Nous nous réveillons, les oreilles encore vrillées par le tintamarre tonitruant des klaxons et des sirènes: la nuit prochaine, boules quiès de rigueur !

Affamés, nous découvrons que notre petit déjeuner est composé de croissants ensachés et d’une capsule de café chacun, de laquelle nous obtenons trois centilitres de café ! On est loin de l’hospitalité que nous connaissons habituellement dans les B&B. Il nous en faudra plus pour nous décourager!

C’est donc le ventre vide mais heureux, que nous partons à la découverte de la Rome Antique.

Nous visitons une petite église de quartier que nous croisons sur notre chemin, nous recueillons un moment, puis attrapons un tram qui nous conduit vers le centre historique de Rome. Au détour de notre trajet, se dresse soudain devant nos yeux le majestueux Colisée. Pleins d’excitation, nous descendons illico du tram pour finir notre itinéraire à pieds et laisser le colosse se dévoiler petit à petit à notre regard.

 Diarium Romanum 2015 : dies secunda

Pour prendre de la hauteur, nous empruntons les jardins de la Domus Aurea, palais que s’est construit l’empereur Néron après l’incendie de Rome, en 64. Elle est en restauration actuellement mais nous profitons du calme des jardins et de la vue sur Rome.

Nous arrivons au pied du Colisée, et sommes surpris par la foule ! Touristes en masse, vendeurs de pacotille en tous genres (le produit star est le selfie stick), légionnaires romains papillonnent tout autour. Une ambiance sans doute peu différente de l’animation qui régnait à l’époque les jours de spectacle !

Aussitôt, un rabatteur nous alpague en anglais et nous propose d’échapper à la file d’attente pour visiter le monument contre la modique somme de 30 euros par personne (sachant que le prix du billet officiel est à 12 euros et comprend l’entrée à trois sites différents). En un regard,nous savons que nous sommes d’accord pour congédier cet attrape-touriste et décidons de ne pas visiter le Colisée bondé de suite. Nous nous dirigeons donc vers le forum romanum, où la file d’attente pour acheter les billets qui permettent l’accès au forum, au Colisée et au Mont Palatin est nettement moins importante.

 Diarium Romanum 2015 : dies secunda

Le forum romain

C’est parti, nous passons sous l’arc de Titus et entrons sur cette esplanade, place du marché et centre de la vie administrative et politique. Nous admirons les différents vestiges qui ponctuent notre parcours: basiliques, temples, et colonnes.

 Diarium Romanum 2015 : dies secunda

Le forum romain

Nous apprécions particulièrement de passer devant la Curie, bâtiment où se tenaient les séances du Sénat Romain et nous sentons minuscules sous les colonnes du temple de Vulcain.

 Diarium Romanum 2015 : dies secunda

Le forum romain avec le Colisée au fond

 Diarium Romanum 2015 : dies secunda

Vestiges du forum

La maison des Vestales et le temple adjacent attirent notre attention: les Vestales sont les prêtresses du foyer, au nombre de 30, chargées d’entretenir le feu sacré de la cité pour qu’il ne s’éteigne jamais. Elles sont recrutées à l’âge de 10 ans et doivent impérativement rester vierges jusqu’à la fin de leur sacerdoce. Si l’une d’entre elles ne respecte pas son honneur, elle est emmurée vivante. De quoi dissuader toute velléité de goûter aux plaisirs charnels !

 Diarium Romanum 2015 : dies secunda

Le temple circulaire des Vestales

Nous sortons du forum sous une forte chaleur et surtout affamés ! Nous nous mettons donc en quête d’un restaurant et tombons par hasard sur une petite place proche du Panthéon, et nous installons à une terrasse ombragée très agréable. Nous dégustons une salade de pomodoro accompagnée d’une excellente mozzarella burrata, fromage de bufflonne, servie entière et légèrement assaisonnée. Elle est goûtue, tendre et fondante, rien à voir avec celle que nous avons l’habitude de manger, faite au lait de vache. Le repas se poursuit avec des raviolis au pecorino, absolument divins! Le tout, bien sûr, arrosé d’un bon verre de vin rouge italien. Avant de répartir, nous finissons sur une touche sucrée avec des petits biscuits secs de Sardaigne et un café.

Nous repartons et flânons dans les rues en direction du Colisée. Nous passons devant la Piazza de Venezia, le monument à Emmanuel II, et admirons le forum romain, de haut cette fois-ci. Il y a du monde, les vendeurs sont à nos trousses et avons le Colisée juste devant nous. A cet instant, un homme nous arrête et nous demande dans un anglais hésitant :
– Excuse me, what is the Colosseo ?
Nous répondons interdits et amusés en pointant le monument du doigt : “that’s the colosseo!
Et lui de nous répondre : ” oh, thank you !”
Cela nous a beaucoup amusés.

Le Colisée

Nous entrons au Colisée sans aucune difficulté avec notre pass, quelques minutes de queue à peine.

Quelques marches plus tard, nous nous retrouvons en haut de l’édifice et admirons sa grandeur et sa majesté.

 Diarium Romanum 2015 : dies secunda

Le Colisée, vu d’un de ses pôles

Le Colisée a été inauguré en 72 après Jésus Christ et pouvait accueillir 50 000 spectateurs. Il était exclusivement réservé aux combats de gladiateurs ou aux combats contre des animaux.

 Diarium Romanum 2015 : dies secunda

Le Colisée, tribune VIP

L’arène, vaste étendue de sable, tire son nom du mot arena, qui signifie sable en latin et qui permet d’absorber le sang des gladiateurs. Sous l’arène, se trouvent les cages ou étaient enfermés les fauves et les quartiers des gladiateurs. La forme est ovale et les gradins (cavea) dominent l’arène. A Rome, le spectacle des gladiateurs était gratuit, offerts par les magistrats pour gagner les faveurs du peuple.

 Diarium Romanum 2015 : dies secunda

Colisée intérieur

Dans le Colisée, se tenaient aussi des naumachies: des reconstitutions historiques de batailles navales. On remplissait ainsi l’arène d’eau et faisait entrer des bateaux qui s’affrontaient alors sous les yeux des spectateurs.

Nous avons clos notre journée avec un petit verre et une pizza.


Aujourd’hui, grand départ pour Rome !

Notre avion décolle à 15h30: cette année, une fois n’est pas coutume, nous décidons de ne prendre qu’une seule valise cabine chacun! Nos bras se souviennent encore de notre chemin de croix a travers les méandres du métro parisien charges de trois énormes valises et de deux sacs a dos lors de notre dernier voyage en avion vers la Thaïlande.

Cela nous permettra aussi de gagner du temps puisque nous echapperons a la longue formalité de l’enregistrement des bagages en soute. Comme c’est agréable de voyager léger!

 Diarium Romanum 2015 : dies prima

Notre vol se déroule très sereinement, à tel point que nous arrivons avec 20 minutes d’avance à l’aéroport de Roma Fiumicino. Dès que nous sortons de l’avion, débarrassés des bagages à récupérer, nous filons vers la gare pour emprunter le train Leonardo, à destination de Termini, la gare située en plein centre de Rome. Nous sommes frappés par la ressemblance entre les paysages qui défilent sous nos yeux avec ceux que nous avons déjà pu voir en Espagne.

Nous arrivons à la station Termini après 35 minutes de voyage et nous jetons dans le trafic du métro romain. C’est l’heure de pointe, il est bondé, il faut donc lutter pour entrer. Alors qu’une femme descend du wagon, elle repousse violemment un homme en train d’y monter, les yeux rivés sur son téléphone, et l’invective vertement au passage en délestant de toute sa frustration de sa journée de travail. L’homme se retourne, ahuri et lui lâche un “psichopati !” cathartique.

Nous avons admiré son sang froid, sa répartie, et la retenue de sa remarque, contrastant fort avec les insultes qui auraient fusé par chez nous. Un flegme qui tranche nettement avec les préjugés que l’on peut avoir à propos des latins.

Arrivés à Termini, c’est l’heure de la rando pour nous rendre à notre Bed & Breakfast. Quinze minutes de marche plus tard, nous déposons nos valises et prenons une bonne douche.

Remis de nos émotions, nous remettons nos chaussures de marche en quête d’un restaurant où dîner. Nous choisissons l’Hostaria I Buoni Amici, qui ravit nos papilles. Nos dégustons un exquis Montepulcciano 2010, qui accompagne una saltimbocca alla romana, pièce de veau délicieusement recouverte de proscuitto et de sauce à la sauge.

L’ambiance de ce restaurant fréquenté par des italiens est vivante, sans être trop bruyante. Nous vous le recommandons chaudement.

Nous passons une excellente première soirée romaine.


La cinquième saison de la série de fantasy épique Game of Thrones vient de commencer sur HBO.

 Game of Thrones saison 5

Cette saison adapte ce qui se passe dans A Feast for Crows and A Dance with Dragons, les quatrièmes et cinquièmes volumes de la série A Song of Ice and Fire de George R. R. Martin.

Dans un flashback, une jeune Cersei rend visite à une diseuse de bonne aventure qui lui prédit qu’elle deviendra reine puis sera remplacée par une autre…

Lire la suite »