Matt Biscay: développeur WordPress et WooCommerce pour SkyMinds
Word Motivation Of Cut Letters

Créer et soutenir la motivation des élèves du cycle central en classe d’Anglais

Voici mon mémoire professionnel accompli à l’IUFM des Pays de la Loire.

La problématique soulevée – comment créer et soutenir la motivation des élèves du cycle central en classe d’Anglais – découle d’une situation de classe que j’ai connue dès mes débuts en PLC2.

There are three things to remember about education.
The first one is motivation. The second one is motivation. The third one is motivation.

Terrell H. Bell

Il n’existe pas de langue où rien ne soit motivé.

Ferdinand de Saussure

Introduction

Une classe est une entité. Chaque fois que l’enseignant se trouve face à elle, il sait que le défi sera de susciter chez ses élèves le désir d’acquérir des savoirs et des savoir-faire et, surtout en classe de langues, d’avoir envie de comprendre, de s’exprimer, de réussir et d’être libre d’agir par eux-mêmes.

Or toute “aide technique serait inopérante si le professeur n’avait constamment le souci de susciter chez les élèves l’envie, le désir de parler” [Instruction Officielles de 2001, p.57]. Donc, sous-jacents à ces paramètres, entre en jeu l’autonomie de l’élève car celui-ci a un rôle déterminant à jouer dans son apprentissage.

Quelque soit le contexte, citadin ou rural, l’enseignant des classes du cycle central se trouve de plus en plus confronté à un public multiculturel riche dans sa diversité, certes, mais qui, en tant que génération ‘zapping’, pose des problèmes d’assiduité, de concentration, de désintérêt, d’instabilité. Nous interpellant à plus d’un titre, ce phénomène nous amène à nous pencher sur le concept de la motivation et de son soutien en classe.

A cet effet, la classe de quatrième angliciste qui m’a été confiée au collège répond à cette problématique à divers niveaux : psychologique, sociologique et pédagogique.

En effet, quel constat pouvons-nous dresser pendant les cours d’anglais ? Qui se cache donc derrière les élèves que nous accueillons ? Quels leviers suffisamment puissants pourraient agir sur la volonté, l’intérêt et l’enthousiasme des élèves, en d’autres termes comment susciter et maintenir la leur motivation ? Comment les étonner pour faire naître une curiosité, moteur indispensable à l’autonomie et les mener sur les chemins de la réussite dans le respect d’eux-mêmes et d’autrui ? La motivation ne consiste-t-elle pas à inscrire l’élève dans une dynamique de projet utile et de résolution de défis ?

C’est au fil de nos réflexions et de nos lectures sur le sujet que nous essaierons de tracer un bilan des mises en œuvre qui confirmeront ou non nos hypothèses de départ et d’envisager d’autres pistes à explorer peut-être mieux adaptées au monde dans lequel ces jeunes vivent, plus ajustées à leur vécu quotidien et qui favoriseraient une appétence, une appropriation active des apprentissages, un plaisir à participer et à s’exprimer, en un mot un mieux-être au sein de la microsociété qu’est une classe.

Lire la suite

Modèle conceptuel de la productivité

Tiens, un brouillon qui date de 2006… si je me souviens bien, c’était au moment de mon mémoire professionnel à l’IUFM de La Roche sur Yon.

Productivity conceptual model

Le modèle est général : il s’applique tant au niveau de la productivité d’une entreprise que d’une administration. Ou d’un cours d’anglais avec 30 élèves !

If you sugar the drill, they will swallow the pill

Aujourd’hui, séance Groupe de Référence (GR) à l’IUFM. Au programme : présenter une activité qui a bien marché avec nos élèves. Arthur prévient notre formateur qu’il sera absent l’après-midi pour cause de conseil de classe.

La réponse fuse : “bon et bien Arthur, vous passerez en premier !”. Vraiment au taquet notre formateur aujourd’hui ^_^.

Nous avons fait un bref retour sur les soutenances de mémoire : tout notre groupe a été validé, ce qui n’est pas le cas dans les autres disciplines (Maths, Lettres, Histoire-Géographie) qui ont tous 3 ou 4 stagiaires recalés. Toujours bon à savoir. Et l’on a appris que Woo-Hoo est désormais out. Poor guy.

Nous avons ensuite dû signer une demande d’autorisation de publication de nos mémoires sur l’intranet de l’IUFM, que la plupart ont refusé. Le reste de la journée a été consacré à la présentation de nos activités – j’ai présenté ma Webquest, tranquille.

Restaurant avec Magali, Arthur et Arnaud – comme des princes – avant de retourner pour quelques heures de folie. Notre RGR nous présente alors un extrait vidéo : “le drill en action”.

Il s’agit d’un professeur qui montre comment ses élèves arrivent à communiquer avec les drills : chaque élément linguistique forme une brique qui peut changer de place selon les formes des phrases.

Et là le choc : le film date de la fin des années 80 (coiffures, lunettes, vêtements… fou-rire assuré !) et la classe est impressionnante : 18 élèves, pas un qui bouge, tout le monde participe en théâtralisant avec des gestes, intonation et accent parfaits. A croire qu’ils ont fait le Cours Florent. Et ils sont en 5ème.

Des premières ou terminales d’aujourd’hui seraient incapables d’une telle prouesse, sérieusement.

Morceaux choisis, énoncés par le prof :

Qui gagne en fluidité perd en timidité !
Le message va au-delà de la bouche, plus loin que l’oreille !
If you sugar the drill, they will swallow the pill
Au commencement était le drill en action… instrument docile d’expression personnelle et originale !

Dommage que ce soit décontextualisé parce qu’il est vraiment impressionnant de voir ce que ces élèves étaient capables de dire, surtout avec l’accent, les question-tags, l’aisance face à la classe approchant l’absence d’inhibition.

Cela laisse rêveur tellement cela semble utopique dans nos situations de classe d’aujourd’hui. Je m’en ferais bien une cassette tiens !

Soutenance de mon mémoire professionnel

Joker

Ce matin a eu lieu la soutenance de mon mémoire professionnel.

Réveillé bien avant mon réveil, j’ai eu le temps de bien me préparer psychologiquement, ce qui fait que j’étais frais et dispo, pas stressé pour deux sous, devant la porte de la salle du jury avec quasiment une heure d’avance.

J’ai discuté avec la candidate précédente afin de recueillir ses impressions.

Visiblement elle était assez stressée, attendant anxieusement le verdict du jury… favorable pour elle. Tant mieux :-)

La porte s’ouvre, mon tuteur arrive juste à l’heure et nous entrons tous les deux dans la salle d’examen.

Mon responsable de groupe de référence m’indique où m’installer : je fais face au 3 membres du jury, composé de deux enseignants d’anglais de niveau collège (un homme et une femme) et de mon RGR.

Mon tuteur se trouve à ma gauche, au coin de ma vision périphérique. On m’annonce alors que je dispose de 20 minutes et que le chrono est lancé. Ok !

J’expose alors mon plan en 3 parties. La première partie, destinée à justifier le choix du mémoire, a été relativement courte et j’ai senti mon tuteur tendu pendant quelques instants.

Les deux parties suivantes ont été plus relax parce qu’elles formaient véritablement ce que j’avais testé dans mes classes.

J’étais assez content de moi à la fin de mon exposé qui, relativement clair, a permis de désamorcer les éventuelles questions assassines de l’entretien. L’exposé a duré 15-20 minutes je pense.

Au niveau de l’entretien, j’ai trouvé la dame bienveillante, cherchant quelques précisions sur le déroulement de mes séances/séquences. Le monsieur s’est ingénié à chercher la petite bête comme – par exemple – le point d’interrogation manquant à la fin d’une phrase à la page 27. Surréaliste. Il a dû m’en faire 3 ou 4 des réflexions comme celles-là : maladroit ici, trop général là…

Et là-dessus, retournement de situation, il conclut l’entretien par des éloges sur mon mémoire : bien écrit, dynamique, on voit la progression et la démarche de recherche qui fait sens, vision à long-terme… j’avoue que j’en suis resté pantois – et content ^_^

On nous demande de sortir de la salle le temps que le jury rende son verdict. Je finis de signer mon dossier. Mon tuteur ne pipe mot mais je suis très serein, tout décontracté.

Arnaud vient aux nouvelles, il est le prochain à passer. 15 minutes plus tard, le verdict tombe : mémoire et soutenance validés.

Mon tuteur s’avance alors vers moi et me serre la main : “bienvenue dans la boîte !”. I made it baby ! ^_^

Période des inspections…

C’est la période inspection en ce moment : j’ai reçu la visite d’un de mes collègues au Collège vendredi matin, je rend visite à une autre collègue lundi après-midi juste avant mes cours et mon tuteur vient m’inspecter jeudi… d’ici à ce que mon RGR m’envoie une petite notification comme quoi il débarque, il n’y a qu’un pas que je m’empresse de franchir.

De toute façon, tout le monde sera inspecté en novembre/décembre alors… et puis le plus tôt sera le mieux. J’ai encore une ébauche de mémoire à commencer donc je vais être pas mal pris.

Et en plus les visites parents-professeurs commencent la semaine prochaine. J’espère qu’il y aura du monde parce que j’ai beaucoup de choses à dire. Faut que je pense à ramener un petit ruban rouge pour m’en ceindre le front. Cela fait toujours son petit effet.