époustouflant.

Visite du théâtre d'Épidaure et du temple d'Asclépios photo 2

Visite du théâtre d'Épidaure et du temple d'Asclépios photo

Au centre de l'orchestra, nous testons l'acoustique du lieu : les architectes construisaient ces édifices à flanc de montagne de façon à ce que la topographie du lieu devienne une caisse de résonance efficace. De plus, chaque acteur portait un masque dans lequel se trouvait glissé un porte-voix, qui amplifiait les sons pour atteindre la partie haute des gradins. Mais le masque permettait aussi d'identifier chaque personnage de la pièce, et ce, même de loin.

Visite du théâtre d'Épidaure et du sanctuaire d'Asclépios photo
Cécile, actrice antique

En effet, les théâtres antiques étaient destinés à accueillir des représentations théâtrales de tragédies ou de comédies, dans le cadre des Dionysies, concours religieux organisés par la cité. Tous les citoyens étaient conviés à ces représentations et bénéficiaient même d'un petit salaire, le misthos, destiné à couvrir les frais d'entrée au théâtre.

L'enjeu de ces représentations était civique : la cité fédérait les citoyens autour des mythes et de l'histoire nationale, mais elles revêtaient aussi une dimension religieuse puisque venir au théâtre, c'était accomplir un rite en l'honneur de Dionysos. D'ailleurs, avant chaque représentation, on sacrifiait sur l'autel destiné aux libations un bouc, l'animal de Dionysos par excellence. Le mot "tragédie" tiendrait son étymologie de cette pratique puisque "tragos" signifie "le bouc" et "odos" réfère au chant, c'est-à-dire au cri du bouc avant de mourir.

Sanctuaire d'Asclépios en Epidaure

La suite de notre visite se déroule au sanctuaire d'Asclépios : il fait très chaud et il y a peu d'ombre parmi les ruines.

Visite du théâtre d'Épidaure et du sanctuaire d'Asclépios photo 1

Lire la suite! »

Pin It on Pinterest

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: