Tag

Hernán Cortés

Browsing

Dave Matthews Band

Le groupe Dave Matthews Band (DMB) est formé en 1991 par le chanteur et guitariste David J. Matthews, le saxophoniste LeRoi Moore, le bassiste Stefan Lessard, le violoniste Boyd Tinsley, le batteur Carter Beauford, et le pianiste Peter Griesar (qui a quitté le groupe en 1993). Tous les membres du groupe ont rencontré Dave à Charlottesville, en Virginie.

La marque de fabrique du Dave Matthews Band, ce sont les longs « jams » qui étirent les chansons jouées en spectacle jusqu’à 20 minutes (le record étant de 32 minutes pour la chanson #41 en 2002 à Ottawa, Canada). La grande diversité des morceaux joués lors d’une tournée caractérise également le groupe.

Le Dave Matthews Band a partagé la scène avec de grands noms de la musique tels les Rolling Stones, Pearl Jam, Ben Harper, James Brown, Carlos Santana, Herbie Hancock, Buddy Guy, Alanis Morissette, Paul Simon, Victor Wooten, et Toots and the Maytals.

Warren Haynes

Warren Haynes est un guitariste et chanteur américain né le 6 avril 1960 à Asheville, en Caroline du Nord. À la fin des années 70 et au début des années 80, il participe à différents groupes : Ricochet, Rich Hippies, David Alan Coe Band. De 1986 à 1989, il joue dans le Dickey Betts Band en compagnie du batteur Matt Abts. Le 28 juin 1989, il rejoint le Allman Brothers Band où il rencontre le bassiste Allen Woody.

Avec Allen Woody et Matt Abts, Warren Haynes fonde en 1995 le groupe Gov’t Mule (il restera cependant membre à part entière du Allman Brothers Band jusqu’au 26 mars 1997).

En 2008, il est invité au Central Park Concert (à New York City donc) du Dave Matthews Band en tant que guitariste solo, où il reprennent ensemble le célèbre Cortez the Killer de Neil Young:

Cette version est tout simplement géniale. Le style de Warren Haynes apporte une autre dimension à la chanson.

Vous remarquerez qu’à 7:33, Dave Matthews se tourne vers son batteur pendant le solo de Warren et lui chuchote “he’s badass!”.

Warren Haynes a collaboré 45 fois sur des chansons et a fait 28 apparitions lors de concert du Dave Matthews Band, dont deux sur des albums live : Live at Central Park Concert sur lequel il joue “Cortez the Killer” et “Jimi Thing”, et Live at Piedmont Park sur lequel il joue “What Would You Say”.

“Cortez the Killer” est une chanson de Neil Young qui se trouve sur l’album studio Zuma de 1975. En voici la version live à Rio en 2001 :

La chanson parle d’Hernán Cortés (dont le nom de famille est écorné dans le titre de la chanson), le conquistador qui a conquis le Mexique pour l’Espagne au XVIème siècle.

“Cortez the Killer” fait également référence au dirigeant Aztèque Moctezuma II et à d’autres évènements qui se sont déroulés lors de la conquête espagnole du Nouveau Monde.

Au lieu de décrire les batailles de Cortés avec les Aztèques, les paroles du dernier vers changent soudainement d’un récit à la troisième personne à un récit à la première personne, avec une référence à une femme dont on ne connait pas le nom:

[quote type=”center”]

And I know she’s living there

And she loves me to this day.

I still can’t remember when

or how I lost my way.[/quote]

Ces paroles suggèrent une histoire d’amour perdu et apportent une touche personnelle à ce qui était autrement un récit historique, suggérant une connexion entre des relations interrompues et l’invasion impérieuse par quelqu’un d’autre. Neil Young avait rompu avec Carrie Snodgress à l’époque de l’écriture de la chanson.

Ce vers peut aussi simplement faire référence à La Malinche (Doña Marina), conseillère et amante mexicaine de Cortés, qui s’est avéré être une source de savoir local précieuse pour les Espagnols.

Enfin, une autre interprétation possible est que “she” représente le principal temple Aztèque, le Templo Mayor. Dans la littérature méso-américaine, le temple est souvent désigné par le pronom “she” puisque les hommes comme les femmes y étaient sacrifiés et une partie considérable du temple était dédiée au dieu aztèque de la pluie, souvent décrit comme étant femme.

Le Templo Mayor a été découvert en 1978, soit trois ans après la sortie de l’album, après avoir été enterré sous la ville de Mexico pendant près de 500 ans.

Spelling error report

The following text will be sent to our editors: