Matt Biscay: développeur WordPress et WooCommerce pour SkyMinds
WordPress : résoudre le problème de la table wp_options à qui manquent une colonne Unique et une Primary Key photo

WordPress : résoudre le problème de la table wp_options à qui manquent une colonne Unique et une Primary Key

Chez Codeable, j’ai travaillé sur l’optimisation d’un site e-commerce propulsé par WooCommerce récemment, qui connaissait quelques problèmes de lenteur.

Sous phpMyAdmin, on trouvait également cette erreur:

Current selection does not contain a unique column

Si vous obtenez cette erreur, c’est que la structure de la table wp_options n’est pas à jour donc nous la vérifions avec wp-cli:

wp db query "DESCRIBE $(wp db prefix --allow-root)options" --allow-root

Le résultat obtenu nous montre qu’il n’y a pas de clé primaire (primary key) qui est normalement option_id et qu’il n’y a pas de restriction unique imposée sur la colonne option_name:

+--------------+---------------------+------+-----+---------+-------+
| Field        | Type                | Null | Key | Default | Extra |
+--------------+---------------------+------+-----+---------+-------+
| option_id    | bigint(20) unsigned | NO   |     | NULL    |       |
| option_name  | varchar(191)        | YES  |     | NULL    |       |
| option_value | longtext            | NO   |     | NULL    |       |
| autoload     | varchar(20)         | NO   |     | yes     |       |
+--------------+---------------------+------+-----+---------+-------+

Et c’est là que le bât blesse – voici à quoi ressemble la structure standard de la table wp-options:

+--------------+---------------------+------+-----+---------+----------------+
| Field        | Type                | Null | Key | Default | Extra          |
+--------------+---------------------+------+-----+---------+----------------+
| option_id    | bigint(20) unsigned | NO   | PRI | NULL    | auto_increment |
| option_name  | varchar(191)        | NO   | UNI | NULL    |                |
| option_value | longtext            | NO   |     | NULL    |                |
| autoload     | varchar(20)         | NO   | MUL | yes     |                |
+--------------+---------------------+------+-----+---------+----------------+

Ajouter la Primary Key manquante à wp_options

On ajoute à la colonne option_id la clé primaire qui lui manque:

wp db query "ALTER TABLE $(wp db prefix --allow-root)options MODIFY option_id INT AUTO_INCREMENT PRIMARY KEY;" --allow-root

Et on vérifie le résultat:

wp db query "DESCRIBE $(wp db prefix --allow-root)options" --allow-root

Ajouter la contrainte Unique qui manque à wp_options

Pour ajouter la contrainte UNIQUE à la colonne option_name, on lance:

wp db query "ALTER TABLE $(wp db prefix --allow-root)options ADD UNIQUE (option_name);" --allow-root

Là, il est possible que cela bloque, suivant ce qui se trouve dans votre table wp_options.

Résoudre le problème des doublons

Si vous obtenez une erreur comme :

ERROR 1062 (23000) at line 1: Duplicate entry 'jetpack_available_modules' for key 'option_name'

alors cela signifie qu’il existe des enregistrements option_name dupliqués, des doublons qui portent le même nom alors que chaque nom option_name devrait être unique.

On peut obtenir la liste des enregistrements option_name doublons avec cette requête:

wp db query "SELECT option_name, COUNT(*) optioncount FROM $(wp db prefix --allow-root)options GROUP BY option_name HAVING optioncount > 1 ORDER BY optioncount DESC;" --allow-root

Par ordre ascendant, voici la liste des doublons:

+---------------------------------------------+-------------+
| option_name                                 | optioncount |
+---------------------------------------------+-------------+
| jetpack_callables_sync_checksum             |       47123 |
| jetpack_sync_full_config                    |          50 |
| jetpack_sync_full_enqueue_status            |          43 |
| jpsq_sync_checkout                          |          10 |
| jetpack_sync_full__params                   |           5 |
| jetpack_sync_settings_sync_via_cron         |           4 |
| jetpack_sync_full__started                  |           4 |
+---------------------------------------------+-------------+

On peut supprimer automatiquement tous les doublons option_name de deux manières différentes, soit en utilisant la plus vieille valeuroption_id(donc la plus petite valeur d’ID), soit en utilisant la valeuroption_id la plus récente (plus grande valeur d’ID).

