Tag

3D

Browsing

Terraform est un court-métrage écrit et produit par Arthur Bayard, Félicien Daro, Guillaume Dadaglio, Vincent Glaize et Thomas Nivet, tous étudiants à ArtFX.

Terraform aborde thème phare de la science-fiction : la terraformation de Mars par les hommes :

Un monde envahi, subit d’importants changements. Au fil des générations, la légende perdure…

Vraiment bien fait.

Fard est un court-métrage futuriste réalisé par David Alapont et Luis Bricenco qui est une satire futuriste du monde dans lequel nous vivons.

https://www.youtube.com/watch?v=QIg_m8YHcrQ

World Builder raconte l’histoire d’un homme étrange qui construit un monde à l’aide d’outils holographiques pour la femme qu’il aime. Ce court-métrage, écrit par Bruce Branit, a été tourné en une seule journée mais a nécessité plus de 2 ans de post-production.

Mark Osborne nous propose un court-métrage d’animation de toute beauté, MORE, racontant l’histoire d’un inventeur solitaire dont l’existence sans goût ni couleur ne s’éveille que par les rêves et réminiscences de sa jeunesse insouciante. Le jour, il se tue au travail dans un monde sans joie, gouverné par le rendement et la productivité. La nuit, il travaille secrètement sur une invention visionnaire, cherchant à transformer son inspiration en quelque chose de plus concret.

Son invention révolutionne la manière dont les gens perçoivent le monde mais cela à un prix : le monde absorbe son invention comme un nouveau produit de consommation qui aliène des centaines de personnes sur les chaînes de production. Cela le transforme également, mais de l’intérieur.

https://vimeo.com/15866494

Les jeux classiques n’ont pas tellement évolué au fil du temps. Si l’on prend par exmple le jeu de dame, le jeu de l’oie, les billes ou encore les échecs, on se rend compte que ces jeux ont des centaines d’années et passionnent encore les foules pas mal de monde. Les choses se compliquent un peu avec les jeux vidéos : les jeux du début des années 1990, en deux dimensions (2D) ont vieilli très vite et nul ne songerait aujourd’hui à ressortir leurs vieilles disquettes ou cartouches pour y jouer. A moins d’être un brin nostalgique…

Voici donc un petit aperçu de l’évolution des jeux vidéos :

Voici une magnifique réalisation signée Andy Huang : il s’agit d’une machine dotée d’une tête de poupée qui mime des images sur un écran de télévision afin de se créer un visage qui lui plaît.

Dans l’univers des jeux-vidéo, il y a une petite règle, non formulée mais tacite, qui dit que lorsque un jeu n’est plus commercialisé, il devient abandonné et peut, théoriquement et sous réserve d’avoir l’autorisation des éditeurs, être redistribué gratuitement.

On appelle ces jeux des abandonware, contraction de abandon et de software. Cela s’applique principalement aux jeux-vidéo mais les logiciels au sens large peuvent être concernés.

L’abandonware est un compromis entre les maisons d’édition du logiciel et les utilisateurs : même avec une durée de droit d’auteur de 70 ans, si le logiciel n’est plus commercialisé depuis longtemps, il devient de manière tacite un orphelin, un abandonné – sauf recommercialisation ultérieure.

Wolfenstein 3D

Wolfenstein 3DSpear of DestinyWolfenstein 3D (1992) est un des premiers FPS en 3D auquel j’ai pu jouer (486 SX33 à l’époque!). Vous êtes prisonnier d’une prison nazie et vous cherchez à en sortir par tous les moyens : recherche d’armes, de nourriture, de medikits, de passages secrets… la mode FPS est lancée.

L’histoire de Spear of Destiny, sorti 4 mois après Wolf3D, est en fait antérieure à celle de Wolfenstein : le joueur endosse le rôle de l’espion allié B.J. Blazkowicz qui doit récupérer la Lance de la Destinée qui se trouve aux mains des nazis. A voir aussi : Spear of Destiny, Return to Danger.

DOOM

DOOM1993 marque l’avènement d’ID Software avec la sortie de DOOM, jeu propulsé à l’état de référence mondiale du genre quasi-instantanément. J’ai passé des heures sur ce jeu, excellent défouloir après une journée d’école ou de travail, parfait pour vous vider la tête ! Finis les nazis, vous campez désormais un marine de l’espace envoyé sur Mars pour avoir agressé un officier supérieur qui lui demandait de tuer des civils désarmés. Il est forcé de travailler pour le compte de l’Union Aerospace Corporation (UAC), un complexe militaro-industriel qui mène des expériences secrètes sur la téléportation entre les lunes de Mars, Phobos & Deimos. Soudain, quelque chose tourne mal et des créatures de l’enfer passent les portails de téléportation. A vous de faire le ménage !

DOOM IIDOOM II ScreenshotDOOM II arrive en 1994. Notre marine revient sur Terre pour ne constater que la Terre a également été victime de l’invasion des entités de l’enfer. DOOM II est immédiatement devenu mon jeu de référence et c’est le premier jeu auquel je joue s’il me prend l’envie de jouer sur un PC. On ne s’en lassera jamais.
L’atmosphère est là, les niveaux sont torturés, les démons pervers et le fusil à pompe à double canon une référence du genre, dont le bruit a été imité dans toutes les cours de récréation des gamers nés dans les 80’s. Des addons supplémentaires sont également parus par la suite : The Master Levels for Doom II (1995), Plutonia : Evilution (1996) et The TNT Experiment (1996).

Note

Je n’aborde ni Duke Nukem 3D (trop lourd à mon avis, il fallait une machine colossale pour ne pas souffrir de ralentissements !), ni Quake que je trouve moins bien que DOOM. J’ai aussi quelque peu joué à Heretic mais les armes n’étant pas vraiment crédibles… Il manque l’ambiance et les musiques à la fois destroy et pleines de références de DOOM.

One last thing…

Playing this game for one hour may be acceptable. Playing for many hours could be cause for anxiety and/or depression. Playing for hundreds of hours is getting you ready to take action against anyone who gets in your way.
– John Gocke, in a review of Doom published in 2000.

Doom is to id Software what Revolver was to the Beatles.
– Harvey Smith, game developer.

Frag them all !

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: