Tag

OpenSSH

Browsing

La sauvegarde des données

Un des problèmes majeurs dans la gestion des données informatiques est la sauvegarde des données.

Idéalement, il faut pouvoir être en mesure de disposer de plusieurs copies de sauvegarde de nos données, intégres et utilisables, disponibles dans plusieurs lieux géographiquement éloignés afin de prévenir les risques.

Il est très utile d’avoir un script de sauvegarde comme backup-manager sur le serveur qui va automatiquement envoyer les fichiers de sauvegarde sur un espace de stockage distant.

Sur ce serveur par exemple, les sauvegardes sont envoyées sur le FTP de backup mis à disposition par OVH.

Connexion à un serveur distant en SSH, sans mot de passe

Se connecter depuis un serveur vers un NAS Synology avec des clés SSH, sans mot de passe photo 1

Mais il est également possible d’en envoyer une copie chez vous, directement sur votre NAS. Pour plus de sécurité (le FTP n’est pas un protocole sécurisé) il peut être très intéressant de créer un set de clés SSH pour que le script de sauvegarde (ou alors rsync) se connecte directement à votre NAS/serveur de sauvegarde en SSH.

Voyons donc comment nous pouvons créer un jeu de clés SSH sur notre serveur linux – ou n’importe quelle autre machine Unix, comme votre PC – vers un NAS Synology.

Cela nous permettra de nous identifier sur le NAS depuis le serveur, sans avoir à rentrer de mot de passe ou à le mettre en clair dans un script. C’est aussi un grain de temps de se logguer en SSH au NAS sans mot de passe !

Se connecter depuis un serveur vers un NAS Synology avec des clés SSH, sans mot de passe photo

Je vous ai déjà parlé de rsync pour transférer des fichiers d’un serveur à un autre.

Supposons maintenant que vous vouliez récupérer les fichiers qui sont sur votre serveur chez vous, à la maison.

Cela ne prend que quelques minutes à mettre en place et cela sert très souvent.

Etape 1 : ouvrir le port 22 dans la box ou le routeur

Rendez-vous dans l’interface d’administration de votre box ou routeur :

  1. si ce n’est déjà fait, attribuez une IP fixe à votre PC en identifiant l’adresse MAC de sa carte réseau.
  2. ouvrez le port 22 (SSH) en TCP et redirigez-le vers l’adresse fixe de l’étape précédente.

Voilà, le port est ouvert et redirigé au niveau du routeur.

Etape 2 : ouvrir le port 22 dans le firewall de la machine

Je suis sous Linux (Debian, Ubuntu, Mint…), j’utilise donc iptables en root :

iptables -t filter -A INPUT -p tcp --dport 22 -j ACCEPT
iptables -t filter -A OUTPUT -p tcp --dport 22 -j ACCEPT

Le port 22 est maintenant ouvert aux connections entrantes et sortantes sur la machine.

Sommaire de la série Monter un serveur dédié de A à Z

  1. Serveur dédié : installation d’Apache, PHP, MySQL et Webmin
  2. Serveur dédié : créer la base de données MySQL et importer WordPress
  3. Serveur dédié : créer et activer un Virtual Host sous Apache
  4. Serveur dédié : changer les DNS du nom de domaine et le faire pointer vers le serveur
  5. Serveur dédié : sécurisation des services avec iptables et fail2ban
  6. Serveur dédié : sécurisation de la couche TCP/IP
  7. Serveur dédié : création d’un serveur mail Postfix (sécurisé avec Saslauthd et certificat SSL) et Courier (accès POP et IMAP) utilisant une base MySQL d’utilisateurs/domaines virtuels
  8. Serveur dédié : sécuriser Apache 2 avec ModSecurity
  9. Serveur dédié : CHMOD récursif sur des fichiers ou répertoires en ligne de commande
  10. Serveur dédié : installer APC comme système de cache et configurer Varnish comme reverse-proxy pour Apache pour améliorer les performances
  11. Serveur dédié : afficher la véritable IP derrière un reverse-proxy comme Varnish
  12. Serveur dédié : intégrer SSH à WordPress pour mettre à jour le core, les plugins et les thèmes
  13. Serveur dédié : installer la dernière version d’APC par SVN
  14. Serveur dédié : analyse des performances du serveur
  15. Serveur dédié : mettre à jour le noyau Debian de la Kimsufi
  16. Serveur dédié : sauvegarde automatique des fichiers avec Backup Manager sur le serveur de sauvegarde OVH
  17. Serveur dédié : configurer la limite mémoire pour PHP et Suhosin
  18. Bash : supprimer tous les fichiers et sous-répertoires d’un répertoire
  19. Serveur dédié : impossible de se connecter à un port distant
  20. Rsync: rapatrier les fichiers du serveur à la maison
  21. Bash : réparer les tables MySQL en cas de crash
  22. Serveur dédié : création d’une seedbox avec Transmission
  23. Serveur dédié : des paquets LAMP à jour sous Debian
  24. Serveur dédié : mise à jour vers Debian 7 Wheezy
  25. Serveur dédié : activer X11 forwarding pour SSH
  26. Serveur dédié : optimiser toutes les images JPG et PNG avec OptiPNG et JpegOptim
  27. Postfix : résoudre l’erreur “fatal: www-data(33): message file too big”
  28. Serveur dédié : mise en place de l’IPv6
  29. WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod
  30. WordPress : héberger les images sur un sous-domaine
  31. Serveur dédié : ajouter l’authentification SPF, Sender-ID et DKIM à Postfix et Bind9 avec opendkim
  32. Apache : lorsque le domaine seul (sans WWW) renvoie une erreur 403
  33. Serveur dédié : sécuriser Apache avec HTTPS (HTTP avec la couche TLS/SSL) en Perfect Forward Secrecy
  34. Serveur dédié : passer WordPress en HTTPS (TLS/SSL)
  35. Serveur dédié : configurer Webmin en TLS avec un certificat SSL
  36. Serveur dédié : configurer Transmission pour accéder au WebUI via TLS-SSL
  37. Serveur dédié : installer et configurer Varnish 4
  38. Serveur dédié : passage au mod FastCGI et PHP-FPM avec Apache MPM Worker
  39. Récupérer un serveur Kimsufi après un plantage de kernel avec le mode rescue OVH
  40. Serveur dédié : configurer Postfix et Courier pour utiliser TLS-SSL en Perfect Forward Secrecy
  41. Serveur dédié : retirer Varnish, devenu inutile avec HTTPS
  42. Serveur dédié : installer la dernière version d’OpenSSL sous Debian
  43. Serveur dédié : activer l’IP canonique du serveur sous Apache
  44. Serveur dédié : mise à jour vers PHP 5.6
  45. MySQL : convertir les tables MyISAM au format InnoDB
  46. Serveur dédié : optimiser toutes les images GIF avec GIFsicle
  47. Serveur dédié : migration de MySQL vers MariaDB
  48. BASH : lister, bloquer et débloquer des adresses IP avec iptables
  49. Serveur dédié : produire une meilleure réserve d’entropie avec haveged
  50. Serveur dédié : mettre en place DNSSEC pour sécuriser les DNS du domaine
  51. Serveur dédié : mise en place du protocole DANE
  52. 8 règles d’or pour bien déployer DNSSEC et DANE
  53. Serveur dédié : installer PHP7 FPM avec FastCGI sous Debian
  54. Serveur dédié : réduire les connexions TIME_WAIT des sockets et optimiser TCP
  55. Fail2Ban: protéger Postfix contre les attaques DoS de types AUTH, UNKNOWN et EHLO
  56. Serveur dédié : mettre à jour Apache et configurer le mod_http2 pour HTTP/2
  57. Serveur dédié : ajouter le domaine à la liste HSTS preload
  58. Serveur dédié : ajouter l’authentification DMARC à Postfix et BIND
  59. Serveur dédié : à la recherche de l’inode perdue ou comment résoudre le problème “no space left on device”
  60. Serveur dédié : installer NginX avec support HTTP2 et certificat SSL, PHP, MariaDB sous Debian

Alors que la course à l’anonymat sur internet bat son plein, que ce soit pour télécharger ou simplement pour surfer en toute tranquillité, je m’en vais vous présenter un tutoriel qui vous permettra de créer un VPN.

Commençons les choses dans l’ordre !

Un vépéquoi ?

VPN, ça signifie Virtual Private Network, et si on le traduit en français ça donne Réseau Privé Virtuel. Pour faire court, il s’agit d’une passerelle entre le Client (nous) et, pour être vulgaire, Internet. C’est en tout cas l’utilisation que nous allons en faire ici.

Le grand avantage d’un tel tunnel c’est qu’il crypte toutes les données qu’il envoie et qu’il reçoit. Si vous passez par un VPN, vous êtes donc assez protégé. De plus, votre adresse IP sera celle du serveur sur lequel le VPN est installé.

En somme, il s’agit d’un gros proxy… en mieux.

Lorsque vous branchez votre iPhone ou iPod Touch sur votre machine, vous avez accès à quelques répertoires mais qui ne vous sont pas d’une grande utilité, mis à part le dossier photos.

Si vous désirez réellement pouvoir ajouter des fichiers et avoir la main sur votre appareil, il vous faut utiliser SSH.

SSH

Nous avions parlé de SSH lors de la migration du site sur le serveur dédié mais je vais reprendre ici.

SSH (Secure SHell) est un protocole de communication sécurisé : toutes les données sont cryptées pendant la connexion et il devient alors impossible pour un sniffer de récupérer les données transmises.

Dans le cas de l’iPhone/iPod Touch, SSH sert à modifier les fichiers systèmes, sauvegarder des fichiers ou encore installer des applications .app directement sans passer par Cydia.