Matt Biscay: développeur WordPress et WooCommerce pour SkyMinds
Jethro Tull - Aqualung photo

Local : importer une base de données depuis le shell

Local possède une version d’Adminer dans les options de chaque site qui est très utile puisqu’elle permet d’accéder rapidement à la base de données, ou d’importer une petite base de données.

Par contre, s’il s’agit d’importer une base qui fait plus de 80 Mo, mieux vaut se tourner vers un outil un peu plus robuste: le shell.

Accéder au shell depuis Local

Et cela tombe bien : Local possède son propre shell, accessible sur simple clic-droit sur le nom du site sur lequel vous souhaitez ouvrir une fenêtre de terminal:

local open site shell new 1280x787

Voici la marche à suivre : Démarrez votre site > sélectionnez le nom du site > clic-droit > Open Site Shell

Importer une base de données dans un site Local

Lorsque j’ai besoin de répliquer un site rapidement, je copie la base données dans le répertoire app du site Local en question.

Pour mon site de test (skyminds-2020 ), le chemin sur ma machine est /Users/matt/Local Sites/skyminds2020/app . C’est dans ce dossier que je place le fichier SQL à importer.

Ensuite, dans le shell Local, il suffit de faire un simple import SQL dans la base qui, par défaut, s’appelle local (et ce, pour tous vos sites Local, bien qu’elles soient toutes indépendantes).

L’utilisateur est root et le mot de passe root également, ce qui est plutôt pratique.

Le shell est par défaut sous app/public donc on remonte d’un cran dans l’arborescence pour pointer vers notre fichier (qui se trouve dans /app ).

Voilà ce que cela nous donne:

mysql -u root -proot local < ../db.sql

Résultat:

mysql: [Warning] Using a password on the command line interface can be insecure.
bash-3.2$

L’importation de la base de données SQL ne prend que quelques secondes, alors que cela se plante allégrement lorsque l’on utilise Adminer.

A utiliser sans modération, cela ne vaut vraiment pas le coup de s’embêter avec une interface graphique (ou à placer le fichier dans le répertoire d’adminer comme il l’indique sur la page d’importation).

Jethro Tull - Aqualung photo

Local : résoudre l’erreur “missing zlib extensions”

A la suite d’une mise à jour de Local, j’ai eu la surprise d’obtenir le message d’erreur suivant au moment d’installer un plugin manuellement, par upload du fichier zip:

Unpacking the package…
Abort class-pclzip.php : 
Missing zlib extensions

Toutes les machines docker fonctionnent sous PHP 7.4.1 et cela ne s’était jamais produit auparavant. Local est installé sur ma machine MacOS.

Si cela vous arrive, voici comment régler le problème en quelques minutes.

Marche à suivre pour Local (MacOS)

Ce sont les Lightning Services qu’il faut mettre à jour: comme ils ne peuvent être mis à jour via l’auto-updater, nous allons devoir les supprimer et les réinstaller pour notre version de PHP.

1. Quittez Local si le programme est en cours d’utilisation.

2. Dans le terminal, lancez la commande suivante:

rm ~/Library/Application\ Support/Local/lightning-services/php-7.4* -rf 

Notez que l’on cible ici les versions 7.4.x de PHP.

3. Relancez Local.

4. Ajoutez un nouveau site lambda (j’ai appelé le mien testing mais il pourra être supprimé dès la fin de cette procédure) sous Local qui utilise PHP 7.4. Cela lancera le téléchargement et l’installation des Lightning Services, avec la mise à jour zlib.

5. Lancez maintenant votre site Local, qui tourne sous PHP 7.4 : vous n’avez maintenant plus de problèmes pour installer plugins et thèmes manuellement, avec des fichiers zip.

Et voilà, vous pouvez de nouveau installer des thèmes et plugins manuellement. Cela devrait être corrigé dans une nouvelle version de Local – surtout que PHP 8 vient de sortir il y a quelques semaines.

Redémarrer la machine virtuelle de Local by Flywheel photo

Local : résoudre les problèmes d’importation de la base de données

Aujourd’hui, on importe la base de données d’un site existant dans la nouvelle version de Local Lightning, estampillée 5.4.1.

D’habitude, je lance Adminer > Import, je sélectionne mon fichier de base de données et boom, la base est importée. Mais aujourd’hui, rien ne se passe comme prévu: Adminer mouline, mouline, perd la moitié du design de sa page et n’importe pas la base.

SSH à la rescousse

Je me dis qu’on aura peut-être plus de chance depuis la console SSH. Dans Local, faites un clic droit sur le site > Open Site Shell. Une fenêtre de terminal apparaît alors.

Utilisation de WP-CLI

On commence d’abord par la méthode wp-cli. On copie notre fichier adminer.sql sous /app/public et on lance la commande suivante:

wp db import ./adminer.sql

Résultat:

ERROR 2002 (HY000): Can't connect to local MySQL server through socket '/tmp/mysql.sock' (2)

Cela commence bien. La version 5 de Local utilise MySQL 8 donc certaines choses ne sont peut-être pas tout à fait au point. Comme il n’y a pas de socket mysql dans /tmp/mysql.sock, nous allons manuellement spécifier notre socket MySQL dans notre commande. Local nous donne l’adresse du socket dans l’onglet Database:

wp db import ./adminer.sql --socket="/Users/matt/Library/Application Support/Local/run/rvrb6Ce-Z/mysql/mysqld.sock"

Résultat:
ERROR 1067 (42000) at line 23841 in file: './adminer.sql': Invalid default value for 'comment_date'

La bonne nouvelle, c’est que l’on peut se connecter à la base de données MySQL. Mais tiens donc, nous sommes déjà tombés sur cette erreur Invalid default value for comment_date !

Configuration de MySQL

Pour régler le problème sous Local, la marche à suivre diffère un peu de ce que nous avions lancé sur notre serveur puisqu’il n’y a pas une mais deux variables de configuration de mysqld à modifier.

On se connecte au serveur mysql:

mysql -u root -proot

Commençons par voir ce que les variables sql_mode contiennent:

SELECT @@GLOBAL.sql_mode; SELECT @@SESSION.sql_mode; 

Résultat:

+------------------------------------------------------------------------------------------+
| @@GLOBAL.sql_mode                                                                        |
+------------------------------------------------------------------------------------------+
| ONLY_FULL_GROUP_BY,STRICT_TRANS_TABLES,NO_ZERO_IN_DATE,NO_ZERO_DATE,ERROR_FOR_DIVISION_BY_ZERO,NO_ENGINE_SUBSTITUTION |
+------------------------------------------------------------------------------------------+
1 row in set (0,00 sec)

+------------------------------------------------------------------------------------------+
| @@SESSION.sql_mode                                                                       |
+------------------------------------------------------------------------------------------+
| ONLY_FULL_GROUP_BY,STRICT_TRANS_TABLES,NO_ZERO_IN_DATE,NO_ZERO_DATE,ERROR_FOR_DIVISION_BY_ZERO,NO_ENGINE_SUBSTITUTION |
+------------------------------------------------------------------------------------------+

Le problème est, comme la dernière fois, la présence de ces deux instructions: NO_ZERO_IN_DATE,NO_ZERO_DATE.

On enlève donc ces deux instructions de nos deux directives:

SET @@GLOBAL.sql_mode="ONLY_FULL_GROUP_BY,STRICT_TRANS_TABLES,ERROR_FOR_DIVISION_BY_ZERO,NO_ENGINE_SUBSTITUTION";
SET @@SESSION.sql_mode="ONLY_FULL_GROUP_BY,STRICT_TRANS_TABLES,ERROR_FOR_DIVISION_BY_ZERO,NO_ENGINE_SUBSTITUTION";

Voilà ce que nous obtenons au final:

+------------------------------------------------------------------------------------------+
| @@GLOBAL.sql_mode                                                                        |
+------------------------------------------------------------------------------------------+
| ONLY_FULL_GROUP_BY,STRICT_TRANS_TABLES,ERROR_FOR_DIVISION_BY_ZERO,NO_ENGINE_SUBSTITUTION |
+------------------------------------------------------------------------------------------+
1 row in set (0,00 sec)

+------------------------------------------------------------------------------------------+
| @@SESSION.sql_mode                                                                       |
+------------------------------------------------------------------------------------------+
| ONLY_FULL_GROUP_BY,STRICT_TRANS_TABLES,ERROR_FOR_DIVISION_BY_ZERO,NO_ENGINE_SUBSTITUTION |
+------------------------------------------------------------------------------------------+
1 row in set (0,00 sec)

On peut désormais importer notre fichier SQL:

mysql -u root -proot local < ./adminer.sql 

Hop l’import de la base de données se passe maintenant sans aucun problème.

Redémarrer la machine virtuelle de Local by Flywheel photo

Local by Flywheel ne démarre plus à cause du renouvellement du certificat TLS de la machine virtuelle (docker) : une solution

J’utilise quotidiennement Local by Flywheel pour développer ou debugger des problèmes sur certains sites.

C’est une bonne alternative lorsque les hébergeurs ne proposent pas de site staging à leurs clients (les meilleurs hébergeurs proposent évidemment un staging, c’est la base).

L’autre jour, tournée de mises à jour suivie d’un reboot, je lance Local et patatras: il ne veut plus démarrer et visiblement reste bloqué sur une tentative de renouvellement de certificat TLS pour la machine virtuelle qui tourne sous Docker.

Si cela vous arrive, voici la marche à suivre. Il suffit de copier ces lignes d’instructions dans votre terminal. Concrètement, nous allons télécharger une nouvelle version du fichier ISO Boot2Docker et laisser le système se ré-provisionner.

Le processus implique de créer un alias (local-docker-machine) pour la machine virtuelle docker “Local by Flywheel”, et ensuite de lancer la série de commandes suivantes sur cet alias.

Voici les commandes à lancer dans le terminal:

alias local-docker-machine="/Applications/Local\ by\ Flywheel.app/Contents/Resources/extraResources/virtual-machine/vendor/docker/osx/docker-machine"
local-docker-machine stop local-by-flywheel
rm -rf ~/.docker/machine/certs
local-docker-machine create local-cert-gen
local-docker-machine start local-by-flywheel
local-docker-machine regenerate-certs -f local-by-flywheel
local-docker-machine rm -f local-cert-gen

Voici le résultat de ces commandes:

Creating CA: /Users/matt/.docker/machine/certs/ca.pem
Creating client certificate: /Users/matt/.docker/machine/certs/cert.pem
Running pre-create checks...
(local-cert-gen) No default Boot2Docker ISO found locally, downloading the latest release...
(local-cert-gen) Latest release for github.com/boot2docker/boot2docker is v19.03.5
(local-cert-gen) Downloading /Users/matt/.docker/machine/cache/boot2docker.iso from https://github.com/boot2docker/boot2docker/releases/download/v19.03.5/boot2docker.iso...
(local-cert-gen) 0%....10%....20%....30%....40%....50%....60%....70%....80%....90%....100%
Creating machine...
(local-cert-gen) Copying /Users/matt/.docker/machine/cache/boot2docker.iso to /Users/matt/.docker/machine/machines/local-cert-gen/boot2docker.iso...
(local-cert-gen) Creating VirtualBox VM...
(local-cert-gen) Creating SSH key...
(local-cert-gen) Starting the VM...
(local-cert-gen) Check network to re-create if needed...
(local-cert-gen) Found a new host-only adapter: "vboxnet1"
(local-cert-gen) Waiting for an IP...
Waiting for machine to be running, this may take a few minutes...
Detecting operating system of created instance...
Waiting for SSH to be available...
Detecting the provisioner...
Provisioning with boot2docker...
Copying certs to the local machine directory...
Copying certs to the remote machine...
Setting Docker configuration on the remote daemon...
Checking connection to Docker...
Docker is up and running!
To see how to connect your Docker Client to the Docker Engine running on this virtual machine, run: /Applications/Local by Flywheel.app/Contents/Resources/extraResources/virtual-machine/vendor/docker/osx/docker-machine env local-cert-gen
Docker machine "local-by-flywheel" does not exist. Use "docker-machine ls" to list machines. Use "docker-machine create" to add a new one.
Regenerating TLS certificates
Docker machine "local-by-flywheel" does not exist. Use "docker-machine ls" to list machines. Use "docker-machine create" to add a new one.
About to remove local-cert-gen
WARNING: This action will delete both local reference and remote instance.
Successfully removed local-cert-gen

Vous n’avez plus qu’à lancer Local by Flywheel: lancement maintenant impeccable et toutes les machines virtuelles sont bien là.