I. Le cadre

L'action se situe au sommet d'une montagne, le Helseggen, sur la côte de Norvège dans la province de Nortland. Le panorama est effroyablement désolé: les falaises surplombantes dramatiquement noires, l'océan extraordinairement hurlant et mugissant, la tempête déchaînée. Dans la mer se forme un grand tourbillon, le Maëlstrom, véritable gouffre:

" Le bord est marqué d'une écume lumineuse mais pas une parcelle ne glisse dans la gueule du terrible entonnoir à la prodigieuse puissance de succion. "

II. Les personnages

Narrateur - héros : marin norvégien, homme simple, prématurément vieilli par une aventure extraordinaire qui lui a brisé le corps et l'âme et qu'il raconte au guide qui l'accompagne.

Narrateur - témoin : (guide) homme cultivé, impartial, qui se documente, critique ce qu'il a lu par rapport à ce qu'il voit. Effrayé par le spectacle, il ne peut s'empêcher d'avoir le vertige.

III. Résumé

Dans le prélude à l'incident, le marin raconte sa vie quotidiennement aventureuse avec ses frères. Ils possèdent un sémaque gréé en goélette et pêchent habituellement parmi les îles où les violents remous de la mer donnent une bonne pêche, à condition de profiter du répit de quinze minutes pour se lancer à travers le canal principal du Maëlstrom au-dessus de l'entonnoir, et de profiter du vent favorable.

" Spéculation désespérée où le risque de la vie remplace le travail et où le courage tient lieu de capital. "

Une saute de vent extraordinaire surprend les pêcheurs: le bateau dérive à la merci des courants. Le narrateur et son frère se cramponnent et comprennent avec horreur qu'ils courent droit sur le gouffre dans un vacarme assourdissant.

"Le bateau semblait suspendu comme par magie, à mi-chemin de sa chute, sur la surface intérieure d'un entonnoir d'une vaste circonférence, d'une profondeur prodigieuse."

Puis la descente ralentit et des rayons de lune pénétrèrent dans l'abîme. La barque n'était pas le seul objet qui fût tombé dans l'étreinte du tourbillon. Il décide donc de s'attacher à une barrique et de se jeter à la mer. Le bateau sombre alors, emportant son frère. La tempête s'atténue soudain et il est rejeté à la côte. Un bateau le repêche mais il est devenu complétement méconnaissable :

" comme un voyageur revenu du monde des esprits. "

IV. Le Fantastique

Les détails du paysage concourent à donner plus de réalité au conte et à créer une atmosphère inquiétante et dramatique: couleur noire du paysage, déchaînement des éléments atmosphériques. Les personnages sont des êtres ordinaires présentés de façon à renforcer la véracité du conte.

Quant au phénomène lui-même, l'auteur insiste sur sa réalité et sa puissance. Il avance une explication scientifique et naturelle. Mais de l'avis des deux narrateurs "pour concluante qu'elle soit sur le papier, l'explication devient inintelligible et absurde" à coté du tonnerre de l'abîme, ce qui laisse le lecteur perplexe.

Le phénomène qui paraît surnaturel s'allège grâce à une explication scientifique d'une loi naturelle: le principe d'Archimède. Finalement, le conte se rapproche plus de l'étrange que du fantastique.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Articles en rapport:

Edgar Poe : une Descente dans le Mäelstrom

par Matt Lecture: 3 min
0

Pin It on Pinterest

Share This

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: