Tag

Yves Brusco

Browsing

J’ai tellement de retard dans mes chroniques de concerts qu’il faut que j’y mette un terme : voici donc un petit round-up des concerts auxquels j’ai assisté dernièrement et dont je n’avais pas eu le temps de faire le compte-rendu.

Handful of Dust + What The Hell au Ferrailleur (vendredi 31 mai 2013)

What The Hell a assuré la première partie : il s’agit d’un tribute band d’AC/DC. Le chanteur était plutôt délirant et s’était visiblement inspiré de Bon Scott. Bon concert.

Handful of Dust est un groupe composé de certains membres de TRUST : Farid Medjane et Yves Brusco, à qui se sont ajoutés Lou Ben (chanteur et auteur) et le guitariste Sylvain Laforge.

C’est bien rock’n’roll, c’était pas mal à part Vivi qu’on n’entendait pas bien, réglé trop faible.

Je me rends compte que j’aime de moins en moins l’ambiance de ce type de concerts : trop de gens qui viennent pour se piquer la ruche et beugler comme des boeufs… cela donne vraiment une image de beauf au hard-rock et c’est bien dommage.

Riverside + Maqama au Ferrailleur (mardi 24 septembre 2013)

Ah, une petite soirée de métal progressif polonais avec Maqama en première partie. J’ai découvert ce groupe ce soir-là et je dois dire qu’ils m’ont vraiment emballé : ils ont extrêmement bien joué et le guitariste était vraiment exceptionnel.

Riverside, que j’avais déjà vus au Hellfest 2013, ont été excellents. Le guitariste joue un peu à la manière de Steve Rothery de Marillion, très humble et précis, sans voler la vedette. J’ai adoré la complicité et l’humour des membres du groupe entre eux, c’était vraiment sympa.

Et là pour le coup, ambiance géniale dans le public mais c’était beaucoup « métal », plus respectueux, plus convivial quoi.

Kollektif AK47 au Ferrailleur (jeudi 28 novembre 2013)

Le Kollektif AK47, c’est Trust reformé sans Nono. Bon son, pas mal de classiques de Trust et quelques nouvelles chansons. Deux ou trois types bourrés qui ont passé le concert à apostropher Bernie qui n’a pu s’empêcher de leur répondre avec sa verve habituelle… à chaque fois ! On aurait dit un prof débutant qui se faisait chahuter par des élèves retors, c’était assez décevant à ce niveau-là.

Au niveau musique, j’ai regretté le rappel que j’ai trouvé trop court, il y aurait pu y avoir 2 ou 3 chansons de plus. Ah et une chanson a été jouée deux fois : j’ai eu beau regarder autour de moi, on aurait dit que j’avais été le seul à l’avoir remarqué! *_*

Voilà, je crois que j’ai fait le tour !

Hier soir, je suis allé voir TRUST une nouvelle fois, toujours au Zénith de Paris.

Je commence à prendre la mauvaise habitude de louper quelque peu les premières parties des concerts dernièrement : le temps de garer la voiture, j’entends la fin d’un groupe composé de guitares et d’accordéon qui sonnait un peu comme de la musique irlandaise. Etrange, me dis-je.

Je trouve une place assise, un peu décalé sur la droite. Le Zénith est à moitié plein, on doit être 3000 environ. Des bâches couvrent les parties adjacentes de la scène et au final, cela donne presque l’impression d’être dans une petite salle de concert.

TRUST

20h45 – le concert commence.

TRUST 2006Je suis allé voir TRUST en concert hier soir pour la deuxième fois de ma vie. La phrase précédente n’est pas tout à fait exacte : c’est la première fois que je les vois mais c’est la deuxième fois que je les entends. Pourquoi ? Tout simplement parce que ma mère était enceinte de 6 mois lorsque mon père l’a emmenée voir TRUST. Cela a laissé quelques traces, notamment un goût avéré pour la bonne musique.

La première partie a été donné le ton de la soirée : rock’n’roll. Voix rauque, guitares bluesy, textes travaillés… j’ai d’abord cru que c’était Stock qui jouait mais à l’annonce des noms des membres du groupe (deux guitares + chant, une basse, un clavier, un batteur), il s’avère que c’était Fred Blondin qui jouait. Il nous a dit qu’il était retraité maintenant et que le groupe n’existait pas il y a deux jours de cela et qu’il n’existerait plus le jour suivant. A one-off. N’empêche que c’était super agréable, bien pêchu comme il faut. Ils ont joué une demi-heure environ.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :