PHP Composer

Composer: solution pour l’erreur “Composer: file_put_contents(./composer.json): failed to open stream: Permission denied”

J’ai récemment joué avec Composer pour Login Redirect Pro et je dois dire que cela simplifie énormément la gestion des dépendances lorsque vous écrivez du code qui fait appel à du code tiers.

Lors du changement de Mac, et après import de mes anciennes données sur la nouvelle machine, j’ai obtenu le message d’erreur suivant:

Composer: file_put_contents(./composer.json): failed to open stream: Permission denied

Si cela vous arrive, il s’agit très probablement d’un problème de droits utilisateur sur le répertoire en question.

Comme j’ai migré mes données d’une machine à l’autre, les droits ne sont pas ceux du nouvel utilisateur de la machine.

Dans le terminal, il vous suffit donc de lancer:

sudo chown -R $USER ~/.composer/

Et voilà, Composer est de nouveau fonctionnel.

Linux : obtenir la valeur numérique du chmod photo

Linux : obtenir la valeur numérique du chmod

chmod permissions compressor

Je vous ai déjà parlé du chmod et du chown de manière extensive mais aujourd’hui on va un tout petit peu plus loin.

La valeur du chmod telle qu’elle apparaît dans le terminal est un peu esotérique. Prenons par exemple le chmod d’un fichier standard de WordPress : -rw-r-----, cela demande une petite gymnastique intellectuelle pour réaliser quels sont les droits véritables.

Je vous propose donc une petite commande qui va vous simplifier la vie, de manière à vous donner la valeur numérique du chmod des fichiers et répertoires.

Il vous suffit d’utiliser la commande stat comme ceci, dans votre fenêtre de terminal:

stat -c '%a %U:%G %n' *

Notes:

  • -c permet de formater la sortie avec la template entre apostrophes
  • %a donne la valeur octale du chmod
  • %U donne le nom de l’utilisateur du chown
  • %G donne le groupe de l’utilisateur du chown
  • %n donne le nom du fichier

Et voilà simple et efficace!

Serveur dédié : résoudre l'erreur  'Can't connect to local MySQL server through socket '/var/run/mysqld/mysqld.sock' (2)' — Missing /var/run/mysqld/mysqld.sock photo

Serveur dédié : résoudre l’erreur ‘Can’t connect to local MySQL server through socket ‘/var/run/mysqld/mysqld.sock’ (2)’ — Missing /var/run/mysqld/mysqld.sock

Après mise à jour du serveur SQL, il est possible d’obtenir cette erreur au redémarrage physique (boot) du serveur :

error: 'Can't connect to local MySQL server through socket '/var/run/mysqld/mysqld.sock' (2)' — Missing /var/run/mysqld/mysqld.sock

Il se trouve que systemd lance bien le service mysql qui est donc démarré mais ne semble pas pouvoir être en mesure de créer son fichier sock. Il va donc falloir l’aider:

On crée un nouveau fichier pour systemd:

nano /etc/tmpfiles.d/mysql.conf

et on y ajoute ce code qui va permettre de chmoder et chowner le répertoire /var/run/mysqld pour l’utilisateur mysql:

# systemd tmpfile settings for mysql
# See tmpfiles.d(5) for details

d /var/run/mysqld 0755 mysql mysql -

Cela règle le problème définivement.

WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod photo 2

WordPress : accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers avec chown et chmod

Il est primordial d’accorder les bonnes permissions aux fichiers et dossiers d’un site sur un serveur web. Si ces permissions sont trop permissives, l’administrateur du site s’expose à la compromission du site, voire du serveur.

Sous WordPress, c’est la même chose : les fichiers et dossiers du site doivent avoir les bonnes permissions.

Le problème : des permissions trop larges

chmod-007-permis-executer-300

Sur le site, j’ai eu pendant trop longtemps un problème avec les fichiers et répertoires de thèmes ou de plugins.

Je m’explique : à chaque fois qu’un plugin voulait créer des fichiers (dans un répertoire /cache par exemple), la seule solution était de mettre les permissions de ce répertoire à 777, le mal absolu puisque cela permet au monde entier de lire, écrire et exécuter des fichiers dans ce dossier.

Pour les fichiers de thèmes éditables par WordPress, il fallait que leurs permissions soient à 666, ce qui là aussi posait un gros souci de sécurité.

Voici donc un tuto pour apprendre comment mettre les bonnes permissions à vos fichiers et dossiers pour votre site, qu’il tourne sous WordPress ou non.

Étape 1 : définir le bon propriétaire et groupe pour les fichiers

Les fichiers du site doivent appartenir au propriétaire et au groupe qui les fait tourner.

En règle générale; les serveurs de fichiers (comme Apache ou NginX) ont comme propriétaire www-data et comme groupe groupe www-data.

Dans mon cas, ayant installé les fichiers via SSH, les fichiers étaient détenus par l’utilisateur root. Je crée donc un nouvel utilisateur pour mon site:

adduser caddy www-data

Je vais donc assigner à l’utilisateur caddyet au groupe www-data la permission d’être propriétaire de mes fichiers, avec la commande chown.

Pensez à changer caddypour le nom de votre utilisateur web ou FTP.

Lire la suite