Garder le doublon option_name le plus ancien

Voici la requête SQL qui montre uniquement le plus ancien enregistrement (MIN) option_id pour chaque doublon de valeur option_name:

SELECT *
FROM wp options
WHERE option_id NOT IN
    (SELECT *
     FROM
       (SELECT MIN(n.option_id)
        FROM wp_options
        GROUP BY n.option_name) x)

Une fois que vous avez vérifié le résultat, on peut passer à la suppression.

Cette requête SQL garde l’enregistrement (MIN) option_id le plus ancien de tous les doublonsoption_name et supprime tous les enregistrements plus récents que la valeur trouvée:

DELETE
FROM wp options
WHERE option_id NOT IN
    (SELECT *
     FROM
       (SELECT MIN(n.option_id)
        FROM wp_options n
        GROUP BY n.option_name) x)

Voici l’équivalent wp-cli:

wp db query "DELETE FROM $(wp db prefix --allow-root)options WHERE option_id NOT IN (SELECT * FROM (SELECT MIN(n.option_id) FROM $(wp db prefix --allow-root)options n GROUP BY n.option_name) x)" --allow-root

Garder le doublon option_name le plus récent

Cette requête SQL ne montre que les enregistrements option_id les plus récents (MAX) pour tous les doublons option_name :

SELECT *
FROM wp_options
WHERE option_id NOT IN
    (SELECT *
     FROM
       (SELECT MAX(n.option_id)
        FROM wp_options n
        GROUP BY n.option_name) x)

Et voici la requête qui permet de garder les enregistrements option_id les plus récents (MAX) pour tous les doublons option_name en supprimant tous les doublons les plus anciens:

DELETE
FROM wp_options
WHERE option_id NOT IN
    (SELECT *
     FROM
       (SELECT MAX(n.option_id)
        FROM wp_options n
        GROUP BY n.option_name) x)

Voici l’équivalent wp-cli pour garder l’enregistrement option_name le plus récent:

wp db query "DELETE FROM $(wp db prefix --allow-root)options WHERE option_id NOT IN (SELECT * FROM (SELECT MAX(n.option_id) FROM $(wp db prefix --allow-root)options n GROUP BY n.option_name) x)" --allow-root

Vérifier les clés et contraintes de la table wp_options

Ajoutons de nouveau la contrainte UNIQUE sur la colonne option_name :

wp db query "ALTER TABLE $(wp db prefix --allow-root)options ADD UNIQUE (option_name);" --allow-root

Si vous n’obtenez pas d’erreur, vérifiez la table une nouvelle fois pour constater les changements:

wp db query "DESCRIBE $(wp db prefix --allow-root)options;" --allow-root

Kaboom! Votre table wp_options possède maintenant une PRIMARY KEY sur la colonne option_id et la contrainte UNIQUE sur la colonne option_name:

+--------------+---------------------+------+-----+---------+----------------+
| Field        | Type                | Null | Key | Default | Extra          |
+--------------+---------------------+------+-----+---------+----------------+
| option_id    | bigint(20) unsigned | NO   | PRI | NULL    | auto_increment |
| option_name  | varchar(191)        | NO   | UNI |         |                |
| option_value | longtext            | NO   |     | NULL    |                |
| autoload     | varchar(20)         | NO   |     | yes     |                |
+--------------+---------------------+------+-----+---------+----------------+

Je vous conseille de vérifier la structure de la table de temps à autre, notamment si vous constatez une prise de poids anormale en très peu de temps

Serveur dédié : installation de MariaDB 10.3 photo

MariaDB ne veut plus redémarrer : quelques solutions

MariaDB ne veut plus se lancer

Sur le serveur chinois que j’ai monté pour un de mes clients sur Codeable, le site a commencé à afficher des erreurs étranges : erreur 502 pour nginx sur certaines pages et des nombres étranges en lieu et place des données de la base de données.

Après un redémarrage des services PHP, nginx et mysql, je constate que MariaDB veut bien s’arrêter mais ne veut plus de lancer.

Voici ce que donne:

systemctl status mariadb.service

Résultat:

● mariadb.service - MariaDB database server
   Loaded: loaded (/lib/systemd/system/mariadb.service; enabled; vendor preset: enabled)
   Active: failed (Result: exit-code) since Mon 2019-04-22 18:14:22 CST; 59s ago
  Process: 721 ExecStartPost=/bin/sh -c systemctl unset-environment _WSREP_START_POSITION (code=exited, status=0/SUCCESS)
  Process: 718 ExecStartPost=/etc/mysql/debian-start (code=exited, status=0/SUCCESS)
  Process: 12274 ExecStart=/usr/sbin/mysqld $MYSQLD_OPTS $_WSREP_NEW_CLUSTER $_WSREP_START_POSITION (code=exited, status=1/FAILURE)
  Process: 12179 ExecStartPre=/bin/sh -c [ ! -e /usr/bin/galera_recovery ] && VAR= ||   VAR=`/usr/bin/galera_recovery`; [ $? -eq 0 ]   && systemctl set-environment _WSREP_START_POSITION=$VAR || exit 1 (code=exited,
  Process: 12176 ExecStartPre=/bin/sh -c systemctl unset-environment _WSREP_START_POSITION (code=exited, status=0/SUCCESS)
  Process: 12173 ExecStartPre=/usr/bin/install -m 755 -o mysql -g root -d /var/run/mysqld (code=exited, status=0/SUCCESS)
 Main PID: 12274 (code=exited, status=1/FAILURE)
   Status: "MariaDB server is down"
systemd[1]: Starting MariaDB database server…
mysqld[12274]: 2019-04-22 18:14:19 140194687476288 [Note] /usr/sbin/mysqld (mysqld 10.1.26-MariaDB-0+deb9u1) starting as process 12274 …
systemd[1]: mariadb.service: Main process exited, code=exited, status=1/FAILURE
systemd[1]: Failed to start MariaDB database server.
systemd[1]: mariadb.service: Unit entered failed state.
systemd[1]: mariadb.service: Failed with result 'exit-code'.

Bon, chou blanc. Cela ne nous donne aucune information exploitable quand à l’erreur qui empêche le démarrage du service de base de données.

Solution: vérifier l’espace disponible sur le disque du serveur

On regarde ensuite ce que nous donnent les logs de MariaDB:

tail -f /var/log/mysql/error.log

Résultat:

2019-04-22 18:14:19 140194687476288 [Note] InnoDB: Completed initialization of buffer pool
2019-04-22 18:14:19 140194687476288 [Note] InnoDB: Highest supported file format is Barracuda.
2019-04-22 18:14:19 140194687476288 [Note] InnoDB: 128 rollback segment(s) are active.
2019-04-22 18:14:19 140194687476288 [Note] InnoDB: Waiting for purge to start
2019-04-22 18:14:19 140194687476288 [Note] InnoDB:  Percona XtraDB (http://www.percona.com) 5.6.36-82.1 started; log sequence number 11397472969
2019-04-22 18:14:19 140194687476288 [Note] Plugin 'FEEDBACK' is disabled.
2019-04-22 18:14:19 140194687476288 [ERROR] mysqld: Can't change size of file (Errcode: 28 "No space left on device")
2019-04-22 18:14:19 140194687476288 [ERROR] Can't init tc log
2019-04-22 18:14:19 140194687476288 [ERROR] Aborting

Là, c’est beaucoup plus intéressant. Visiblement, deux erreurs majeures sont à l’origine du non-démarrage du service:

  • il n’y a plus d’espace disponible sur le disque dur du serveur,
  • le fichier /var/lib/mysql/tc.log ne peut pas être initialisé.

Après un petit df, il s’avère que le client a installé un plugin de sauvegarde qui a littéralement saturé tout l’espace disponible.

Après un petit ménage, il ne reste plus qu’à gérer la seconde erreur, Can’t init tc log.

Le fichier /var/lib/mysql/tc.log peut parfois souffrir d’un problème de permission.

Dans le cas du client, on l’archive par précaution:

mv /var/lib/mysql/tc.log /var/lib/mysql/tc_bakup.log

Puis on relance le serveur MariaDB:

service mysql start

On vérifie le statut du service:

service mysql status

qui nous retourne:

service mysql status
● mariadb.service - MariaDB database server
   Loaded: loaded (/lib/systemd/system/mariadb.service; enabled; vendor preset: enabled)
   Active: active (running) since Mon 2019-04-22 18:17:22 CST; 1h 37min ago
  Process: 12467 ExecStartPost=/bin/sh -c systemctl unset-environment _WSREP_START_POSITION (code=exited, status=0/SUCCESS)
  Process: 12464 ExecStartPost=/etc/mysql/debian-start (code=exited, status=0/SUCCESS)
  Process: 12340 ExecStartPre=/bin/sh -c [ ! -e /usr/bin/galera_recovery ] && VAR= ||   VAR=`/usr/bin/galera_recovery`; [ $? -eq 0 ]   && systemctl set-environment _WSREP_START_POSITION=$VAR || exit 1 (code=exited,
  Process: 12337 ExecStartPre=/bin/sh -c systemctl unset-environment _WSREP_START_POSITION (code=exited, status=0/SUCCESS)
  Process: 12334 ExecStartPre=/usr/bin/install -m 755 -o mysql -g root -d /var/run/mysqld (code=exited, status=0/SUCCESS)
 Main PID: 12437 (mysqld)
   Status: "Taking your SQL requests now..."
    Tasks: 29 (limit: 4915)
   CGroup: /system.slice/mariadb.service
           └─12437 /usr/sbin/mysqld

Apr 22 18:17:20 iZuf6aj6jz83uxa0jgbgcrZ systemd[1]: Starting MariaDB database server...
Apr 22 18:17:21 iZuf6aj6jz83uxa0jgbgcrZ mysqld[12437]: 2019-04-22 18:17:21 139940495544896 [Note] /usr/sbin/mysqld (mysqld 10.1.26-MariaDB-0+deb9u1) starting as process 12437 ...
Apr 22 18:17:22 iZuf6aj6jz83uxa0jgbgcrZ systemd[1]: Started MariaDB database server.

A noter que l’erreur 502 de nginx n’était pas due à une mauvaise configuration du server block mais bien d’un manque d’espace disque.

C’est important à vérifier, avant de se lancer dans la dissection du fichier de configuration d’nginx (qui n’aurait pas réglé le problème dans ce cas précis).

Désactiver les binary logs sous MySQL 8 photo

Désactiver les binary logs sous MySQL 8

mysql 8

J’ai récemment monté un nouveau serveur qui utilise MySQL 8 et après quelques jours d’utilisation, je me suis rendu compte que l’espace disque avait considérablement augmenté.

La cause ? Une multitude de fichiers logs binaires dans le répertoire d’exécution de MySQL 8 : il y en avait pour plus de 260 Go !

Les fichiers logs binaires enregistrent toutes les requêtes qui ont été effectuées par le serveur de bases de données. Inutile de dire qu’il est assez improbable que vous cherchiez à savoir quelles requêtes ont été lancées le mois dernier!

Désactivation des logs binaires

Sous MySQL 8, voici comment désactiver les logs binaires : éditez le fichier de configuration de MySQL:

nano /etc/mysql/mysql.conf.d/mysqld.cnf

et ajoutez cette ligne sous [mysqld] :

skip-log-bin

Vous pouvez également vous connecter au serveur MySQL en ligne de commande:

mysql -u root -p

et lancer la commande suivante dans l’invite de commande MySQL:

SET sql_log_bin = 0;
PURGE BINARY LOGS BEFORE '2019-03-31';

Relancez ensuite le serveur MySQL:

service mysql restart

Il ne vous reste plus qu’à vous rendre dans le dossier d’exécution de MySQL – /etc/mysql par défaut, sauf si vous l’avez modifié – et supprimer les fichiers binlog*.

Linux : supprimer les vieux kernels et libérer de la place sur la partition /boot photo

Ubuntu : supprimer les vieux kernels et libérer de la place sur la partition /boot

Voici un tutoriel qui vous permet de supprimer les kernels linux installés sur votre serveur qui ne sont pas actuellement utilisés.

Cela est utile pour faire un peu de ménage sur la partition /boot, idéalement avant qu’elle ne soit complètement saturée. Sinon, je vous donne aussi l’astuce pour faire le ménage manuellement et retrouver APT complètement opérationnel.

Ce tutoriel a été testé sous Ubuntu Server 18.04 LTS, il est complètement transférable sous Ubuntu et Debian.

Cas de figure 1: /boot n’est pas plein à 100% et apt est opérationnel

1. On vérifie la version actuelle du kernel

uname -r

Cela nous donne la version du noyau sous laquelle tourne notre machine:

4.15.0-46-generic

2. On supprime les vieux kernels

2.a. On liste les vieux kernels

sudo dpkg --list 'linux-image*'|awk '{ if ($1=="ii") print $2}'|grep -v `uname -r`

You will get the list of images something like below:

linux-image-4.15.0-45-generic

2.b. On supprime les vieux kernels (un par un)

sudo apt purge linux-image-4.15.0-45-generic

Une fois que les vieux kernels sont supprimés, on supprime également les paquets qui seront maintenant obsolètes:

sudo apt autoremove

Et on finit par la mise à jour de la liste des noyaux de GRUB:

sudo update-grub

Voilà, il ne vous reste plus qu’à rebooter votre machine ou votre serveur. Il ne reste que le dernier kernel.

Cas de figure 2 : apt est indisponible car /boot est plein à 100%

NOTE: cette partie du tutoriel n’est valable que si et seulement si vous ne pouvez utiliser APT parce que la partition /boot est pleine à 100%.

1. Listez les images de kernel

Obtenez la liste des images de kernels et faites la liste des kernels que vous pouvez supprimer car ils ne sont plus utilisés. Cette commande vous montre les kernels installés à l’exception de celui qui est en cours d’utilisation:

sudo dpkg --list 'linux-image*'|awk '{ if ($1=="ii") print $2}'|grep -v `uname -r`

Voici le résultat de la commande, la liste des kernels installés mais inutilisés:

linux-image-3.19.0-59-generic
linux-image-3.19.0-61-generic
linux-image-3.19.0-65-generic
linux-image-extra-3.19.0-59-generic
linux-image-extra-3.19.0-61-generic
linux-image-extra-3.19.0-65-generic

2. Préparez la suppression

Vous devez préparer la commande qui va supprimer tous les kernels inutilisés en utilisant la brace expansion pour vous simplifier la vie. Je vous conseille d’écrire la commande dans un éditeur de texte et de bien la vérifier avant de la lancer dans le terminal.

N’oubliez pas d’exclure le kernel actuel ainsi que les deux kernels les plus récents pour pallier tout problème:

sudo rm -rf /boot/*-3.19.0-{59,61,65}-*

3. Nettoyez APT et ses messages d’avertissement à propos d’une installation partielle

sudo apt-get -f install

4. Autoremove

Enfin, on lance la commande autoremove pour supprimer les paquets relatifs aux vieilles images de kernel qui ont été rendues orphelines par le nettoyage manuel de /boot :

sudo apt autoremove

5. Mise à jour de GRUB

sudo update-grub

6. APT est opérationnel

Vous pouvez de nouveau utiliser APT et mettre à jour, installer et supprimer les paquets de votre distribution:

sudo apt update
MySQL : résoudre le message

MySQL : résoudre “Warning: Using a password on the command line interface can be insecure.”

J’ai récemment écrit un petit script bash qui me permet de sauvegarder rapidement toutes les bases de données d’un serveur. Le script est lancé par une tâche cron automatiquement, tous les jours.

Si l’on passe l’utilisateur et le mot de passe SQL dans la requête, avec mysql ou mysqldump, vous obtiendrez très certainement le message d’avertissement suivant:

Warning: Using a password on the command line interface can be insecure.

Et pour cause : cela veut dire que n’importe qui ayant accès au serveur pourra voir, dans les logs ou avec un simple ps, vos informations de connexion à vos bases de données. Ce n’est pas ce qui se fait de mieux en matière de sécurité !

Une solution est de passer en argument un fichier qui contiendra vos données de connexion à la base de données.

Donc, au lieu d’écrire :

mysqldump -u $USER -p$PASSWORD --databases $db > $BACKUP_PATH/$date-$db.sql

Il vaut mieux écrire:

mysqldump --defaults-extra-file=/etc/mysql/mysql-backup-script.cnf --databases $db > $BACKUP_PATH/$date-$db.sql

Note: L’argument --defaults-extra-file doit venir en premier, sinon il ne sera pas interprété.

Le fichier /etc/mysql/mysql-backup-script.cnf contient les identifiants de votre utilisateur SQL qui aura les droits sur chacune des bases de données à sauvegarder. Voici à quoi il ressemble:

[client]
user = 'backup'
password = 'GIGANTIC_SECURE_PASSWORD'

Par sécurité, on restreint les droits d’accès au fichier pour qu’il ne soit pas lisible par tout le monde:

chmod 400 /etc/mysql/mysql-backup-script.cnf

Il ne vous reste qu’à créer votre cron avec votre nouvelle commande, sans montrer les identifiants SQL en clair.

Résoudre l'erreur

Résoudre l’erreur “/var/cache/debconf/config.dat is locked by another process: Resource temporarily unavailable”

Lors d’une mise à jour APT, il arrive qu’un installeur vous demande s’il faut écraser ou non un des fichiers de configuration existant. C’est le cas notamment de certaines versions de PHP qui requièrent une mise à jour du fichier php.ini.

Si vous êtes derrière votre terminal, pas de problème. Si par contre, vous ne prêtez pas attention à votre terminal, pensant que tout s’est mis à jour, ou si votre connexion SSH est rompue lors de l’installation, vous risquez d’avoir dpkg en vrac, avec une installation de paquet qui restera ‘en cours”.

Concrètement, vous obtiendrez un de ces messages:

debconf: DbDriver "config": /var/cache/debconf/config.dat is locked by another process: Resource temporarily unavailable
dpkg: error processing package XXXXX:amd64 (--configure):
 subprocess installed post-installation script returned error exit status 1
Errors were encountered while processing:
 XXXXX:amd64
needrestart is being skipped since dpkg has failed
E: Sub-process /usr/bin/dpkg returned an error code (1)

Mais pas de panique, il est très simple de résoudre le problème en quelques commandes.

Commencez par vérifiez quel est le processus responsable du fichier en question:

fuser -v /var/cache/debconf/config.dat

Résultat :

USER        PID ACCESS COMMAND
/var/cache/debconf/config.dat:
root       8756 F.... frontend

Il ne nous reste plus qu’à tuer proprement le processus:

kill 8756

Il ne vous reste plus qu’à relancer vos commandes apt habituelles, tout est redevenu opérationnel.


Serveur dédié : résoudre l'erreur  'Can't connect to local MySQL server through socket '/var/run/mysqld/mysqld.sock' (2)' — Missing /var/run/mysqld/mysqld.sock photo

Serveur dédié : résoudre l’erreur ‘Can’t connect to local MySQL server through socket ‘/var/run/mysqld/mysqld.sock’ (2)’ — Missing /var/run/mysqld/mysqld.sock

Après mise à jour du serveur SQL, il est possible d’obtenir cette erreur au redémarrage physique (boot) du serveur :

error: 'Can't connect to local MySQL server through socket '/var/run/mysqld/mysqld.sock' (2)' — Missing /var/run/mysqld/mysqld.sock

Il se trouve que systemd lance bien le service mysql qui est donc démarré mais ne semble pas pouvoir être en mesure de créer son fichier sock. Il va donc falloir l’aider:

On crée un nouveau fichier pour systemd:

nano /etc/tmpfiles.d/mysql.conf

et on y ajoute ce code qui va permettre de chmoder et chowner le répertoire /var/run/mysqld pour l’utilisateur mysql:

# systemd tmpfile settings for mysql
# See tmpfiles.d(5) for details

d /var/run/mysqld 0755 mysql mysql -

Cela règle le problème définivement.

Cron : résoudre l'erreur logrotate_script: 3: [: /var/run/mysqld/mysqld.pid: unexpected operator photo

Cron : résoudre l’erreur logrotate_script: 3: [: /var/run/mysqld/mysqld.pid: unexpected operator

Depuis que j’ai déplacé les bases de données SQL sur une autre partition, logrotate semble avoir quelques soucis avec l’archivage des logs de MariaDB. Voici le message d’erreur complet :

/etc/cron.daily/logrotate: logrotate_script: 3: [: /var/run/mysqld/mysqld.pid: unexpected operator

C’est en fait un problème de regex connu et la solution est très simple.

1. On édite le fichier /etc/logrotate.d/mysql-server:

nano /etc/logrotate.d/mysql-server

2. on recherche la ligne avec la regex de grep:

if [ -f `my_print_defaults --mysqld | grep -oP "pid-file=\K[^$]+"` ]; then

3. on ajoute m1 aux arguments de grep, ce qui nous donne:

if [ -f `my_print_defaults --mysqld | grep -oPm1 "pid-file=\K[^$]+"` ]; then

Sauvegardez le fichier. Vous ne recevrez plus de message d’erreur lors du lancement de la tâche cron et les fichiers logs de MySQL/MariaDB seront bien archivés.

Serveur dédié : installation de MariaDB 10.3 photo

Serveur dédié : installation de MariaDB 10.3

mariadb

Debian Stretch possède MariaDB 10.1 mais au vu des améliorations récentes de MariaDB, il est intéressant de passer à la version 10.3 pour des raisons de performance.

Ajout du nouveau dépôt

On installe les dépendances et on ajoute le dépôt de MariaDB 10.3 à notre fichier de configuration apt, ainsi que la clé du dépôt:

apt install software-properties-common dirmngr
apt-key adv --recv-keys --keyserver keyserver.ubuntu.com 0xF1656F24C74CD1D8
add-apt-repository 'deb [arch=amd64,i386,ppc64el] http://mariadb.mirrors.ovh.net/MariaDB/repo/10.3/debian stretch main'

Mise à jour de MariaDB

Une fois que la clé du dépôt est ajoutée au trousseau, on installe la nouvelle mouture de MariaDB:

apt update
apt install mariadb-server

Notez que vous pouvez choisir la version de MariaDB à installer très facilement depuis le site officiel.

Et voilà, serveur de base de données mis à jour.

MariaDB : changer le répertoire des bases de données sous Debian photo

Serveur dédié : déplacer les bases de données MariaDB ou MySQL sur une autre partition

J’ai récemment installé un plugin qui met en cache les requêtes API Amazon mais dont la table SQL gonfle énormément – plus de 5 Go à l’heure où j’écris ces lignes.

Le problème, c’est que cela remplit la partition racine du serveur, qui est utilisée par défaut par MariaDB pour stocker les fichiers des bases de données.

Lorsque j’ai créé ce serveur, j’ai utilisé la configuration par défault d’OVH, ce qui est une erreur grossière : la partition racine (/) fait 10 Go alors que la partition /home fait 740 Go… même pour un desktop, on ne fait plus cela parce que cela laisse trop peu pour le système alors imaginez un peu pour un serveur !

Nous avons donc le choix entre re-partitionner le disque (autant vous dire que cela ne me tente que très moyennement) ou alors changer le dossier des bases SQL pour les mettre sous /home.

Ce tutoriel vous permet donc de délocaliser les bases de données MySQL/MariaDB sur une autre partition. Le serveur tourne sur la dernière version de Debian.

Vérification du chemin des bases MariaDB

Tout se passe via le terminal. Je vous conseille de faire une sauvegarde de vos bases avant de commencer.

Commençons par vérifier le dossier dans lequel se trouve nos bases de données:

mysql -u root -p

Entrez votre mot de passe root puis entrez la commande suivante:

select @@datadir;

Résultat:

+-----------------+
| @@datadir       |
+-----------------+
| /var/lib/mysql/ |
+-----------------+
1 row in set (0.00 sec)

Ajustement de systemd pour MariaDB

Ceci est une étape fondamentale du tutoriel. Si vous ne faites pas cela, MariaDB ne démarrera pas avec votre nouveau dossier car, par défaut, il n’a pas accès à /home.

Il faut donc que nous lui donnions explicitement l’accès :

systemctl edit mariadb

Dans le fichier qui s’ouvre, entrez le code suivant:

[Service]
ProtectHome = false

Enregistrez le fichier tel quel, sans changer le nom. Le fichier que vous venez de créer est /etc/systemd/system/mariadb.service.d/override.conf

Appliquez maintenant les changements :

systemctl daemon-reload

Un nouveau répertoire pour nos bases de données

Nous pouvons maintenant créer le nouveau répertoire qui accueillera les fichiers de nos bases de données. Par simplicité, je choisis de tout mettre sous /home/mysql :

Lire la suite

Débloquer le démarrage de Meld sous MacOSX Mojave photo

Débloquer le démarrage de Meld sous MacOSX Mojave

Depuis la mise à jour de MacOSX Mojave, il est devenu impossible de lancer Meld, l’application multi-plateforme dont je me sers pour comparer plusieurs versions de fichiers afin de visualiser les différences dans du texte ou code.

Débloquer le démarrage de Meld sous MacOSX Mojave photo

L’application se lance mais ne présente pas la fenêtre habituelle qui permet de sélectionner les options de comparaison. Le menu apparait bien en haut de l’écran mais reste inutilisable.

On peut débloquer la situation très facilement – ouvrez une fenêtre de terminal et lancez les commandes suivantes:

cd ${HOME}
rm ./.local/share/meld -rf 
rm ./Library/Preferences/org.gnome.meld.plist -f
rm "./Library/Saved Application State/org.gnome.meld.savedState/" -rf 

Ces commandes permettent de supprimer le fichier de préférence GNOME de l’application et de réinitialiser l’état de l’application.

Une fois que vous avez exécuté ces commandes, relancez Meld – il me semble plus lent qu’avant à démarrer mais il est tout à fait fonctionnel ensuite, ce qui est l’essentiel.

Linux : désactiver les emails de notification d'une tâche cron photo

Linux : désactiver les emails de notification d’une tâche cron

La plupart des tâches cron sont exécutées à un moment où elles n’empiètent pas sur les ressources du serveur (i.e. la nuit).

Or crontab envoie un email récapitulatif à chaque fois qu’une tâche est complétée, ce qui peut vite devenir pénible à gérer.

Heureusement, il existe plusieurs manières d’empêcher de recevoir ces emails de notification de tâches cron.

1. Méthode nucléaire : rendre la variable MAILTO nulle

Vous pouvez éditer le fichier /etc/crontab et rendre la variable MAILTO nulle, comme ceci:

MAILTO=""

Cela désactive effectivement tous les emails envoyés depuis crond. C’est par contre une méthode nucléaire : si vous voulez une notification, il faudra l’envoyer depuis le script et non cron.

Cela empêche également de recevoir toute notification en cas d’erreur de la tâche cron, ce qui est très gênant – ce n’est pas vraiment la méthode que je conseille.

2. Rediriger STDOUT et STDERR vers null pour supprimer toute sortie

Si vous supprimez la sortie du script, crond n’aura rien à envoyer.

Ajoutez ceci à l’entrée de votre crontab pour envoyer toute sortie (STDERR et STDOUT) vers /dev/null:

>/dev/null 2>&1

Voici un exemple qui lance un script toutes les 5 minutes, sans sortie:

*/5 * * * * /example/script >/dev/null 2>&1

Le principal inconvénient est que cela supprime également toutes les erreurs qui pourraient être utiles au débuggage du script.

3. Configurer crond pour envoyer la sortie du script vers les logs système et désactiver la notification de la sortie

Vous pouvez configurer crond en éditant le fichier /etc/sysconfig/crond pour y changer la ligne CRONDARGS.

L’argument -s envoie la sortie vers le log système et l’argument -m off désactive la notification email du résultat de la tâche.

Voici un exemple :

cat /etc/sysconfig/crond

Résultat:

# Settings for the CRON daemon.
# CRONDARGS= :  any extra command-line startup arguments for crond
CRONDARGS=-s -m off

Il faut ensuite relancer le service cron pour appliquer la nouvelle configuration avec les nouveaux arguments:

service cron restart

Conclusion

Toutes ces méthodes permettent de supprimer totalement les notifications emails du service cron lorsqu’une tâche est lancée.

Si vous souhaitez ne pas produire de sortie mais garder la possibilité de recevoir un email en cas d’erreur, pensez à rediriger STDOUT vers /dev/null:

*/5 * * * * /example/script > /dev/null